/script>

La forêt de Freetown : Un endroit qui attire le mal

La place de Freetown dans le folklore et l’histoire paranormale du Massachusetts devient rapidement aussi célèbre que ses sœurs côtières et ses cousins ​​du métro.

À mesure que de nouvelles histoires se concentrent sur cette partie de l’État, plus les gens se tournent vers ce qui s’y passe et comment l’histoire de cette ville rurale est à la fois une marque noire sur qui nous sommes et un avertissement de ce que sont les actions pourrait provoquer.

Freetown a un nombre de hantises supérieur à la moyenne. La plupart sont de la variété inoffensive. Par exemple, il y a une rumeur d’un fantôme qui hante le poste de police là-bas. Il semble qu’un répartiteur soit décédé la nuit alors qu’il était en service.

Même si elle était la principale bouée de sauvetage de l’immeuble la nuit, sa présence n’a été manquée que le matin. La police de service qui patrouillait dans les rues et conduisait supposait que la nuit était lente.

Ils sont arrivés des heures plus tard au changement de quart pour retrouver son corps. Depuis lors, plusieurs agents ont présenté des descriptions d’une silhouette nuageuse se promenant dans le bureau. Bien qu’il n’y ait pas d’autre description du fantôme, il n’est apparu qu’après la mort des répartiteurs et la plupart des officiers l’ont attribuée.

Les véritables hantises de la ville proviennent de la forêt domaniale, la plus grande de l’État. La forêt est de 5 441 acres (environ 15 miles carrés) et se trouve dans une ville d’un peu plus de 30 miles carrés avec seulement 10 000 habitants.

La majorité est consacrée à une réserve forestière et à la réserve de Wampanoag qui a des réunions tribales ouvertes et sert de lieu de rencontre pour différentes tribus.

Forêt d'État de Freetown:

Il semble attirer l’énergie négative d’autres parties de l’État et l’attirer, devenant le paratonnerre des cultes de la région et un symbole de la tension entre les résidents actuels et les autochtones qui y vivaient autrefois.

En 1978, un jour avant son mariage, James Kater, 32 ans, a kidnappé Mary Lou Arruda, 15 ans, et l’a finalement tuée. Son corps a été retrouvé attaché à un arbre. En 1983, un nouveau-né a été retrouvé jeté dans une poubelle à une halte routière le long de la route qui borde la forêt.

En 1987, un vagabond d’une ville voisine a été retrouvé mort dans la forêt. En 1988, deux hommes ont été abattus à plusieurs reprises et tués lors d’une dispute sur une fille et un corps a été déterré dans l’un des cimetières à proximité. En 1998, un garçon a été retrouvé nu et battu et plusieurs vaches mutilées ont été trouvées et liées par une police locale à un culte.

Le cas le plus célèbre impliquant la forêt tournait peut-être autour d’un proxénète local et du meurtre de plusieurs prostituées locales. À la fin des années 70 et au début des années 80, Carl Drew a dirigé son entreprise à Fall River et a été impliqué dans le meurtre d’au moins trois femmes sous ses ordres.

L’une des victimes a été jetée dans la forêt et l’enquête initiale a révélé une intensification des activités sectaires. Plusieurs témoins se sont avancés en disant que Drew était le chef d’un culte satanique et que les tueries faisaient partie de son besoin de sacrifice humain.

Ils ont également déclaré avoir été témoins de messes noires dans la forêt dirigée par Drew. Il a finalement été reconnu coupable et est toujours en prison. Ces derniers mois, son dossier a été rouvert et les témoins à charge affirment qu’ils ont été contraints par la police de témoigner contre lui et qu’aucune activité satanique ne s’est jamais produite.

Les gens ont différentes raisons pour lesquelles la ville peut attirer le mal qu’elle fait. Beaucoup croient qu’il a beaucoup à voir avec le triangle de Bridgewater et l’énergie étrange dans laquelle il semble puiser. Les forces de l’ordre disent qu’il doit faire plus avec l’emplacement de la ville.

Ils sentent sa distance par rapport à plusieurs grandes villes, le fait qu’il soit entouré de grandes autoroutes et son isolement relatif en fait une cible facile. Des crimes sont commis dans d’autres villes et les preuves sont déversées à Freetown ou les personnes voulant rester à l’écart des forces de l’ordre trouvent là-bas dans la forêt pour faire ce dont elles ont besoin.

Les Amérindiens de la région ont une autre explication. Freetown a été achetée en 1659 à la tribu Wampanoag et est devenue une ville en 1683. Les Amérindiens de la région croyaient déjà que la terre était très effrayée et Wamitta, qui a vendu la terre, n’avait peut-être pas le soutien de la tribu.

Bien que l’énergie maléfique semble remonter plus loin que l’achat de la propriété, cela semble marquer le transfert de malédiction aux colons et hors du Wampanoag.

Beaucoup estiment que les événements de la région ont transformé les esprits jadis violents, attirant le mal vers lui et il revient nourri par le mal. Les médiums qui ont visité la région et les Amérindiens sentent tous les deux que les crimes horribles et les hantises ne s’arrêteront pas tant que la tribu n’aura pas rendu la terre.

Quelle que soit la cause, la forêt d’État de Freetown abrite plus que des sectes et des meurtres non résolus. Il y a des chemins à travers une partie des forêts qui sont assez grands pour une voiture, mais les gens ont appris à ne pas les conduire la nuit.

Une personne qui voyageait continuait de voir des aperçus à l’extérieur de la fenêtre alors qu’il traversait la forêt. Accélérant, il a vu une silhouette sombre sortir de la forêt et suivre sa voiture avec peu d’effort, puis disparaître. On sait que d’autres voitures sont en panne ou que leurs lumières s’éteignent mystérieusement.

Un groupe de personnes marchait sur la route en plaisantant et en s’amusant et a vu une personne marcher vers elles. Ils ont couru vers la voiture et ont vu une vieille femme venir droit sur eux comme un zombie. Elle était couverte de saleté comme si elle avait été enterrée et est montée dans la voiture et a essayé d’entrer.

Un autre secteur d’activité élevée dans la forêt est un secteur connu sous le nom de Ledge. La forêt a été le site de nombreux suicides au fil des ans, mais la corniche est la zone la plus favorisée. Un homme s’est suicidé devant sa petite amie alors qu’il n’avait montré aucun signe de dépression ou d’anxiété avant d’entrer dans la forêt.

D’autres ont expliqué des sentiments soudains de culpabilité, comme un nuage noir qui les surmonte, alors qu’ils s’en approchent. Un homme en train de pêcher avec un ami dans l’étang sous le rebord a vu six ou sept personnes descendre directement vers lui.

Ils ont disparu puis sont réapparus à différents endroits de la roche jusqu’à ce que les pêcheurs retournent en courant vers leur camion à proximité. Les gens n’étaient plus là et n’auraient pas pu descendre le rocher ou retourner au sommet sans être vus.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *