Visites de vampires: l’histoire grave de Johannes Cuntius

Au XVIe siècle, la ville de Pentsh, dans la région de Silésie en Europe de l’Est, aurait été en proie à un être abominable. Les habitants de la ville pensaient que la créature était leur propre résident récemment décédé, Johannes Cuntius.

L’histoire remarquable est rapportée dans An Antidote Against Atheism, un livre publié par le philosophe anglais Henry More en 1655. More décrit Cuntius comme ayant été un homme très estimé et riche, qui avait servi comme échevin pour sa ville. Parmi ses nombreuses possessions, il y avait cinq chevaux solides qu’il gardait dans ses écuries. Un jour, lui et un domestique tentaient de ferrer l’un des chevaux lorsqu’il a reçu un coup mortel du sabot du cheval. La mort n’est pas venue facilement à l’échevin. Il aurait souffert pendant de nombreuses nuits, hurlant à plusieurs reprises: « Wo est moi, comment puis-je brûler et je suis tout en feu! »

À son heure terminale, il s’est plaint de ses péchés et de la façon dont il devait souffrir pour eux – des péchés qui, selon lui, étaient «plus grands que tous les péchés du monde».

Certains dans la région ont spéculé que Cuntius avait fait un pacte avec le diable . Ils ont chuchoté que peu de temps avant qu’il soit devenu riche, il avait eu un fils qui a ensuite disparu. Cet enfant, aurait-on dit, avait été vendu à Satan.

Johannes Cuntius a-t-il conclu un accord avec le diable? À l’époque, la rumeur disait que c’était la cause de sa malédiction vampirique. (Source de l’image: Pixabay.com )

La blessure de Cuntius et sa maladie naissante lui ont été fatales, le consumant au milieu de la nuit. Au moment de sa mort, son fils aîné aurait été témoin d’un chat noir se précipitant dans la pièce et se grattant le visage du mourant, comme pour tenter de retirer son corps de ce monde. À peine l’animal parti, l’homme respira le dernier.

Ce chat serait apparemment parmi les premières de ses victimes. 

En tant que résident local riche et hautement considéré, ses amis et sa famille ont payé de grosses sommes d’argent pour qu’il soit enterré dans la terre sainte de l’église, en plus de l’autel, dans l’espoir d’annuler certains de ses péchés. Cela, dit-on, n’a pas fonctionné. 

La population locale est devenue inquiète lorsque des taches de sang sont apparues sur le tissu de l’église qui pendait sur sa tombe. Plusieurs ont rapidement déclaré avoir entendu des bruits exubérants provenant de son domicile. Des vaches auraient été retrouvées mortes, aspirées à sec, et tout le sang aurait disparu de leur corps. Des poulets ont également été découverts. Les seaux qui étaient utilisés pour remplir le lait des vaches ont été trouvés pleins de sang. Certains habitants ont même attesté avoir vu leur voisin décédé galoper à cheval sur la ville.

Selon certaines informations, toute la ville était dans le chaos. Les chiens hurlaient et aboyaient toute la nuit, et les chevaux de Cuntius hurlaient de pitié dans son écurie.

Avant trop longtemps, les observations et les rapports sont devenus plus inquiétants. Un wagoneer, avec lequel le conseiller municipal avait eu une querelle personnelle avec dans la vie, a déclaré avoir été agressé par Cuntius, affirmant même que le mort l’avait mordu. Des femmes ont déclaré avoir été agressées sexuellement par lui.

Cuntius était censé avoir attaqué des femmes de la ville, menaçant de «se tordre» le cou si elles ne cédaient pas à ses exigences sordides. (Source de l’image: domaine public )

Lors d’un autre incident, un enfant aurait été si gravement meurtri par le démon mort-vivant que ses os ont été rendus «mous».

Les habitants de la ville ont subi des agressions pendant des mois et étaient convaincus qu’ils étaient en proie à l’échevin mort-vivant. Ainsi, ils ont décidé d’ouvrir le tombeau où il avait été déposé pour examiner son cadavre. On dit qu’ils ont trouvé que son corps était parfaitement préservé, même en rapportant que ses yeux s’ouvriraient et se fermeraient comme s’il clignait des yeux, et que ses mains pouvaient saisir fermement un bâton une fois mises dedans. Il semblait que leurs soupçons avaient été prouvés – il était en effet un vampire , et donc son cadavre devait être consigné aux flammes.

Cependant, en dépit d’être allumé sur un bûcher, le corps de l’échevin hésitait à être brûlé. En fin de compte, le bourreau a dû le hacher en morceaux pour que le feu puisse plus facilement dévorer sa chair.

Son corps brûlé, les agressions auraient diminué.

Alors, Johannes Cuntius était-il un vampire mort-vivant? Beaucoup à l’époque étaient convaincus. Les sceptiques, en revanche, peuvent considérer cette affaire comme un morceau du folklore licenciable, évoqué par des paysans illettrés. De même, une explication plus inquiétante pourrait être avancée – que Cuntius, loin d’être un vampire, était en fait encore en vie, envoyé dans le coma après avoir été frappé par son cheval. Placé dans une tombe d’église, plutôt qu’enterré sous le sol, il y avait peut-être suffisamment de ventilation pour le garder oxygéné et vivant après son décès présumé. Après avoir été retrouvé dans un tel état et déclaré une abomination contre nature, une série d’histoires fantastiques aurait pu être inventée ou mal attribuée. Quoi qu’il en soit, vampire ou non, la même conclusion misérable a finalement été tirée pour le pauvre Cuntius – une boucherie sur un bûcher brûlant.

En fin de compte, la vérité sur la question n’est pas claire. Ce qui est certain, c’est que Cuntius n’était pas le seul à prétendre être un vampire dans l’histoire.

Article traduit par Damien pour preuvces du paranormal

Source : PARANORMALSCHOLAR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *