Une danse avec les morts : La vie et l’exécution d’Elizabeth Berry

À l’été 1885, une petite femme élancée au visage enfantin pâle a visité Liverpool. Elle était âgée de 29 ans, Elizabeth Berry d’Oldham, et elle était venue en ville pour rendre visite à un parent sur Duke Street.

Après la visite, Elizabeth a voyagé sur le ferry pour voir un cousin à New Brighton et a fini par rester dans la station balnéaire pendant trois jours.

Le dernier jour, Elizabeth est entrée dans la tente d’une diseuse de bonne aventure chère et controversée nommée Madame Rosamund, qui prétendait être d’origine rom. Rosamund a enfreint la règle d’or de la bonne aventure: ne jamais révéler les détails d’un décès à venir à un client.

« Vous avez fait de nombreux morts dans votre vie – Elizabeth », a déclaré Rosamund d’une voix basse et étrange. Elle regardait dans l’orbe vitreux sombre d’une boule de cristal teintée de pourpre.

« Oui, je l’ai fait », répondit Elizabeth, puis demanda: « Comment connaissez-vous mon nom? »

«Votre mari est parti, votre fils est parti», murmura Mme Rosamund.

Un frisson parcourut la colonne vertébrale d’Elizabeth. Ce que la diseuse de bonne aventure a dit était vrai. Il y a quatre ans, le mari invalide d’Elizabeth, Thomas était décédé subitement, et un peu plus d’un an plus tard, leur fils était également décédé. Au moment de sa mort, il dormait dans un lit humide à Blackpool. Elizabeth a reçu soixante-dix livres d’une police d’assurance à la mort de son mari et cinq livres pour la mort de son fils.

« Oh, l’ombre tend la main à ta fille. » Les grands yeux sombres de Rosamund s’élargirent et regardèrent profondément dans le noyau de la sphère cristalline.

Elizabeth se sentit faible à la nouvelle choquante, mais il y eut une autre révélation terrible à venir.

Rosamund a continué à dérober l’avenir d’Elizabeth Berry: «  Vous allez danser avec un grand inconnu sombre, et il vous déposera et vous prendra la vie. Ses yeux sont bruns, ils scintillent comme les étoiles, et il vous captivera, mais il vous tuera sûrement. Ses yeux seront pleins de larmes quand il verra ce qu’il a fait. Vous irez ensuite dans le terrible endroit des ténèbres et des grincements de dents.

Elizabeth se leva et s’éloigna de la sinistre diseuse de bonne aventure.

Madame Rosamund a recouvert la boule de cristal d’un tissu de velours vert foncé et a secoué doucement la tête: «Je ne lis que l’avenir, les verrues et tout.

Elizabeth a été invitée à un bal de danse à Oldham par son boucher, un homme de 35 ans nommé Tom Whittaker. Elizabeth refusa gentiment, se demandant si Whittaker était le grand homme noir aux yeux bruns scintillants qui la tuerait. Il était grand et aux yeux sombres, et Elizabeth avait souvent observé la façon dont le jeune boucher hachait les carcasses de viande drainées par le sang avec son couperet. Elle frissonna au souvenir.

Un mois après cela, le vieux M. Hargreaves, le greffier du bureau de poste local, a invité Elizabeth à une soirée à la salle paroissiale locale. M. Hargreaves était chauve et aux yeux bleus, il n’y avait donc aucun moyen qu’il puisse être le faucheur aux yeux bruns prédit par la diseuse de bonne aventure.

Ainsi, la petite veuve, Elizabeth Berry, marchait main dans la main avec un homme assez âgé pour être son père dans une salle paroissiale une chaude nuit de juillet 1885. À un moment de la soirée, M. Hargreaves s’est assis pour reposer ses jambes fatiguées, laissant Elizabeth à la périphérie de la piste de danse.

Ses cheveux bouclés noirs étaient attachés avec un noeud cramoisi en soie, et sa robe blanche ivoire était ornée de perles et de roses roses. Son visage était puéril et poudré, elle n’avait pas l’air d’avoir plus de seize jours.

Un grand homme aux cheveux aussi noirs et bouclés qu’Elizabeth s’approcha d’elle. Il l’invita à danser, et elle secoua la tête et baissa les yeux, nerveusement. La mort était arrivée.

« Oh viens maintenant, ne sois pas une telle giroflée », dit l’homme d’une voix américaine profonde.

Il lui attrapa la main et Elizabeth se sentit défaillir. Elle est presque tombée vers lui. Son cœur palpitait. Elle était une poupée impuissante dans ses bras musclés et il valsait avec elle sur le sol. Tout tourbillonnait. Le lustre nageait au-dessus de nos têtes et les autres couples filaient comme des derviches fous.

L’eau de Cologne de l’Américain était masculine et aussi puissante que lui. Cela l’étouffait, mais Elizabeth Berry ne s’était jamais sentie plus vivante au cours de ses vingt-neuf ans. Lorsque les musiciens ont cessé de jouer et que la valse s’est terminée, Elizabeth et l’Américaine étaient à bout de souffle, et les deux étaient évidemment remplis de désir l’un pour l’autre. M. Hargreaves s’est rapidement emparé d’Elizabeth, et l’Américain, un Texan dont le nom était Brett, a déclaré: «  Monsieur, votre fille est vraiment la plus belle rose anglaise que j’ai vue depuis son arrivée dans ce pays.  »

Hargreaves était furieux et a dit à Brett qu’il n’était pas le père d’Elizabeth, mais un bon ami. Deux autres hommes qui avaient lorgné Elizabeth Berry d’un désir lubrique, et ils ont confronté l’Américain et l’ont accusé d’avoir insulté une personne âgée d’Oldham. Un combat sérieux s’ensuivit, et Hargreaves et un autre homme emmenèrent Elizabeth Berry hors de la salle paroissiale et la ramenèrent chez elle.

Hargreaves a ensuite fait une passe à Elizabeth, et elle lui a dit en riant qu’elle ne s’intéressait pas à lui de manière physique, simplement en tant qu’ami. Lorsque Hargreaves a entendu la vérité, il l’a surprise en fondant en larmes puis en suçant son pouce!

Cette nuit-là, Elizabeth est restée éveillée dans son lit, pensant constamment aux larges épaules de Brett, à ses cheveux noirs et à ces yeux bruns pénétrants. Elle s’est convaincue que Mme Rosamund lui avait menti.

L’été s’est adouci au fil des semaines, et à la fin août 1885, un jeune policier local nommé Bob Oakley a invité Elizabeth à un bal de danse à Manchester. Le bal de danse a été organisé par la police de Manchester et la plupart des personnes présentes étaient des policiers. Le jeune Oakley n’a jamais dansé une seule fois avec Elizabeth Berry, car il n’a eu aucune chance.

Les mâles au sang chaud se pressaient autour d’elle et faisaient la queue pour la prendre dans leurs bras sur la piste de danse. De tous les hommes qui l’ont harcelée ce soir-là, un seul a attiré l’attention et le cœur d’Elizabeth, et son nom était James. Il était grand, avec des cheveux noirs comme du charbon et des yeux bruns de lignite fumant.

Ils brillèrent d’émotion lorsque James l’emmena sur la piste de danse. Elizabeth s’assit à une table avec James et trouva qu’il était l’homme le plus parfait, le plus courtois, le plus galant et le plus beau qu’elle ait jamais vu. Elle lui a parlé de ses deuils et de la façon dont elle espérait reconstruire sa vie et devenir infirmière au Oldham Workhouse, mais quand Elizabeth a essayé de découvrir si James était un policier, il a orienté la conversation dans une autre direction.

Tout ce qu’Elizabeth a pu constater à ce jour, c’est que James était célibataire. Quelle que soit sa profession, il était évidemment un homme gentil et attentionné. Puis vint une coïncidence des plus curieuses. James a appris que le nom de famille d’Elizabeth était le même que le sien – Berry. S’ils se mariaient, pensa James, Elizabeth conserverait toujours son nom de famille.

Elizabeth a laissé entendre qu’ils devraient rester en contact, mais James Berry a soupiré et lui a dit que son travail l’emmènerait dans une autre ville, très loin, dans la matinée. Après cela, il a été nécessaire dans une autre partie du pays, et la nature itinérante de son travail était telle, qu’il était rarement au même endroit pendant plus d’une journée.

Cette nuit-là, James emmena Elizabeth sur un balcon tandis que tous les autres couples savouraient la dernière valse. James et Elizabeth s’accrochaient l’un à l’autre et s’embrassaient passionnément à la lumière de la pleine lune. James a dit qu’il savait dans son âme qu’il reverrait Elizabeth un jour et que ce jour-là, il abandonnerait son travail et l’épouserait. Ils ont tous deux pleuré sur le balcon sous la lune et les étoiles. En moins d’une demi-heure, James voyageait vers l’ouest et Elizabeth voyageait vers l’ouest jusqu’à Oldham.

Elizabeth Berry a travaillé pendant un certain temps comme infirmière à l’Oldham Workhouse, mais croyait qu’elle méritait un meilleur poste dans la vie. Son salaire annuel n’était que de vingt-cinq livres, ce qui n’était pas suffisant pour payer de bons vêtements et un style de vie décent. Elizabeth avait une étrange double personnalité, et elle serait gentille avec les patients de l’atelier un jour, et cruelle avec eux le lendemain.

Il y avait aussi d’étranges rumeurs circulant à propos de la fille Elizabeth Berry à peine mentionnée. C’était Edith Annie Berry, 11 ans, qui était sous la garde d’une tante. En janvier 1887, Elizabeth a invité l’enfant dans sa vie, mais malheureusement, la fille est tombée gravement malade quelques jours après les retrouvailles.

Les voisins d’Elizabeth Berry ont dit que la veuve était maudite, mais d’autres pensaient que la maladie d’Edith Annie était plutôt sinistre. Après tout, la mère d’Edith avait récemment souscrit une police d’assurance sur sa fille et devait recevoir une compensation de dix livres si la fille devait mourir. C’était vrai, et Elizabeth Berry avait également souscrit une deuxième police qui paierait cent livres à Edith ou à sa mère, selon qui vivait le plus longtemps.

Edith Annie est décédée à l’agonie à cinq heures du matin le lendemain de sa maladie. Étant donné qu’Elizabeth Berry avait perdu son mari, son fils et sa fille d’une maladie mystérieuse et avait reçu des indemnités d’assurance en conséquence, un acte criminel était soupçonné. Un Dr Patterson et plusieurs médecins ont effectué l’autopsie sur Edith Annie – et ont découvert un poison puissant – peut-être de l’acide sulfurique – dans son estomac et dans des échantillons de son vomi.

Plusieurs personnes qui avaient connu Elizabeth se sont manifestées et ont exprimé leur conviction qu’elle avait même assassiné sa propre mère avec du poison. La mère d’Elizabeth a été exhumée – et du poison a en effet été trouvé dans son estomac. D’autres anciens amis ont déclaré qu’Elizabeth fumait non seulement de l’opium, mais qu’elle était un flirt immoral qui lisait des romans sensationnels.

Elizabeth Berry a déclaré que si elle avait empoisonné sa mère, son mari et ses enfants, elle était folle à l’époque. Elle a été jugée et reconnue coupable du décès de sa mère. Un deuxième cas – qu’elle avait assassiné Edith Annie – n’a pas été présenté. La date fixée pour son exécution était le lundi 14 mars 1887 et l’endroit était la prison de Kirkdale.

Ce jour arriva bientôt, et des centaines de Liverpudliens qui avaient lu sur les empoisonnements terribles bravèrent la neige et les vents glacés alors qu’ils se rassemblaient contre les murs de la prison. Le bourreau a rendu visite à Elizabeth dans sa cellule. C’était James Berry, l’homme avec qui elle avait dansé deux ans auparavant. Lorsqu’ils se sont vus, ils se sont tenus immobiles sous le choc. Les gardiens de prison ont jeté un coup d’œil entre Elizabeth et James, jusqu’à ce que l’un d’eux dise: «Vous êtes-vous déjà rencontrés?

James Berry acquiesça et lui demanda s’il pouvait passer quelques instants privés avec la condamnée dans sa cellule. Le gardien principal a dit: «Bien sûr, frappez quand vous voulez que nous la récupérions.
Le bourreau et la meurtrière s’embrassèrent dans la cellule sombre et froide, et tous deux sanglotèrent légèrement. La prophétie de Mme Rosamund s’était réalisée.

Dans sa tente, elle avait dit: «Vous allez danser avec un grand inconnu sombre, et il vous déposera et vous prendra la vie. Ses yeux sont bruns, ils scintillent comme les étoiles, et il vous captivera, mais il vous tuera sûrement. Ses yeux seront pleins de larmes quand il verra ce qu’il a fait.

James a assuré Elizabeth que sa mort serait rapide et indolore. Il s’en assurerait dans le positionnement du nœud autour de son cou délicat.

Dehors, dans la cour de la prison, des gardiens répandaient du sable sur le chemin enneigé jusqu’à la potence, afin qu’Elizabeth ne tombe pas. Pendant ce temps, dans la cellule, le bourreau disait: «Je ne t’ai jamais oublié au cours de ces deux années Elizabeth. Aucune femme n’a des yeux aussi beaux que les vôtres. Aucune femme sur cette terre n’a touché mon cœur comme vous l’avez fait cette nuit d’été au clair de lune.

Les aiguilles de l’horloge de la prison tournèrent et bientôt les gardiens s’impatientèrent. Ils ont frappé à la porte de la cellule et ont demandé à James Berry s’il était prêt. D’une voix étranglée, il répondit qu’il l’était. L’aumônier accompagnait Elizabeth et les gardiens, et le bourreau à la potence. James Berry monta le premier et se prépara. Il baissa les yeux et vit qu’Elizabeth s’était évanouie.

Deux gardiens l’ont portée jusqu’à l’échafaud, et elle a été placée au-dessus de la trappe – ou de la goutte, comme on l’appelle. Alors que James Berry pinçait ses pieds ensemble et ajustait les sangles, Elizabeth reprit conscience et haleta d’horreur tandis que le nœud coulant était ajusté autour de son cou.

«Que le Seigneur ait pitié de moi», murmura-t-elle. ‘Seigneur, reçois mon esprit.’

Elizabeth Berry, les cheveux courts, juste avant son exécution, et James Berry, l'homme qui l'a pendue
Elizabeth Berry, les cheveux courts, juste avant son exécution, et James Berry, l’homme qui l’a pendue

Le capuchon blanc était doucement placé sur sa tête, et elle embrassa la main du bourreau alors qu’il passait le tissu sur son doux visage. L’aumônier pria à voix basse et James Berry ferma les yeux en lançant le levier qui tirait le verrou. En un instant, la trappe s’est ouverte et Elizabeth Berry a plongé dans l’éternité.

Plus tard, James Berry se retirerait volontairement de son travail et condamnerait la peine capitale comme obscène. Les gens lui demandaient souvent pourquoi il avait attaqué sa propre profession, et Berry ne l’expliquerait jamais, mais je parie qu’Elizabeth était la seule raison.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Auteur: Tom Slemen , qui est un écrivain de Liverpool, principalement connu comme l’auteur de la série de livres Haunted Liverpool la plus vendue qui documente les incidents paranormaux et les crimes non résol

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *