A la recherche d’hyper borée : Un scientifique pense avoir trouvé le paradis au…

Le docteur en philosophie Valery Dyemin, chercheur dans la région arctique, soutient que l’Hyperborea («au-delà des Boreas (vent du nord)»), une terre mythique que les Grecs pensaient située au-delà de la Scythie, existait en réalité.

Le légendaire scientifique français Jean Sylvin Baiae a tenté de prouver l’existence d’Hyperborea il y a quelques siècles.

Pourriez-vous nommer d’autres scientifiques qui ont également fait beaucoup d’efforts pour éclaircir le mystère d’Hyperborée?

«Oui, il y en avait beaucoup. Non seulement les géographes et les historiens ont travaillé sur le problème, mais les linguistes ont également apporté plusieurs contributions. Le recteur de l’Université de Boston William Warren a publié un livre intitulé Paradise Found at the North Pole à la fin du 19e siècle.

Au total, il y a eu 11 éditions du livre. Warren a analysé un grand nombre d’histoires et de légendes parlées concernant le paradis sur Terre (Eden). Selon lui, toutes les informations qui y sont contenues proviennent de vagues souvenirs de quelque ancienne terre parfaite qui se trouvait quelque part dans la région arctique. »

De quoi parle-t-on exactement? Quelle partie du monde devrions-nous regarder?

«Je pense que nous devons rechercher les traces de cette civilisation en Eurasie et dans les régions arctiques américaines, dans les îles et archipels des océans Arctique, au fond de certaines mers, lacs et rivières. Il convient de noter que la Russie possède le plus grand nombre d’emplacements et d’artefacts qui pourraient être pertinents pour Hyperborea.

Certains de ces éléments ont déjà attiré l’attention de spécialistes; d’autres sont encore à découvrir. Une exploration active est actuellement en cours dans la péninsule de Kola, dans l’île de Vaigach, en Carélie, dans les montagnes de l’Oural, en Sibérie occidentale, en Khakasie, en Yakoutie et dans quelques autres régions. Il existe de bonnes perspectives pour mener des recherches dans les terres Franz Josef, Taimyr et Yamal.

Le terme géographique «plateforme hyperboréenne» est à usage technique. Les scientifiques continuent de discuter de la dynamique de la plate-forme afin de découvrir les raisons pour lesquelles elle a coulé au fond de l’océan. »

En d’autres termes, Hyperborea peut s’étendre sur les terres qui ont finalement sombré dans l’eau?

L’une des cartes de Gerhardus Mercator, cartographe et géographe flamand du XVIe siècle, montre un immense continent à proximité du pôle Nord. La terre est un archipel composé de plusieurs îles divisées par des rivières profondes. Une montagne se trouve au centre du pays (selon les légendes, les ancêtres des Indo-Européens vivaient près du mont Meru).

La question est: comment cette terre est-elle apparue sur la carte? Il n’y avait aucune information concernant les régions arctiques au Moyen Âge. Nous avons quelques raisons de croire que Mercator avait utilisé une ancienne carte, celle qui est mentionnée dans sa lettre datée de 1580. Cette carte montrait un continent situé au centre de l’océan Arctique, qui était représenté sans glace sur la carte. La carte de Mercator semble être basée sur l’ancienne carte. »

Carte Mercator avec Frisland et Hyperborea
Carte Mercator avec Frisland et Hyperborea

En supposant que les anciennes informations cartographiques étaient disponibles pour les personnes choisies autrefois, quelqu’un a-t-il essayé de rechercher Hyperborea dans la région arctique?

«Certains de nos compatriotes ont participé à la quête d’Hyperborée. L’impératrice russe Catherine II a obtenu des informations sur l’ancienne terre mythique près du cercle arctique via les francs-maçons. Catherine II a organisé deux expéditions avec l’aide de Mikhail Lomonosov. Elle a signé un décret secret le 4 mai 1764.

Les documents officiels indiquaient que l’expédition dirigée par l’amiral Vasily Chichagov avait été envoyée au Spitzberg pour inspecter l’endroit pour le renouvellement de la chasse à la baleine et de la pêche là-bas. Cependant, l’entreprise est mentionnée comme une «expédition à destination du pôle Nord» dans les mémoires du fils de Chichagov.

Le capitaine n’a reçu l’ordre d’ouvrir une enveloppe contenant des instructions détaillées qu’après que son navire a pris la mer. Selon les instructions, le navire devait se diriger vers le pôle Nord. Ces instructions ont été écrites par Lomonosov, au revoir. Malheureusement, l’expédition n’a pas pu traverser la glace épaisse et a dû faire demi-tour. »

Pourquoi Catherine II était-elle si intéressée à trouver Hyperborea?

«Je crois que Catherine, pas comme quelques autres rois et reines, a été enchantée par les perspectives de découvrir l’élixir de la jeunesse éternelle, qui aurait été inventé par les Hyperboréens. Pline et Hérodote, ainsi que Virgile et Cicéron ont rapporté que les habitants du pays d’Hyperborée vivaient jusqu’à l’âge de mille ans et jouissaient d’une vie de bonheur complet. Nous ne devons pas oublier que l’impératrice était une femme. »

Hyperborée et hyperboréenne

Dans la mythologie grecque, les Hyperboréens étaient une race de géants qui vivaient «au-delà du vent du Nord». Les Grecs pensaient que Boreas, le dieu du vent du Nord (l’un des Anémoi, ou «vents») vivait en Thrace, et donc Hyperborea indique que c’est une région au-delà de la Thrace.

Cette terre était censée être parfaite, avec le soleil qui brille vingt-quatre heures par jour, ce qui, aux oreilles modernes, suggère un emplacement possible dans le cercle arctique pendant le soleil de minuit de l’année.

La première source existante qui mentionne Hyperborea en détail, les histoires d’Hérodote (livre IV, chapitres 32 à 36), date d’environ 450 av. Cependant, Hérodote a enregistré trois sources antérieures qui auraient mentionné les Hyperboréens, y compris Hésiode et Homère.

L’écrivain grec ancien Theopompus dans son travail Philippica a affirmé que Hyperborea était autrefois destiné à être conquis par une grande race de soldats d’une autre île (certains ont prétendu que c’était Atlantis), mais le plan a été abandonné parce que les soldats de Meropis ont réalisé que les Hyperboréens étaient trop fort pour eux et le plus béni des gens.

Traduit par damien, source: pravdareport.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *