Pemberton Hall : D’où viennent les fantômes

Pemberton Hall, ou «Pem», comme ses habitants l’appellent parfois, a été le premier bâtiment universitaire de l’Illinois à offrir un logement aux femmes sur le campus.

C’est peut-être aussi le premier bâtiment de ce type à être hanté. Les dernières décennies ont fourni des centaines d’histoires d’événements étranges, d’apparitions fantomatiques et de contes effrayants sur le dortoir.

Depuis plus de 80 ans, des femmes vivant dans la salle affirment avoir rencontré le fantôme ou des fantômes ici et l’ont rapportée jouer du piano et se gratter sur les murs du quatrième étage abandonné du bâtiment.

Mais comment l’histoire a-t-elle commencé? Comme pour chaque conte effrayant, il a commencé par une série d’événements terrifiants. Dans ce cas, ils ont eu lieu par une froide nuit d’hiver vers 1917…

C’était une nuit très froide en janvier et l’un des résidents de Pemberton Hall est monté au quatrième étage de l’immeuble pour jouer du piano. Il était très tard mais la jeune femme n’avait pas pu dormir. Elle espérait que de la musique douce pourrait apaiser son esprit et l’aider à se détendre.

L’histoire raconte qu’un concierge qui travaillait sur le campus a réussi à accéder à la salle des femmes ce soir-là. Le concierge traversa prudemment le bâtiment sombre jusqu’à l’étage supérieur. Ici, il a trouvé sa victime, le dos tourné vers la porte ouverte.

Il la saisit sauvagement et la frappa avec ses poings. Puis, déchirant et tirant, il a arraché sa chemise de nuit et l’a attaquée, la violant, la battant et la laissant pour morte. Peu de temps après, il s’est échappé et a disparu dans la froide nuit d’hiver.

Cependant, la jeune femme n’était pas morte. Elle réussit à se traîner dans les escaliers, laissant une trace sanglante dans son sillage, et rampa le long des marches. Elle a tiré son corps battu le long des couloirs, grattant faiblement les portes et essayant de réveiller quelqu’un pour l’aider. Enfin, elle est arrivée à la porte d’un conseiller et a réussi à la sortir de son sommeil. Lorsque le conseiller est venu à la porte, elle a trouvé la jeune femme dans une mare de sang, le corps meurtri, déchiré et sans vie.

Au fil des ans, les résidents de Pemberton Hall disent avoir entendu cet événement du passé se répéter dans le bâtiment. Ils se souviennent des bruits de traînée entendus près des escaliers qui mènent à l’étage supérieur et des bruits de grattage sur les portes et les murs.

Le plus déconcertant est cependant les empreintes de pas sanglantes qui sont apparues dans le couloir, pour disparaître quelques instants plus tard. Beaucoup pensent que le fantôme de la jeune femme assassinée est revenu hanter Pemberton Hall. Mais si c’est le cas, elle ne marche pas seule dans ce bâtiment!

Château de Ghost Girl

Le conseiller qui a découvert la fille assassinée s’appelait Mary Hawkins. C’était une jeune femme elle-même, à peine plus âgée que les femmes qu’elle avait été engagée pour aider. C’était une femme très attirante avec de longs cheveux blonds et une disposition brillante qui en a rapidement fait une favorite parmi les résidents de Pemberton Hall.

Cependant, l’effet du meurtre sur la personnalité de Mary a été dévastateur. Elle est devenue hantée par la mort de la jeune femme et les étudiants ont parlé de la voir arpenter les couloirs à toutes les heures de la nuit, incapable de dormir et tourmentée par des visions horribles et de la culpabilité. Enfin, incapable de faire face à sa dépression et aux cauchemars qui l’ont accompagnée, Mary a été institutionnalisée et s’est suicidée par la suite.

Peu de temps après sa mort, les résidents de Pemberton Hall ont commencé à signaler des événements assez étranges dans le bâtiment, et ces événements effrayants se poursuivent aujourd’hui. Ils croient que les incidents peuvent être expliqués comme le fantôme de Mary Hawkins, faisant toujours ses rondes et vérifiant les jeunes femmes qui vivent dans le bâtiment.

Peut-être que son esprit est incapable de se reposer après avoir perdu l’une des femmes dont elle a la garde et elle parcourt toujours le hall, les surveillant et les protégeant du mal. On dit que son fantôme glisse à travers les pièces, verrouille et déverrouille les portes, éteint les radios et les téléviseurs et garde généralement la trace de ce qui se passe ici.

Pendant de nombreuses années, les étudiants ont parlé des événements étranges dans le bâtiment et des événements qui convaincraient même les plus sceptiques des résidents que peut-être la salle était vraiment hantée. À plusieurs reprises, des étudiants avec qui j’ai parlé m’ont parlé de coups de porte tard dans la nuit et de bruits inexplicables dans les couloirs.

Une fois que la porte est ouverte pour voir qui pourrait être là, le couloir est vide. D’autres affirment avoir vu l’apparition d’une femme entrer dans leur chambre puis disparaître. Certains l’ont vue partir, refermer et verrouiller la porte derrière elle. Dans d’autres cas, les résidents qui se souviennent avoir laissé leurs portes ouvertes, les trouvent souvent mystérieusement verrouillés le lendemain matin. C’était comme si quelqu’un les surveillait et s’inquiétait pour leur sécurité. Cela aurait-il pu être Mary Hawkins?

Et ce sont des récits récents que j’ai entendu de première main de la part de certains anciens résidents… les histoires originales datent encore plus loin que cela!

Selon une ancienne résidente, il y a eu une série d’incidents étranges à l’automne 1952 alors qu’elle vivait dans le dortoir. Elle a expliqué que les filles se réveillaient à toutes les heures de la nuit en frappant aux portes et aux coups qui semblaient venir de l’intérieur des murs. Aucune cause n’a jamais été déterminée pour les incidents, mais la plupart ont simplement supposé que c’était Mary, essayant de faire connaître sa présence.

Tout au long des années 1960 et 1970, les résidents ont rapporté avoir entendu des chuchotements dans le bâtiment, en particulier au quatrième étage, et il y avait un certain nombre de rapports d’apparitions sur la cage d’escalier. Ces chiffres sont apparus très brièvement puis ont disparu.

Un étudiant, qui vivait à Pemberton Hall en 1976, a rappelé les problèmes que les conseillers résidents avaient avec les meubles dans l’un des salons. Il semblait que tous les meubles de cette pièce étaient souvent renversés ou à tout le moins réarrangés. Cela se produisait souvent pendant la nuit, mais parfois, cela arrivait beaucoup plus vite que cela…. et a été nettoyé au lieu d’être déplacé!

Fantôme hanté

Apparemment, un AR est entré dans la pièce un matin et a découvert que les meubles avaient tous été déplacés. Elle est allée chercher de l’aide pour redresser la pièce et quand elle et un autre résident sont revenus, ils ont trouvé que tout avait été remis en ordre! Après cela, l’AR quittait toujours la pièce comme elle l’avait trouvée et pourtant, d’une manière ou d’une autre, elle serait plus tard nettoyée. Les étudiants sur le sol ont tous nié savoir comment cela se déroulait.

La plupart des étudiants ne voient pas vraiment Mary, ni les autres fantômes, mais peu doutent que l’esprit existe. Beaucoup ont eu leurs propres rencontres étranges, même sans l’avantage de voir quoi que ce soit. Amy Taylor était une ancienne élève de l’Université Eastern Illinois et a vécu à Pemberton Hall pendant plusieurs années. Elle a raconté de nombreuses histoires sur Mary Hawkins et l’étrange activité ici.

Bien qu’elle n’ait jamais rencontré Mary Hawkins, elle a vécu quelques expériences déconcertantes. Un incident récurrent a concerné les lumières du quatrième bâtiment, où se trouve la salle de musique et où l’attaque contre la jeune femme a eu lieu il y a de nombreuses années.

Même si cet étage est maintenant verrouillé et interdit aux résidents, de nombreux étudiants ont déclaré avoir vu les fenêtres s’ouvrir et se fermer et les lumières s’allumer et s’éteindre. Il n’y a jamais eu d’explication logique pour expliquer pourquoi cela pourrait avoir lieu.

En outre, Amy raconte un autre incident inexpliqué qui s’est produit un matin après qu’elle et un certain nombre d’autres résidents ont quitté une salle de douche commune. Quand ils ont fermé la porte derrière eux, ils étaient sûrs que tous les rideaux des douches individuelles avaient été fermés. Quand ils sont entrés dans le couloir, ils ont entendu un bruit fort comme si quelque chose de monstrueux glissait sur le sol de la pièce vide derrière eux.

Ils retournèrent en courant pour découvrir que tous les rideaux de douche étaient maintenant ouverts et qu’une lourde chaise en bois avait traversé la pièce en quelque sorte par son propre pouvoir. Il était maintenant assis directement devant la porte! Personne d’autre n’était entré ou n’avait quitté la pièce depuis le départ d’Amy et des autres.

Ces dernières années, la majorité des rapports étranges ont porté sur le quatrième étage. Même si personne ne monte jamais là-haut, cela n’a pas empêché les résidents de signaler le bruit des pas qui arpentent les frais généraux et les souches de faible musique de piano qui filtrent depuis l’étage supérieur.

Le sol reste sombre et fermé et est vide sauf pour les vieux meubles et la poussière des décennies. Il a été abandonné par les étudiants et les visiteurs, bien qu’il y ait encore un piano dans la salle de musique. Est-ce de là que vient la musique? Si c’est le cas, il faut se demander si la musique qui en provient ces jours-ci est de notre monde ou du prochain…?

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Auteur: Troy Taylor , qui est un historien surnaturel, un mordu de meurtre et l’auteur de près de 90 livres sur les fantômes, les hantises, l’histoire, le crime et l’inexpliqué en Amérique. Consultez ses livres sur Amazon ici .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *