/script>

Cas documenté de la véritable possession démoniaque

Une Américaine qui lévitait, démontrait des pouvoirs psychiques paranormaux et parlait des langues étrangères qui lui étaient inconnues était clairement possédée par des démons, selon un psychiatre certifié et professeur agrégé de psychiatrie clinique au New York Medical College.

La femme sans nom, avec une longue histoire d’implication avec des groupes sataniques, a été observée par une équipe de prêtres, diacres, plusieurs assistants laïcs, psychiatres, religieuses, dont certains avaient également une formation médicale et psychiatrique, lévitant à six pouces du sol tandis que des objets a volé des étagères dans la même pièce, selon le Dr Richard E. Gallagher, qui a documenté le cas dans le New Oxford Review.

« Périodiquement, en notre présence, Julia entrerait dans un état de transe de nature récurrente », écrit Gallagher. «Les individus mentalement troublés« se dissocient souvent », mais les transes de Julia s’accompagnaient d’un phénomène inhabituel: de sa bouche sortaient diverses menaces, railleries et langage scatologique, des phrases comme« Laissez-la tranquille, idiot »,« Elle est à nous ». Pars, imbécile prêtre, ou simplement pars.

«Le ton de cette voix différait sensiblement de celui de Julia, et elle variait, semblant parfois gutturale et vaguement masculine, à d’autres moments aigus. La plupart de ses commentaires au cours de ces «transes» ou lors des exorcismes qui ont suivi, ont montré un mépris marqué pour tout ce qui est religieux ou sacré. »

Selon Gallagher, le sujet n’aurait aucun souvenir d’avoir prononcé ces phrases lors de sa sortie de l’état de transe.

« Parfois, des objets autour d’elle volaient des étagères, le phénomène rare de psychokinèse connu des parapsychologues », rapporte Gallagher. «Julia était également en possession de la connaissance des faits et des événements au-delà de toute possibilité de leur acquisition naturelle.

« Elle a souvent rapporté des informations sur les proches, la composition du ménage, les décès et maladies de la famille, etc., des membres de notre équipe, sans jamais les avoir observés ou informés », a-t-il déclaré. «À titre d’exemple, elle connaissait la personnalité et la manière précise de mourir (c.-à-d. Le type exact de cancer) d’un parent d’un membre de l’équipe que personne n’aurait pu imaginer.»

«Elle a une fois parlé du comportement étrange de certains animaux inexplicablement frénétiques au-delà de son observation directe: bien qu’elle résidait dans une autre ville, elle a commenté: ‘Donc, ces chats sont vraiment devenus furieux la nuit dernière, n’est-ce pas?’ le matin après que deux chats dans la maison d’un membre de l’équipe s’étaient violemment attaqués violemment vers 2 heures du matin »

Julia a demandé un rituel d’exorcisme catholique romain, convaincue dès le début de ses consultations qu’elle était sous attaque démoniaque.

« L’exorcisme a commencé par une chaude journée de juin », se souvient Gallagher. «Malgré le temps, la pièce où se déroulait le rite est devenue très froide. Plus tard, cependant, alors que l’entité de Julia a commencé à jaillir du vitriol et à faire des bruits étranges, les membres de l’équipe se sont sentis transpirer abondamment en raison d’une émanation étouffante de chaleur. Les participants ont tous déclaré qu’ils trouvaient la chaleur insupportable.

«Au début, Julia était entrée dans un état de transe tranquille. Après que les prières et les invocations du Rituel Romain se soient poursuivies pendant un certain temps, cependant, plusieurs voix et sons sont sortis d’elle. Un ensemble se composait de grognements bruyants et de bruits d’animaux, qui semblaient impossibles à imiter pour le groupe. À un moment donné, les voix ont parlé dans des langues étrangères, y compris le latin et l’espagnol reconnaissables. (Julia elle-même ne parle que l’anglais, comme elle nous l’a confirmé plus tard.)

«Les voix étaient de nature sensiblement offensive, souvent insolentes, blasphématoires et hautement scatologiques. Ils ont maudit et insulté les participants de la manière la plus grossière. Ils menaçaient fréquemment – essayant, semble-t-il, de riposter – «Laissez-la tranquille», «Arrêtez, vous ****» (aux nonnes), «Vous serez désolé», etc.

«Julia a également fait preuve d’une force énorme. Malgré les sœurs religieuses et trois autres personnes qui la retenaient de toutes leurs forces, elles ont lutté pour la retenir. Remarquablement, pendant environ 30 minutes, elle a en fait fait léviter environ un demi-pied dans l’air. »

Le but de l’article de Gallagher, dit-il, est de «documenter un cas contemporain et clair de possession démoniaque». Il explique que même ceux qui doutent de l’existence d’un tel phénomène peuvent trouver cette affaire «plutôt convaincante».

«La possession n’est qu’une et non le type d’attaque démoniaque le plus courant. La possession est très rare, mais pas aussi excessivement que beaucoup l’imaginent », conclut-il. «La soi-disant« oppression »ou« infestation »est moins rare, bien que peu fréquente non plus, et parfois plus difficile à discerner avec précision.»

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *