Un chercheur britannique affirme que les sons des ondes infrasonores créent les fantômes

Le spécialiste britannique des technologies de l’information Vic Tandy dit qu’il n’oubliera jamais cette nuit. Il travaillait des heures supplémentaires dans son laboratoire à l’Université de Coventry, en Angleterre, rapporte pravdareport.com.

L’horloge indiquait 19 heures. Tous ses collègues étaient déjà partis mais Tandy semblait avoir perdu le sens du temps car son travail l’absorbait complètement. Tout à coup, il sentit une sueur froide couler dans son dos – il pouvait sentir quelqu’un le regarder.

Il regarda autour de lui et vit quelque chose de gris, semblable à du brouillard et quelque peu informe se rapprochant dans sa direction. Il bougeait apparemment et le regardait droit dans les yeux. L’apparition a disparu dans le vide quand elle n’était qu’à quelques mètres de Vic. Le chercheur maudit bruyamment, prit une profonde inspiration et essuya la sueur de son visage.

Ce qui précède n’est que le début d’une histoire relayée par Tandy à l’un des quotidiens britanniques. La partie restante se déroule comme un film policier entrecoupé de détails scientifiques.

Véritable chercheur, Tandy a décidé de faire des recherches sur le phénomène et de le placer sur des bases scientifiques solides. Devenu en quelque sorte un «chasseur de fantômes», il a passé cinq ans à étudier toutes les histoires liées aux fantômes observées dans les vieux châteaux anglais. Il attendait la nuit.

Il a étudié les lectures d’équipements scientifiques. Finalement, il a appris d’où venaient les fantômes. Il a même avancé les raisons pour lesquelles les Anglais sont plus souvent témoins de fantômes que les résidents d’autres pays.

«Les« morts »dans ce pays ont plus de raisons de se promener dans les couloirs et les tours des vieux châteaux et manoirs à cause des vents de mer puissants qui soufflent rapidement sur les îles britanniques», explique Tandy.

«Les vents produisent les ondes sonores d’une gamme particulière, dont les chercheurs n’avaient jusqu’à récemment pas pris note. Les gens voient traditionnellement les phénomènes créés par ces ondes sonores comme des spectres », ajoute-t-il.

Le chercheur est arrivé à la conclusion par accident. Il a amené une rapière sur son lieu de travail un jour après avoir vu le fantôme dans son laboratoire. La rapière avait besoin d’être réparée pour une compétition à laquelle Tandy allait participer plus tard cette semaine.

Il tenait la rapière dans un étau et la vit bientôt osciller comme si une main invisible balançait la rapière d’avant en arrière. Le chercheur était convaincu qu’il assistait au phénomène de résonance.

C’était très calme au laboratoire à l’époque. Tandy s’est mis à mesurer les procédures à l’aide d’un certain nombre d’appareils. Il était vraiment étonné de découvrir que le bruit terrible et le grondement remplissaient en fait le laboratoire en ce moment même. Mais tous les sons étaient infrasonores, c’est-à-dire avec des fréquences inférieures à la plage audible.

Il n’a pas fallu longtemps à Tandy pour localiser la source du bruit. Le bruit provenait d’un nouveau ventilateur, récemment installé dans un système de climatisation. Une fois que le chercheur a éteint le ventilateur, la rapière a cessé de vibrer. Un instant plus tard, une idée intéressante lui vint à l’esprit: «Et si le phénomène infrarouge avait à voir avec les fantômes?»

Les ondes sonores du laboratoire ont mesuré une fréquence de 18,98 Hz. Il équivaut à peu près au mouvement de fréquence d’un globe oculaire humain.

Les rafales de vent qui soufflent contre les murs d’une vieille tour produisent des ondes sonores dans la plage des infrasons. Les sons peuvent pénétrer les murs les plus épais. Dans une tour, on peut entendre le vent hurler et gémir comme un fou dans les couloirs.

«Ce n’est pas une coïncidence si les fantômes se promèneraient dans les longs couloirs où des courants d’air volent sur les murs», explique le chercheur pour prouver sa théorie.

Jusqu’à présent, Tandy n’a pas expliqué pourquoi les «sons résonnants» ont pris forme sous une telle forme. En outre, on ne sait toujours pas comment les puissantes ondes infrasonores réagissent si elles sont produites par de fortes rafales de vent ou par des véhicules et des avions qui passent.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *