La maison des fantômes de la chapelle pénitentiaire

Construite en 1831 principalement comme lieu de culte pour le nombre toujours croissant de condamnés et de colons libres, la chapelle du pénitencier de Hobart a subi de nombreuses modifications au fil des ans.

Fermé au culte gratuit des colons en 1845, et transformé en un pénitencier pleinement opérationnel en 1857 avec l’ajout de cellules et d’une cour d’exécution, le complexe résultant a été décrit comme un enfer par les détenus.

Une partie du complexe a été démolie dans les années 1960 lors de nouvelles constructions; cependant, une grande partie du site est restée dans son état d’origine pendant plus d’un siècle.

Plus récemment, la section précédemment démolie de la chapelle a été minutieusement reconstruite selon le plan d’origine afin de redonner au site sa gloire d’antan.

L’ensemble du site présente une atmosphère hantée, semblant régulièrement inhabituellement froide avec un sentiment écrasant de désespoir et de désespoir. Pour certains, l’ambiance oppressante du lieu peut devenir si accablante qu’ils sont obligés de partir, se plaignant de maux de tête et de difficultés respiratoires.

La chapelle du pénitencier de Hobart aujourd’hui

Les fantômes de la chapelle du pénitencier errent librement dans les limites des murs extérieurs, chaque section du site ayant au moins un esprit résident et une myriade de phénomènes inexpliqués rapportés.

Cependant, certaines sections de la chapelle présentent un volume plus important d’occurrences inexplicables à un niveau plus régulier et spectaculaire qu’ailleurs dans l’enceinte.

La chapelle pénitentiaire est également hantée par les fantômes et les souvenirs des condamnés dont la vie a été brusquement interrompue par l’exécution. La première exécution a eu lieu dans l’enceinte du pénitencier en 1857, avec un total de 32 criminels condamnés exécutés dans les années précédant la pendaison définitive en 1946.

Histoire de fantômes

C’est à proximité de la potence encore existante que de nombreux visiteurs sont exposés à l’atmosphère hantée du site, avec des expériences allant d’un sentiment de peur accablant, se sentant chaud et étouffé même en hiver lorsque la température est basse, la sensation de être saisi par des mains invisibles, et l’odeur accablante de sang et de décomposition dans la zone située directement sous la trappe.

Les cellules solitaires situées sous le sol de la chapelle sont également réputées pour leur activité fantomatique. Surnommé affectueusement le «trou à poussière» par les condamnés assez malheureux pour avoir passé du temps dans cette section du pénitencier, les 36 cellules d’isolement ont été construites avec une ventilation insuffisante et un manque total d’éclairage.

Fermé en 1847 en raison de préoccupations concernant les conditions inhumaines qui prévalent dans ces cellules, l’atmosphère oppressante et les esprits de beaucoup résident encore sous le sol de la chapelle.

Ceux qui souhaitent s’aventurer dans les profondeurs de cette section rapportent avoir connu des fluctuations de température notables, entendre des pas et des voix depuis l’intérieur des cellules vides et apercevoir momentanément des prisonniers spectraux se déplaçant dans l’obscurité.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *