Une expérience confirme une théorie vieille de 50 ans selon laquelle les extraterrestres peuvent collecter l’énergie du trou noir

«En 1971, Zel’dovich a prédit que les fluctuations quantiques et les ondes classiques réfléchies par un cylindre absorbant rotatif gagneront de l’énergie et seront amplifiées. Ce concept, qui est une étape clé vers la compréhension que les trous noirs peuvent amplifier les fluctuations quantiques, n’a pas été vérifié expérimentalement en raison de l’exigence expérimentale difficile que le taux de rotation des cylindres doit être supérieur à la fréquence des vagues entrantes. »

Jusqu’à maintenant. Ce premier paragraphe d’une nouvelle étude publiée dans la revue Nature Physics fait référence à l’idée que les trous noirs ne sont pas seulement des corps aspirant la matière consommant toute l’énergie sur leur chemin, mais peuvent en fait être exploités par une brave civilisation extraterrestre ou même les humains – à condition qu’ils puissent trouver un moyen de se rapprocher suffisamment pour brancher leur batterie dans le chargeur à trou noir. Mais comment?

L’idée est venue du physicien britannique Roger Penrose. En 1969, il a théorisé que l’énergie de rotation pouvait être récoltée dans un trou noir en abaissant un objet dans le bord extérieur de son horizon d’événement – l’ergosphère – puis en collectant l’énergie que le trou noir dégageait en dînant. Le premier et le plus grand défi était que le collecteur devait être immobile avec le trou noir, ce qui signifiait qu’il devait se déplacer à une vitesse supérieure à la vitesse de la lumière. Cette idée de récupération d’énergie est devenue connue sous le nom de processus de Penrose.

Pendant que Sir Roger partageait le prix Wolf de physique 1988 avec Stephen Hawking pour les théorèmes de singularité Penrose – Hawking, le célèbre physicien soviétique Yakov Zel’dovich a repris le processus de Penrose en 1971 et a développé une expérience qui pourrait être menée sur Terre pour tester la théorie. Il s’agissait de projeter des ondes lumineuses torsadées (utilisées dans des pincettes optiques et des microscopes ultra-puissants) sur un cylindre rotatif qui les réfléchissent avec une énergie supplémentaire prélevée sur la rotation du cylindre en raison de ce qu’on appelle le décalage Doppler rotationnel. Zel’dovich était certain que cela fonctionnerait – il avait juste besoin d’un cylindre qui tournait au moins un milliard de fois par seconde.

Avance rapide vers le présent. Marion Cromb, Ph.D. étudiante à l’École de physique et d’astronomie de l’Université de Glasgow et auteure principale de l’article, a proposé une alternative qui lui permettrait, ainsi qu’à son équipe de recherche, de tester avec succès le processus de Penrose en utilisant le son au lieu de la lumière. Le son voyage évidemment beaucoup plus lentement que la lumière, mais il fonctionne de la même manière dans un décalage Doppler rotatif. Ils ont utilisé un petit anneau de haut-parleurs pour créer une torsion dans les ondes sonores, puis les ont dirigés vers un absorbeur de son rotatif fabriqué à partir d’un disque en mousse. Les microphones de l’autre côté captaient le son lorsqu’il traversait le disque. Et?

«Ce que nous avons entendu au cours de notre expérience était extraordinaire. Ce qui se passe, c’est que la fréquence des ondes sonores est décalée de zéro par doppler à mesure que la vitesse de rotation augmente. Lorsque le son recommence, c’est parce que les ondes sont passées d’une fréquence positive à une fréquence négative. Ces ondes de fréquence négative sont capables de prendre une partie de l’énergie du disque en mousse en rotation, devenant plus bruyantes dans le processus, tout comme Zel’dovich l’a proposé en 1971. »

Eureka! … Ou ce que les chercheurs crient ces jours-ci – Cromb a préféré commenter tranquillement à Phys.org . Les théories de Penrose et Zel’dovich sur la possibilité de récupérer l’énergie d’un trou noir ont été prouvées dans une expérience de laboratoire utilisant l’équivalent de votre haut-parleur Wifi et d’une batte Nerf à rotation rapide. Oui, c’est loin de charger votre vaisseau spatial dans un trou noir au bord de la route pour le retour à la maison, mais c’est toujours une preuve.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : MYSTERIOUSUNIVERSE

Un point de plus à méditer. Penrose a proposé le processus comme un moyen pour les civilisations extraterrestres d’exploiter la puissance du trou noir. L’expérience prouve que c’est possible. Est-ce à dire que cela peut déjà se produire? Qu’est-ce que cela signifierait?

Akerue! (C’est un Eureka inversé!)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *