/script>

La légende du chien noir de Moeraki

Moeraki est une péninsule balayée par les vents à Otago, sur la côte sud-est de l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande. Aujourd’hui, c’est un lieu touristique populaire; célèbre pour le littoral accidenté, les petits pingouins bleus, le phare de Moeraki et un phénomène de la nature connu sous le nom de rochers de Moeraki.

Les rochers sont des boules de granit sphériques géantes qui parsèment le littoral en petits groupes. Certains disent qu’ils sont le résultat de l’action naturelle des vagues qui font rouler les grands rochers dans les vagues, d’autres disent que ce sont des météorites, et puis il y a ceux qui les croient de nature plus spirituelle. Quelle que soit leur source, c’est un site qui vaut le détour.

Avant l’arrivée des Européens, Moeraki était habitée par des Maoris – de petits groupes tribaux qui voyageaient le long de la côte, pêchant et chassant. Il était courant à cette époque pour les Maoris de garder les chiens à l’intérieur de leurs fortifications qu’ils appelaient leur «Pa».

Les chiens étaient gardés pour plusieurs raisons: chiens de garde, animaux de compagnie et en période de soudure, ils étaient une source de nourriture. Un de ces chiens, un favori particulier de la Kuia (femme ancienne), était une grande brute noire, de mauvaise humeur et stand-offish, mais généralement un grand chien de garde aboyant tout ce qui bougeait.

Il a toujours été un grand réconfort pour le Kuia, car le chien dormait juste à l’extérieur de son whare (maison) et à côté du chef. Tout au long de la journée, il traînait toujours dans le camp à la recherche de restes de nourriture.

On raconte qu’une nuit, le chef, qui sortait de sa hutte pour se soulager sans regarder où il allait, trébucha sur le misérable animal endormi.

Le vieux chef est tombé et s’est blessé à la jambe, et le chien a hurlé de peur et l’a rapidement mordu, ajoutant aux malheurs du chef. Le chien s’est enfui en grondant et en claquant. En colère, le chef a ordonné que l’animal inutile soit attrapé, tué et servi pour le dîner.

Plus tard dans la journée, en mangeant du kai (dîner), le Kuia chercha autour de lui le vieux chien pour lui donner des restes. Bien sûr, il était introuvable. Elle a demandé au chef: « Où est le chien noir? »

Le chef a répondu: « Tu le manges! » Up a sauté le Kuia enragé, renversant tout le kai.

Elle recula et jeta un Makutu (malédiction) sur le chef. C’était en effet le dernier dîner que le chef a mangé – les légendes disent qu’il s’est étouffé avec un os du chien et est mort des suites du Makutu.

Dans sa malédiction, le Kuia a déclaré que personne sur Moeraki ne devait jamais blesser un chien noir à nouveau, et qu’à partir de ce moment, l’apparition d’un grand chien noir sur les avant-postes de Moeraki doit être considérée comme un mauvais présage.

Quelques années plus tard, lorsque les Européens sont arrivés et que la colonie de Moeraki est devenue un village de pêcheurs et une station de phare, des histoires étranges d’un chien noir s’approchant la nuit ont commencé à être racontées.

Dans certains comptes, le chien tombait et marchait juste devant les gens qui rentraient chez eux, semblant les guider vers leurs maisons. D’autres fois, le chien entrait et sortait, aboyant et grognant, provoquant la confusion et la chute des gens.

Dans un certain nombre de cas, les personnes qui se plaignaient de voir le chien se faufiler devant elles ont subi des blessures graves, des membres cassés et, à deux reprises au moins, la mort.

Depuis plus de 150 ans, l’histoire a été racontée, de nombreuses personnes ont vu le chien, personne n’a revendiqué la propriété, et il n’a jamais été vu en plein jour. J’espère juste que si par une étrange tournure du destin vous vous retrouvez à Moeraki, le chien qui vous ramène à la maison n’est pas grand et noir et il le fait en ligne droite.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Auteur: Jeff Belanger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *