Le bandit de grand chemin : le fantôme de l’autoroute 80, Mitchellville

L’histoire de Des Moines, Iowa, la région remonte aux années 1600, lorsque les moines trappistes (Moines de la Trappe) qui vivaient dans des huttes à l’embouchure de la rivière Des Moines ont vécu et y sont morts au cours de nombreuses années alors que essayer de convertir les indigènes de l’Iowa au christianisme et au mode de vie européen.

Plus tard, les voyageurs coloniaux français montaient et descendaient les nombreuses rivières autour de ce qui allait devenir la ville de Des Moines. Ces trappeurs coloniaux français ont travaillé dans la région de Des Moines pendant de nombreuses années, alimentant l’industrie lucrative de la fourrure qui se concentrait sur l’achat et la vente de peaux aux autochtones pour le commerce européen de la fourrure. L’Iowa a un passé colonial qui remonte à certaines des premières colonies d’origine.

Il y a une légende fantomatique qui a ses racines dans le passé colonial de l’Iowa. Cette histoire circule depuis de nombreuses années et raconte un esprit ambulant à la recherche de quelque chose sur un tronçon isolé de l’Interstate 80 à Mitchellville, à quelques kilomètres au nord-est de Des Moines.

Qui sait si l’apparition coloniale essaie juste de rentrer chez elle ou cherche quelqu’un. Peut-être qu’il cherche son cheval perdu qui l’a laissé coincé dans les plaines ouvertes de l’Iowa?

Des observations de ce fantôme ont été signalées par des dizaines de personnes au cours des années dans le tronçon de route entre Mitchellville et Des Moines. Un homme vêtu d’une tenue coloniale a été vu marchant à travers l’autoroute et le long de la route à la recherche de quelque chose.

Beaucoup de gens qui l’ont vu au début croient qu’il est un reconstitution coloniale ou quelqu’un habillé pour une soirée costumée. Cependant, cette entité n’est vue que quelques instants avant de disparaître dans les airs tandis que les spectateurs regardent avec horreur et incrédulité.

L’équipe de recherche avancée paranormale extrême de Des Moines Iowa a interviewé un couple qui a vérifié que cette histoire n’est pas seulement une légende locale, mais qu’elle se produit toujours aujourd’hui.

La femme nous a dit qu’une nuit froide en 1998, sur le chemin du retour d’un match de basket-ball à Des Moines, elle et son mari rentraient chez eux et ont tous deux vu l’image d’un homme vêtu d’un costume colonial complet marchant vers l’est sur la I-80 juste à l’ouest de Mitchellville. Il était tard dans la nuit de 10h30 à 23h

Elle a continué en disant qu’ils ne pouvaient pas voir le visage de l’homme, mais ils ont remarqué comment il avait une sorte de faible lueur quand elle l’a vu pour la première fois.

Alors qu’ils se rapprochaient, près de cent pieds ou moins, elle alluma ses lumières pour mieux voir l’homme, et c’est alors qu’il disparut soudainement sous leurs yeux. Elle se tourna vers son mari qui était assis à côté d’elle, et sa bouche était grande ouverte.

Ils ont tous deux parlé à d’autres personnes, dont des amis, des membres de leur famille et des collègues de travail, de cet incident qui les a choqués et impressionnés. Ils ont vite appris qu’ils faisaient partie des nombreuses personnes qui ont vu ce fantôme.

Les chercheurs de Paranormal croient que l’intensité de la douleur émotionnelle, de la douleur physique et de la mort violente, en particulier à grande échelle, laisse une puissante empreinte dans l’espace psychique, un royaume invisible autour de nous. Les combats se terminent en temps réel, mais continuent et se répètent dans le domaine invisible.

Une hantise se produit lorsque les gens peuvent expérimenter ce royaume invisible, même brièvement. Certains chercheurs pensent également que certaines des âmes des soldats morts sont coincées ou liées à la terre. Ils s’attardent à l’endroit où ils sont morts, sans savoir où aller ni même combien de temps passe.

Les gens qui croient que de telles observations sont réelles ont émis l’hypothèse que les témoins connaissent une rétrocognition, une capacité à voir des images du passé.

D’autres ont suggéré que la nature traumatisante de la guerre amène les personnes décédées au cours d’une bataille à laisser des «résidus psychiques» sur le site de leur mort, et ce résidu est responsable des images. Les sceptiques, cependant, disent que de telles images sont des hallucinations ou des fantasmes.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *