Découvrez de quoi parle le livre égyptien des morts

Le Livre des Morts n’est pas un livre sur la mort. C’est un livre sur la vie qui a vaincu la mort. Curieusement, mais un titre aussi efficace devenu connu sous le nom de pyramides, momies et papyrus ne coïncide pas du tout avec le contenu et l’idée du livre.

De plus, sa signification est opposée à son titre d’origine. Le Livre des Morts n’est qu’une partie du problème…

Cela fait longtemps que les Européens n’ont pas pensé à l’Égypte ancienne comme à la terre des morts où les vivants vénéraient la mort et se préparaient à mourir longtemps à l’avance.

Malheureusement, cette vieille tromperie est présente même dans la culture de masse moderne (pensez au film The Mummy, par exemple). Cela peut s’expliquer en partie par les sources de nos connaissances – plus de 95% des monuments de l’Égypte ancienne se trouvent dans des tombes. Imaginez ce qu’un historien de l’avenir pensera de notre civilisation si nous quittons autant de nécropoles?

Dans le même temps, un non-expert n’associera pas tous les monuments égyptiens au monde des morts. Ainsi, par exemple, les murs de certaines tombes de civils montrent différents aspects de la vie sur le Nil: l’agriculture, l’artisanat, la chasse, la pêche, etc. Et ils sont montrés plutôt gaiement! Les images humoristiques ne font pas exception ici.

Soit dit en passant, l’amour pour la plaisanterie distinguait les Égyptiens de tous les autres Arabes. C’est ici que le caractère national – pas seulement de type anthropologique – est bien conservé. Malheureusement, l’humour des anciens Égyptiens reste un sujet fermé pour les égyptologues.

Ce n’est pas que les scientifiques ne sont pas intéressés – le problème est très difficile à résoudre. Le rire qui a été entendu il y a longtemps est comme une odeur insaisissable. Elle diffère selon l’époque et la nation et même selon le niveau de la société.

Si une culture est basée sur l’individualité, l’humour de chaque personne est particulier. Même l’humour qui est présent dans les textes (comme jouer sur des mots courants chez les gratteurs égyptiens) est difficile à saisir. L’humour oblige un historien à pénétrer profondément dans une zone de mentalité amorphe et fragile.

Il est à noter que c’est à l’époque du Nouvel Empire (16-11 siècles avant JC), qui fut la période la plus importante de l’histoire du Livre; le nombre de textes et d’images humoristiques augmente considérablement.

Un conte mythologique «La bataille d’Horus et de Seth» où les principaux dieux égyptiens sont humiliés remonte à cette période de l’histoire égyptienne. Seth est présenté ici comme un gros morceau stupide qui ose insulter le roi de tous les dieux Amon-Re.

Les images érotiques sont encore plus amusantes. Il existe même une sorte de «bande dessinée érotique» (papyrus érotique de Turin: les images sont remarquables dans le sens où elles sont plutôt humoristiques que salissantes).

Le titre The Book of the Dead est devenu associé à des textes funéraires bien que les égyptologues savent très bien qu’il ne s’agit que d’un titre conventionnel. Le titre original du verso peut être traduit par Le livre de la venue du jour.

Il représente le sens fondamental de ce texte étonnant qui aide les morts à surmonter tous les dangers de l’autre monde, à passer par le jugement post mortem et à revenir sur la barque ensoleillée de Ré, qui doit naître des morts, ou à renouveler comme le disaient les Égyptiens.

Le plus important est de vaincre l’ennemi – la mort – afin de vivre spirituellement et sensuellement dans un corps toujours jeune rajeuni au pays de la beauté éternelle avec les êtres chers. Ce livre est une histoire de surmonter la mort et les moyens de la surmonter. L’un des chapitres les plus importants de l’ouvrage illustre l’idée de rétribution post mortem.

Le Livre des Sourds a joué un rôle très important dans la culture et la religion des anciens Égyptiens. Ce n’était pas un rituel funéraire, un livre de prières ou un recueil de mythes. Ni l’un ni l’autre. Il est difficile de trouver un nom propre pour ce chef-d’œuvre écrit étonnant et extrêmement important.

Il serait juste de dire que c’était tout pour les Égyptiens. La littérature des religions du monde telles que le christianisme, le bouddhisme ou l’islam ne connaît pas un tel travail qui pourrait être comparé avec le Livre des morts.

Il semble être la quintessence de toutes les idées spirituelles, religieuses et de vision du monde de la culture ancienne qui avait sa propre manière unique dans l’histoire (qui a duré plus de 3000 ans!) Et a joué un rôle titanesque dans la culture mondiale.

Avant le Livre des Morts (ses plus anciens parchemins remontent aux 17e-16e siècles avant JC), il existait une puissante tradition de littérature funéraire – les Textes des Pyramides, qui ont été écrits à la fin de l’Ancien Empire (24e-22e siècles avant JC). et Sarcophagus Texts (21e – 18e siècles avant JC).

Le livre peut nous sembler étrange car il s’agit d’un recueil de dictons pratiques qui ont été écrits à différentes périodes et qui contiennent de vagues dialogues, des formules magiques et des textes qui surprennent par leur imagination débordante et leur clairvoyance spirituelle.

Les Égyptiens considéraient qu’un fragile rouleau de papyrus était presque le dernier espoir pour traverser le monde horrible des serpents, des scorpions, des fantômes, des lacs flamboyants et des cristaux magiques. Ce monde remonte aux temps immémoriaux des cérémonies d’initiation primitive qui ont été bien préservées pendant des milliers d’années.

Les Égyptiens considéraient leur écriture comme un discours sacré et pensaient qu’elle avait été inventée par le Thoth, qui était le dieu de la sagesse et de la connaissance. Les rouleaux de livres sacrés étaient appelés les âmes du dieu Ré.

L’origine divine du Livre des Morts était évidente et comme tout objet divin, elle était entourée de mystère. Un de ses chapitres prétend que le livre est plus utile que toutes les cérémonies et qu’il devrait être caché aux yeux de l’homme.

C’est ainsi que les Égyptiens eux-mêmes ont traité ce chef-d’œuvre sacré. Il est impossible de saisir le sens et l’esprit de leur culture sans comprendre leur propre attitude envers ce livre. Ce livre contient trop de notions et de croyances pour être sous-estimé.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *