Trois objets possédés qui existent réellement

Vous avez peut-être entendu parler de maisons hantées et même de personnes possédées, mais des objets quotidiens et inanimés – meubles, animaux en peluche, peintures, horloges, jouets – peuvent-ils également être hantés? Si les esprits peuvent s’attacher aux maisons, aux hôpitaux et autres institutions et aux champs de bataille, nous ne pouvons pas exclure l’idée qu’ils peuvent également s’attacher aux objets.

On pense qu’une maison ou d’autres bâtiments sont hantés parce que l’endroit était important pour la personne dans la vie, ou qu’ils y ont subi de grandes pertes ou tragédies et ne peuvent pas le laisser partir. Il peut donc en être ainsi pour certains biens auxquels une personne était affectivement attachée dans la vie, poursuivant cet attachement dans la mort.

Il y a eu de nombreuses allégations et cas dans lesquels les gens disent que des articles qu’ils ont achetés, hérités ou trouvés pourraient être possédés ou hantés. Le chercheur paranormal John Zaffis possède une grande collection de ces objets dans son musée du paranormal. Voici quelques vrais cas de possessions possédées.

LE LIT HANTÉ

Quand Styles avait environ 11 ans, il vivait avec sa famille dans une maison de style adobe qui a été construite au début des années 1900.

Styles avait des frères plus âgés et lorsque leur père leur a acheté de nouveaux matelas, Styles, étant le plus jeune, a hérité de l’un des vieux matelas.

Styles n’avait jamais entendu son frère se plaindre du vieux matelas, et Styles le trouvait confortable et relaxant… mais il commença à vivre des nuits agitées et sans sommeil. «Tout a commencé avec cette nuit bizarre où j’étais dans mon lit à essayer de dormir», dit-il.

«J’avais la couverture au-dessus de ma tête quand j’ai senti quelque chose frotter la couverture avec sa main. Parce que la couverture était mince, je pouvais voir à quoi elle ressemblait. C’était un petit homme d’environ deux pieds de hauteur essayant de me retirer la couverture! »

C’était juste le début. «Il était alors environ 2 heures du matin quand j’ai été réveillé par ce qui ressemblait à un tas de mains poussant vers le haut depuis l’intérieur du matelas. J’étais horrifié! Je commence à prier. Mon frère, avec qui je partageais la chambre, a déclaré en riant dans son sommeil. Mais ce n’était pas son rire. »

Styles dit qu’il a également senti une forte piqûre dans ses côtes par des mains invisibles, dont il ressentait toujours la douleur le matin.

Pourquoi Styles a-t-il fait l’expérience de ce matelas hanté alors que son frère ne l’a pas fait? Était-ce quelque chose à propos de Styles qui a réveillé le fantôme?

LA PORTE HANTÉE

Au début des années 1960, Connie se souvient que son père avait ramené à la maison une vieille porte qu’il avait trouvée dans un tas de débris d’une maison récemment démolie. La porte était en bon état, donc son père pensait que cela ferait un bon ajout à leur maison puisqu’il était en train de rénover le deuxième étage. Il l’a utilisé pour fermer la chambre des parents depuis le couloir à l’étage.

Connie décrit l’étage comme ayant un vide sanitaire qui courait derrière la chambre de ses parents et la chambre qu’elle partageait avec sa sœur. La nuit après que son père a accroché cette étrange vieille porte, des choses étranges ont commencé à se produire.

«Vers 3 h du matin», dit Connie, «nous avons tous été réveillés par des coups de marteau provenant du vide sanitaire. Tout le monde a sauté du lit! Mon père a couru dans notre chambre avec une lampe de poche et a retiré le panneau d’accès.

Nous étions pétrifiés, mais quand il a braqué la lumière à l’intérieur du vide sanitaire, il n’a rien vu. Il était même assez courageux pour entrer dans le vide sanitaire, mais n’a rien trouvé de déplacé. »

Raisonnant que le bruit pourrait avoir été causé par une branche d’arbre extérieure frappant la maison, le père de Connie a remplacé le panneau d’accès et ils sont tous retournés se coucher.

Une demi-heure plus tard, le martèlement féroce recommença. Cette fois, le père de Connie a même vérifié à l’extérieur, mais n’a rien trouvé qui pourrait causer du bruit. «Maintenant, nous avions vraiment peur», admet Connie. «Et pour la semaine prochaine, tous les soirs, le martèlement a eu lieu. Nous étions tous épuisés. »

Enfin, la maman de Connie a insisté pour que l’ancienne porte soit enlevée. «Elle a dit qu’elle pensait que c’était hanté! Nous avons tous ri, mais elle était sérieuse. » À contrecœur, le père de Connie a sorti la vieille porte, l’a découpée en éclats et l’a brûlée. Effectivement, le martèlement s’est arrêté et n’est jamais revenu.

LE PIANO HANTÉ

Vicki avait toujours voulu un piano. Son souhait s’est réalisé un jour lorsque son fils lui a apporté un vieux piano droit qu’il avait découvert en travaillant pour son service de sauvetage et de transport. Il semblait en bon état de fonctionnement, alors Vicki le nettoya, le polit et le posa dans le porche fermé de son ancienne ferme, où il devint rapidement l’un de ses biens les plus précieux.

Plusieurs années se sont écoulées sans incident. Puis, un soir d’octobre, Vicki gardait sa petite-fille lorsqu’elle a commencé à entendre le son du piano depuis le porche. «Il s’agissait de notes aléatoires sans mélodie particulière», dit-elle.

«Groggy, j’ai écouté le piano pendant au moins quinze minutes. Décidant que ce devait être des souris, je me levai et ouvris la porte. Le piano était silencieux. »

Les semaines se sont écoulées jusqu’à une nuit vers 2 heures du matin, Vicki a été réveillée par les notes obsédantes du piano. Elle a de nouveau suspecté des souris, mais ensuite… «Soudain, une mélodie a traversé la maison», se souvient-elle. « Il s’est arrêté et a commencé plusieurs fois, mais c’était définitivement une mélodie – comme quelqu’un pratiquant une chanson. »

Ce phénomène s’est produit régulièrement. La fille de Vicki l’a même entendue. «J’ai presque pleuré de soulagement et je lui ai dit que j’entendais la même chose depuis des mois», raconte Vicki. Sa belle-fille est également venue en larmes à Vicki, disant qu’elle aussi avait entendu le fantôme au piano.

Finalement, Vicki a mis le piano à l’extérieur avec un signe «GRATUIT» – non pas à cause du fantôme, mais parce que son poids commençait à faire s’affaisser le porche. Un vieux couple est venu et a adopté l’instrument. « Je me demande souvent, » dit Vicki, « s’ils ont connu des concerts tard le soir grâce au vieux piano. »

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *