La mystérieuse grotte maudite de la mort Apache en Arizona

L’histoire de la ville appelée Two Guns, en Arizona, a une histoire inextricablement liée au sang et à la mort.

Au milieu du 19 esiècle, les colons ont commencé à affluer dans la région, et la zone qui deviendrait finalement Two Guns était une partie importante de la route vers l’ouest, considérée comme l’endroit idéal pour que les wagons traversent l’imposant Canyon Diablo. Il deviendrait une jonction majeure du chemin de fer de Santa Fe, sur lequel un chevalet a été construit pour traverser le canyon, et est devenu un établissement temporaire pour les travailleurs des chemins de fer, acquérant rapidement une réputation de lieu sans loi des dériveurs, des joueurs et des voleurs de train. À l’époque, Two Guns n’existait pas encore, et la région était peuplée d’indigènes souvent agressifs, les Apaches et les Navajos étant également à la gorge l’un de l’autre, et c’est cette animosité qui allait s’intensifier pour donner naissance à la ville de Two Guns avec violence, et engendrent également un royaume sombre maudit et hanté appelé la grotte de la mort.

À l’époque, les Apaches et les Navajo étaient des ennemis et des rivaux amers, se lançant constamment des raids les uns contre les autres, et en 1878, les raiders Apache ont lancé un massacre massif contre deux grands camps Navajo le long du Little Colorado River. Les Apaches étaient absolument impitoyables, pillant les camps et tuant chaque homme, femme et enfant, à l’exception de trois filles qu’ils avaient kidnappées pour faire prisonnier. Tout ce qui restait des camps autrefois prospères était des balles brûlées, des débris carbonisés et des cadavres laissés pourris par le vent sifflant, et lorsque les chefs navajo ont appris le massacre, ils ont été jetés en furie. Ils ont fait de leur mieux pour traquer les auteurs, mais les pillards Apache maraudeurs étaient extrêmement insaisissables et ne pouvaient pas être localisés, semblant souvent simplement disparaître dans les airs, alors même qu’ils attaquaient encore plus de camps et tuaient plus de personnes.

Deux canons, Arizona

Un groupe d’éclaireurs navajo a été envoyé dans la région de Canyon Diablo après avoir appris que les Apaches étaient actifs là-bas, et même si au début ils ne pouvaient trouver aucun signe de l’ennemi, il arrivait que lorsqu’ils se reposaient, une chaleureuse explosion de on sentait de l’air s’échapper du sol sous leurs pieds. Les éclaireurs surpris ont enquêté sur la zone pour trouver qu’il y avait une grotte partiellement bloquée en dessous, l’entrée située dans un ravin à proximité, et non seulement cela, mais les Apaches avaient apparemment installé un camp dans une caverne dans les entrailles de la grotte, grande assez pour tous et même leurs chevaux. L’air chaud venait de leur feu de camp, et un groupe de raids complet était là-bas dans l’obscurité qui se cachait, préparant sans aucun doute leur prochain massacre audacieux et leur disparition. Étant considérablement en infériorité numérique, les Navajo n’ont pris aucune mesure à l’époque.

Une équipe d’attaque navajo a été rapidement rassemblée et s’est dirigée vers la grotte, où ils ont trouvé les Apaches inconscients qui se cachaient toujours. Après s’être faufilé dans la grotte, les Navajo ont envoyé silencieusement deux gardes Apache, puis se sont mis à ramasser des broussailles et du bois d’allumage pour construire un feu de joie à l’entrée de la grotte, qui a érodé de la fumée à l’intérieur. Les Apaches n’avaient pas d’autre issue, et avec la fumée étouffante qui les enveloppait, certains tentèrent de s’échapper, seulement pour être tués par les Navajos en attente. Les Apaches ont fait de leur mieux pour bloquer l’entrée de la grotte pour arrêter la fumée, tuant même leurs propres chevaux pour servir de barricades, mais c’était une bataille perdue. Les Apaches ont envoyé un de leurs numéros pour aller négocier avec les Navajo, qui ont accepté d’arrêter l’attaque et de les épargner si seules les trois filles qui avaient été enlevées étaient renvoyées en toute sécurité.

Les Navajos tentèrent d’attiser le feu qu’ils avaient fait jusqu’à ce que l’entrée entière soit un brasier incontrôlable que personne n’ose approcher. Le groupe Navajo a ensuite attendu, ignorant les cris de mort de l’intérieur, jusqu’à ce que chacun des Apaches à l’intérieur soit mort et que la grotte soit remplie d’air chaud chantant, de cadavres calcinés et de fumée toxique si épaisse et lourde qu’elle a jailli des crevasses dans la terre au-dessus. Les Navajo ont ensuite attendu que la grotte se refroidisse et ont pillé les cadavres des 42 guerriers Apache trouvés à l’intérieur, puis ont proclamé que la grotte était un endroit maudit et hanté que personne ne devait plus jamais approcher. En effet, il a été souvent rapporté par des colons de passage et des autochtones que des fantômes pouvaient être vus errant dans la région,

Lorsque les colons ont commencé à venir dans la région pour de bon, les Navajo et les Apache les ont avertis de la grotte maudite, mais celle-ci est surtout tombée dans l’oreille d’un sourd. En fait, un colon du nom d’Ed Randolph construirait un magasin juste à côté de la grotte maudite, et plus tard en 1922, le terrain serait acheté par Earle et Louise Cundiff, qui ont ensuite construit un magasin, un restaurant et des pompes à essence à l’emplacement. Ce serait le début de Two Guns, qui a reçu un coup de feu dans le bras lorsqu’un homme excentrique du nom de Harry E. Miller a commencé à louer un terrain là-bas et à le développer fortement, en ajoutant un nouveau motel, bureau de poste, restaurant, boutique de cadeaux, taverne et station-service, ainsi qu’un zoo peuplé d’animaux locaux tels que des lions de montagne, des couguars, des lynx roux, des porcs-épics, des monstres de gila, des scorpions, des serpents de corail, des oiseaux et même un lynx. Le règlement naissant,

Miller était très conscient de cette grotte de la mort et de son histoire morbide, et a décidé d’en tirer parti pour en faire une sorte d’attraction touristique macabre. Il a fait nettoyer la grotte et installé des lampes électriques, de fausses ruines, des panneaux lumineux et voyants et une entrée en pierre collante à ce qu’il a appelé «La grotte mystérieuse». Il y avait même un bar juste devant l’entrée pour des rafraîchissements et une boutique de cadeaux pour démarrer. Se révélant être un véritable acte de classe, Miller a même vendu des os et des crânes qu’il avait trouvés dans la grotte comme souvenirs, et il n’est peut-être pas surprenant qu’il ait été la cible de la supposée malédiction sinistre de la grotte. Son règlement a été constamment en proie à des incendies, une altercation a conduit Miller à assassiner Earle Cundiff, pour laquelle il a été étrangement acquitté, et Miller a été mutilé à deux reprises par ses animaux de zoo. Des problèmes juridiques l’ont tourmenté pendant des années,

Louise Cundiff restait et tentait de sauver la ville mourante, se remariant et essayant de tout garder à flot, mais elle finirait par vendre le tout en 1950, après quoi elle devint principalement une ville fantôme décrépite et sauvage. En 1960, la ville a été achetée par un Ben Dreher, qui a nettoyé et développé la zone et ajouté des structures, ainsi que la restauration de certaines des ruines des bâtiments plus anciens en tant qu’attraction touristique historique. La ville a récupéré ses cendres, obtenant même son propre décollage lors de la construction de l’autoroute I-40, mais la malédiction de ce qui était maintenant principalement connu sous le nom de «The Apache Death Cave» n’a pas encore été éliminée avec cet endroit. En 1971, un énorme incendie a détruit la plupart des Two Guns, et lorsque l’homme d’affaires Howard Armstrong a acquis le terrain en 1992, il est rapidement tombé mort d’un accident vasculaire cérébral après avoir échoué à revigorer la ville déserte.

Aujourd’hui, Two Guns ne fait que s’effondrer les ruines, avec peu de choses et la plupart des visiteurs sont des chercheurs de curiosité macabres ou des enquêteurs paranormaux. Est-ce que cette sombre histoire est due à la malédiction de la grotte de la mort Apache? Ou est-ce juste une histoire effrayante drapée sur l’une des nombreuses villes fantômes échouées dans le sud-ouest? Quoi qu’il en soit, cela reste une bizarrerie historique violente et tragique qui éveille l’imagination.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source: Univers mystérieux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *