Enfants aux yeux noirs : Rencontre avec des témoins oculaires en Irlande du Nord

Un soir de 2009, Carris Holdsworth, 18 ans, a rencontré deux jeunes garçons alors qu’elle rentrait chez elle à Lisburn, en Irlande du Nord. Carris a d’abord vu les jeunes dans la cour avant de son appartement et a ressenti un danger immédiat.

L’expérience de Carris a tous les composants classiques d’une rencontre avec Black Eyed Kids (BEK). Ce qui suit est un compte rendu détaillé de cette rencontre.

Il faisait chaud la nuit où Carris Holdsworth a marché jusqu’à son appartement depuis la maison d’un ami à Lisburn, une ville de 71 465 habitants en Irlande du Nord près de Belfast.

Alors Holdsworth, 18 ans, ne savait pas que la terreur l’attendait chez elle.

«Il était environ 10 h 45», a-t-elle dit à propos de cette nuit de 2009. «Je n’avais que 18 ans et j’avais un petit appartement dans une partie très agitée du quartier. C’est pourquoi cela m’a dérangé quand j’ai vu deux garçons debout dans ma petite parcelle d’herbe que j’ai appelée ma cour. »

Les garçons, âgés d’environ 16 ans et les autres de 13 ou 14 ans, se tenaient dos à Holdsworth.

« Je suis passée au coin de la rue, et comme si elles savaient que j’étais là, les deux se sont retournées pour me faire face en même temps », a-t-elle déclaré. « Ce n’étaient que des garçons. »

Alors que les adolescents se tournaient pour lui faire face, elle se sentait plus que perturbée.

«J’ai ressenti une peur brute lorsque je les ai regardés», a-t-elle déclaré.

Holdsworth s’arrêta à quelques mètres d’eux, un poing dans son sac à main enroulé autour d’une boîte de gaz poivré.

« J’étais prête à me défendre si l’une d’elles faisait des mouvements brusques », a-t-elle déclaré.

Mais ils ne l’ont pas fait. Ils semblaient savoir ce qu’elle pensait.

Enfants aux yeux noirs

« Pas besoin de ça », dit l’aîné, calmement et avec maturité. « Nous voulons juste emprunter votre téléphone, mademoiselle. »

Ses articulations ont commencé à devenir blanches alors que sa prise se resserrait sur le gaz poivré.

« Ils ressemblaient à n’importe quel autre adolescent autour de ces parties », a-t-elle déclaré. «Sweat à capuche, jeans et baskets sales (chaussures de course). Mais tandis que le plus âgé parlait, je me suis concentré sur ses yeux – ils étaient d’un noir absolu. Aucune trace de blanc ou de pupille. « 

De nouvelles profondeurs de terreur la traversèrent.

«J’ai fait un halètement silencieux», a-t-elle dit. «C’était comme si j’étais en danger terrible; que je devais partir. Mon rythme cardiaque s’est arrêté. « 

Tout ce qu’elle savait à ce moment-là, c’était qu’elle devait entrer dans son appartement.

« Je ne savais pas exactement quoi faire, alors j’ai marché vers ma porte plate, ignorant les deux garçons », a-t-elle déclaré. « J’ai tripoté rapidement dans mon sac en essayant de trouver mes clés. »

« S’il te plait mademoiselle, » dit le plus jeune garçon derrière elle. « Ma mère ne sera pas heureuse si elle ne sait pas où nous sommes. »

Quelque chose lui vint à l’esprit, pour les laisser entrer, pour les aider.

«Je voulais d’abord leur obéir étant donné qu’ils étaient jeunes», a-t-elle déclaré. «Mais voir leurs yeux m’a emporté. Je devais juste m’éloigner d’eux et je savais que si je leur obéissais, j’allais le regretter sérieusement. »

« Non. Je, je, je … »balbutia-t-elle.

«Je n’ai pas pu prononcer mes mots», a-t-elle déclaré. « Mes mains ont frappé mes clés et j’ai rapidement ouvert ma porte et je me suis glissée. Mon cœur cognait contre ma poitrine. »

Secouant, Holdsworth fixa une tasse de café, s’assit sur le canapé de son salon, alluma la télévision et essaya de se calmer.

« Je n’ai pas pris la peine de vérifier s’ils étaient toujours là au cas où je regarderais ces yeux sans âme », a-t-elle déclaré.

Un coup a retenti à sa porte d’entrée.

«Je l’ai ignoré. Il a encore frappé », a déclaré Holdsworth. « Je me sentais vraiment en danger. »

Elle se leva et se dirigea vers la porte d’entrée. Tout resta silencieux pendant une seconde, deux, trois, puis les phalanges de l’autre côté de la porte frappèrent trois coups bruyants.

«Cela m’a fait peur, me faisant reculer de quelques pas», a-t-elle déclaré. «Je suis reconnaissante que ma porte soit entièrement en bois. J’ai regardé par le judas et j’ai failli mourir. »

Les visages des garçons remplissaient le judas.

« Ils me regardaient tous les deux avec ces yeux d’un noir absolu », a-t-elle déclaré. « L’horrible sensation de terreur m’a complètement submergé. »

«Mademoiselle, nous ne vous ferons pas de mal. Nous le promettons », a déclaré l’un des garçons.

La colère accabla momentanément la peur de Holdsworth et elle ouvrit la porte. Les garçons se tenaient dans l’embrasure de la porte, lui souriant.

« Qu’est-ce que vous voulez? » demanda-t-elle.

« Nous voulons utiliser votre téléphone », a déclaré le plus âgé.

« Non, » cria-t-elle.

«Laissez-nous simplement utiliser le téléphone», a-t-il déclaré. «Nous ne vous ferons pas de mal. Nous n’avons pas d’armes pour vous blesser. »

«Éloignez-vous de mon appartement», a-t-elle crié, avant de leur claquer la porte au nez.

En sécurité derrière sa porte en bois massif, Holdsworth regarda en arrière à travers le judas. Les garçons étaient toujours là, mais ils ne souriaient plus.

«Ce sentiment de terreur et de danger absolus m’a traversé», a-t-elle déclaré.

Elle traversa son appartement, s’assura que chaque porte, chaque fenêtre était verrouillée, puis décrocha le téléphone.

«J’ai appelé mon amie pour que ce soit une urgence et j’avais besoin de son aide», a-t-elle dit, appelant une amie autre que la police parce qu’elle ne voulait pas attirer l’attention sur son appartement.

L’ami de Holdsworth est arrivé 10 minutes plus tard.

« Quand j’ai ouvert la porte, je n’ai pas pu m’empêcher de la serrer dans ses bras », a déclaré Holdsworth. «Elle m’a dit que deux garçons se tenaient dans ma cour mais ils sont partis une fois qu’elle est arrivée. Elle a dit qu’ils l’ont mise en danger. »

Holdsworth a depuis déménagé dans un quartier différent, mais la terreur de la nuit des Black-Eyed Kids reste avec elle.

« Je vérifie toujours par ce trou avant de m’endormir », a-t-elle déclaré. «Je ne sais pas exactement ce que ces garçons étaient, mais je sais qu’ils me faisaient du mal et qu’ils n’étaient en aucune façon humains. J’ai toujours peur d’y penser. »

Alors, que sont-ils?

Personne ne sait vraiment ce que sont ces enfants. Les gens qui prétendent les voir (et passent leur temps libre à chasser les fantômes) jurent qu’ils sont légitimes. D’autres ne sont pas si convaincus.

La théorie la plus intéressante concernant les origines des enfants provient d’un livre, Your Haunted Lives: The Black-Eyed Kids . Selon cette légende, les enfants pourraient être quelque chose appelé « Otkon » dont parlent les anciennes légendes indiennes iroquoises.

«Les Indiens iroquois croyaient en un pouvoir obscur appelé Otkon qui pouvait prendre le contrôle des enfants et un« Malin »qui s’accouplerait avec des femelles humaines pour produire des enfants aux yeux noirs et à la peau crayeuse.

«Ces enfants ont été tués par la tribu peu après leur naissance et brûlés pour les empêcher de ressusciter. Les enfants errant seuls dans les bois pourraient également être pris en charge par Otkon et réapparaîtraient avec des yeux noirs et une peau pâle agissant nerveusement tout en se répétant encore et encore. Leur objectif était de détruire la tribu et d’infecter tout le monde avec Otkon. »

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *