Quelle est la vérité derrière cette terrifiantes vidéo?

Cette vidéo étrange est-elle tournée pour faire le buzz? Ou quelque chose de bien plus sinistre?

En 2012, une étrange vidéo est apparue en ligne. Il s’appelait «The Bitterroot Footage» et même avant que la vidéo elle-même n’apparaisse, un compte-rendu décrivait comment elle avait été «découverte».

Selon l’histoire, un étudiant d’une université de New York nommée Chad a acheté une étrange collection de trucs d’un gars nommé Chris sur Craigslist. Entre autres objets, il a obtenu une boîte en bois verrouillée qui, une fois ouverte avec un tournevis, contenait un tas de vieilles images avec le mot « bitterroot » écrit à la main sur le dos, ainsi qu’une bobine de film 8 mm.

Chad et un ami de l’école de cinéma nommé Dario ont finalement réparé le film à l’aide de ruban adhésif et ont trouvé un projecteur 8 mm sur eBay qui leur a permis de le regarder. La vidéo résultante publiée en ligne n’est censée être qu’un clip de cinq minutes de la séquence de 12 minutes.

La vidéo est silencieuse, ou presque. Selon la vidéo YouTube publiée le 12 mai 2012, le seul son que vous pouvez entendre est le projecteur, bien que les opposants prétendent que des effets sonores ont été ajoutés.

Un alambic du bâtiment en vedette dans les images de Bitterfoot.
Un alambic du bâtiment en vedette dans les images de Bitterfoot.

Il s’ouvre par quelques plans des bois, dans lesquels se trouve un vieux bâtiment en ruine. Un homme en longue cape est vu s’approcher du bâtiment. Il y a plusieurs plans de l’intérieur du bâtiment, y compris une pièce où l’homme est assis dans une chaise étrangement ornée, poussant quelque chose dans un pot. À ses pieds se trouve un sac en tissu relié, qui fera certainement frémir la plupart des téléspectateurs, surtout lorsque le sac se contracte .

L’homme se lève et s’en va, et la caméra s’enfonce plus profondément dans la pièce. Selon Chad, «les choses que j’ai vues sur les images qui se trouvaient dans la pièce m’ont fait vomir. Il y avait ce qui ressemblait beaucoup à de vieux corps pourris que vous pouviez voir dans ces petites boîtes ou chambres en verre. » Ce qui est réellement montré dans la vidéo ressemble plus aux incubateurs utilisés dans les unités de soins intensifs néonatals, avec ce qui pourrait être un bébé mort à l’intérieur.

Quelle est la vérité derrière les terrifiantes «images amères»?
Le «bébé» à l’intérieur de «l’incubateur».

De là, le film suit à nouveau l’homme dans les bois, où il jette un petit sac dans un fossé peu profond puis s’éloigne. La caméra s’approche du sac, et le caméraman lui donne un coup de bâton avant de l’ouvrir pour révéler ce qui semble être une tête humaine coupée qui, selon Chad encore « a été horriblement battue … »

Les images ont fait sensation en ligne. Les commentaires et les affiches YouTube sur les forums de CreepyPasta ont soulevé une série de questions concernant son authenticité et la véracité de l’histoire du Tchad. Plusieurs récits ont même souligné que l’ami de l’école de cinéma du Tchad « Dario » pourrait bien être un clin d’œil à l’auteur d’horreur italien Dario Argento – un réalisateur connu pour son travail de caméra POV à la première personne troublant. La plupart pensaient qu’il s’agissait d’une sorte de marketing viral pour un film d’horreur à venir, comme The Blair Witch Project  ou The Poughkeepsie Tapes . D’autres ont comparé son style au film culte expérimental Begotten de 1990 d’E. Elias Merhige.

Le problème avec la théorie du marketing viral est que le métrage Bitterroot a fait surface il y a plus de quatre ans et qu’aucun long métrage ne s’est encore concrétisé. Était-ce en fait de la guérilla marketing pour un film mort quelque part en pré-production? Ou s’agit-il, comme le soutient un commentateur YouTube, de «sorcellerie»?

Quels que soient ses véritables origines ou son objectif, il ne fait aucun doute que les images donnent une montre effrayante. Jetez un œil et jugez par vous-même…

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Sources : creepypasta.wikia.com ; unexplained-mysteries.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *