La sorcière de la maison hantée de Joshua Ward

La ville de Salem, dans le Massachusetts, n’est pas étrangère à l’histoire sombre ou aux légendes fantomatiques, et une photographie prise à l’intérieur de la tristement célèbre Joshua Ward House aurait peut-être simplement contribué à mettre en lumière la source de certains des événements effrayants de la ville.

Le bâtiment de style géorgien / fédéral a été construit par le riche capitaine de marine marchande Joshua Ward à la fin des années 1780 sur les fondations restantes de la maison de l’ancien shérif George Corwin sur Washington Street.

Corwin était un personnage sanguinaire dont le zèle s’ajouta aux événements notoires qui entourèrent Salem à la fin des années 1600. Surnommé «  l’étrangleur  » d’après sa méthode de torture préférée (qui consistait à attacher le cou de ses victimes sujettes à leurs chevilles jusqu’à ce que le sang coule de leur nez), il serait responsable de la plupart des décès des sorcières accusées, y compris celle de Giles Corey.

Corey a été torturé par le placement de pierres lourdes sur sa poitrine dans le but d’écraser une confession hors de lui (et de saisir ses biens). Malgré son traitement horrible, Corey n’a jamais avoué et en effet il aurait imploré ses tortionnaires de s’entasser sur plus de rochers afin d’accélérer son départ.

La légende raconte que juste avant sa mort, Corey a maudit Corwin pour ses actes méprisables – une malédiction qui résonnerait à travers les générations et affecterait tous les shérifs qui ont suivi dans son sillage.

Curieusement, chaque shérif depuis que Corwin a prononcé sa malédiction serait décédé alors qu’il était en fonction ou «forcé de quitter son poste à la suite d’une maladie cardiaque ou sanguine», bien que cela ressemble plus à de la vieillesse qu’à la faute. malédiction séculaire.

Corwin lui-même est décédé d’une crise cardiaque en 1696, seulement environ quatre ans après la fin des essais. Au moment de sa mort, le shérif Corwin était tellement détesté que sa famille a dû l’enterrer dans la cave de leur propre maison pour éviter la profanation de son cadavre par le public.

Sur des temps plus récents. Au début des années 80, une société immobilière nommée Carlson Realty a acheté la Joshua Ward House avec l’intention d’en faire son siège social. Après avoir emménagé, un employé du nom de Dale Lewinski a commencé la tâche de prendre des photos des membres du personnel pour ajouter à un affichage de bienvenue.

Lewinski utilisait un appareil photo Polaroid pour prendre des photos de style passeport. Après avoir photographié un collègue du nom de Lorraine St. Peter, une vue particulière a salué Lewinski.

Le Polaroid a été développé mais, au lieu de montrer Lorraine St. Peter, il semble représenter une image des plus effrayantes: celle d’une étrange figure féminine aux cheveux noirs. Saint-Pierre était introuvable (la photo n’a pas du tout été recadrée; Saint-Pierre a été entièrement remplacé par «l’apparition»).

Cette reproduction a été initialement publiée dans le livre Haunted Happenings de Robert Ellis Cahill (lui-même un ancien shérif) dans lequel il décrit Saint-Pierre comme «à la fois véritablement effrayé et gêné par l’image».

La possibilité que la photographie soit un canular est omniprésente, mais comme la maison endurerait tant d’événements paranormaux, il est presque comme si ne pas capturer quelque chose de bizarre à la caméra pouvait être plus improbable.

Aportation (objets qui semblent bouger d’eux-mêmes), bougies qui sautent de leurs supports et fondent par la suite, bougies trouvées en forme de «  S  », alarmes qui se déclenchent d’elles-mêmes (une alarme a été déclenchée plus de soixante fois en deux) ans), des étranglements fantômes et des observations rapportées d’une myriade d’esprits, dont un gentleman âgé assis près d’une cheminée et une femme fantomatique qui se promène dans les étages supérieurs, ont tous été observés à un moment ou à un autre.

Une pièce en particulier semble plus hantée que les autres. Une employée «verrouillerait la porte de son bureau tous les soirs pour revenir le matin chercher des livres et des papiers jetés sur le sol, la poubelle à l’envers et les abat-jour de travers» (mon bureau n’a pas besoin d’aide surnaturelle pour produire des résultats similaires).

Le corps du shérif Corwin a finalement été transféré au cimetière de Broad Street, mais on dit que son esprit persiste aussi à Joshua Ward House.

Qu’elle soit réelle ou non, c’est vraiment une photographie bizarre, qui semble certainement contenir un certain degré de menace et si étrangement étrange qu’elle fait peur au spectateur, en particulier lors de sa première visualisation.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *