Le pénitencier d’état du Nouveau Mexique : émeutes, décès et hantises!

Tôt le matin du samedi 2 février 1980, lorsque les gardes sont entrés dans le dortoir E-2, la porte du dortoir a été accidentellement laissée ouverte. Dans une étrange violation des politiques de sécurité de la prison, la porte du couloir qui menait au centre de contrôle de la prison a également été laissée ouverte. Il n’y avait que 15 gardes de garde surveillant plus de 1 100 détenus.

Lorsque l’émeute a commencé, les détenus ont fui dans le couloir vers la salle de contrôle. Le gardien de service s’est enfui alors que les détenus brisaient le verre incassable en laissant des clés qui ouvriraient la plupart des portes et des portes de la prison. Ce qui a suivi ne peut être décrit que comme un cauchemar.

Les détenus ont déchiré la prison, arrachant même la plomberie. Certains détenus sont entrés par effraction dans l’infirmerie et ont commencé à prendre autant de drogues que possible, ce qui a entraîné des surdoses, certaines d’entre elles étant mortelles.

D’autres détenus ont commencé à rechercher ceux qui les avaient mal fait. À 8 heures du matin, ils étaient entrés dans la salle à outils et utilisaient ces outils pour pénétrer dans le bloc cellulaire 4 qui abritait les vifs et les détenus sous garde.

Même si elles ont été remplies, les marques de hache sont toujours visibles d’où le détenu a été décapité.

Les vifs ont été torturés et assassinés horriblement. Un homme a été suspendu au niveau supérieur du bloc cellulaire avec des draps. D’autres hommes ont été décapités et / ou démembrés à l’aide des outils volés. Au moins un homme a été brûlé vif, une trace sur le sol de la prison reste à cet étage de cet acte macabre.

Vingt-trois des trente-trois prisonniers tués se sont retrouvés dans le bloc cellulaire 4. Étonnamment, les 12 gardes qui ont été faits prisonniers vivaient; bien que certains d’entre eux aient été battus et violés à plusieurs reprises par leurs ravisseurs.

Dimanche matin, l’émeute, qui était désorganisée depuis le début et alimentée uniquement par la haine et la drogue, a commencé à se calmer d’elle-même.

Beaucoup de prisonniers ont quitté le bâtiment de la prison et attendaient près de la clôture, qui était bordée de gardes nationaux armés de M-16, à la recherche de protection. En début d’après-midi du dimanche 3 février, les gardes nationaux et la police ont repris la prison sans violence.

Cet épisode reste un jour noir dans l’histoire du Nouveau-Mexique et la prison a été fermée et fermée à clef peu de temps après. La prison est maintenant abandonnée.

Après la fermeture de l’ancien pénitencier principal, il a été réaménagé. Aujourd’hui, certaines parties sont utilisées pour stocker des accessoires de cinéma. Le reste des bâtiments a été utilisé dans des films, restant vide.

Marques de brûlures sur le sol où un détenu aurait été brûlé vif avec une torche à acétylène.

Cet emplacement a été utilisé par le film d’Adam Sandler The Longest Yard et le château d’eau porte toujours le nom fictif, Allenville.

Ce sont les zones considérées comme les plus hantées du Nouveau-Mexique. Les comptes commencent en 1981 et se sont poursuivis jusqu’à nos jours. Ils ont été vus par des agents des services correctionnels ainsi que par des membres de la Garde nationale du Nouveau-Mexique.

Les zones les plus actives de l’ancienne prison sont le bloc cellulaire 4 ainsi que le bloc cellulaire 3; qui abritait le détenu à sécurité maximale; la salle à outils et les tunnels sous la prison, y compris la buanderie et la chambre à gaz.

Le phénomène le plus notable signalé est l’observation d’une ombre de forme humaine. Des bruits inexpliqués peuvent être entendus, y compris la fermeture bruyante de la porte d’une cellule. C’est là que ça devient glaçant, presque dérangeant.

Ces portes fonctionnaient à l’origine à l’électricité et pouvaient être fermées ou ouvertes l’une après l’autre. Après la fermeture de la prison et la coupure de l’électricité, ces portes n’ont pu être ouvertes ou fermées que manuellement – avec des roues métalliques très difficiles à tourner – certaines d’entre elles sont même rouillées.

L’activité signalée comprend: des pas et des voix fantômes, des bruits inexpliqués, y compris des coups, des grognements et des cris, des sentiments accablants de mal et d’obscurité ainsi qu’un malaise et une peur puissante, des anomalies légères, des brumes mystérieuses, le sentiment d’être observé et suivi, d’être poussé, tiré , fourré ou véritablement attaqué par des présences invisibles et des perturbations électriques, y compris des lumières qui s’allument et qui ont un courant lumineux.

Si vous voulez aller directement là où il y a le plus d’activité de phénomène, aux blocs cellulaires 3 et 4. La salle d’outils et la buanderie sont également connues pour avoir des occurrences spectrales impressionnantes.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *