Quand les chiens surnaturels errent en meute

«Les histoires de chiens noirs monstrueux, souvent aux yeux rouges brillants, abondent dans le monde entier, mais surtout en Angleterre. Black Shuck est populaire, mais de nombreuses régions ont leurs propres versions.

Ils s’appellent The Gurt Dog, Padfoot, Barguest, The Hairy Hound, The Yeth Hound et the Grim, entre autres noms… Les légendes des chiens noirs ont inspiré ‘The Hound of the Baskervilles’ de Sir Arthur Conan Doyle et un Grim fait une apparition dans ‘ Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban.’ Une recherche rapide révélera de nombreux pubs Black Dog, Black Dog Restaurants et Black Dog Inns disséminés à travers l’Angleterre. »

Mes précédents articles sur le phénomène PBD portaient sur des rencontres avec un chien solitaire aux yeux enflammés. Mais qu’en est-il de paquets entiers? C’est le thème de l’article d’aujourd’hui. Et tout est centré sur une chaîne de montagnes du nord du Pays de Galles: les Berwyn. Comme la note Visit Mid Wales: «Cadair Berwyn est le plus haut sommet de la chaîne de Berwyn (Y Berwyn ou Mynydd y Berwyn), une zone de landes isolée et peu peuplée située dans le nord-est du pays de Galles, à peu près délimitée par Llangollen au nord-est, Corwen en au nord-ouest, Bala au sud-ouest et Oswestry au sud-est.

La région est sauvage et largement végétalisée par des bruyères d’environ un mètre d’épaisseur, avec des prairies acides et des fougères. Il n’est pas très populaire pour la randonnée ou le brouillage car les sommets sont plus bas que ceux de Snowdonia à proximité. Cependant, les sommets les plus hauts sont accidentés et ont un caractère distinctif qui mérite d’être exploré. Les villes voisines incluent Llangollen et Corwen, qui sont des destinations touristiques populaires. »

Cela nous amène à la question de la propre meute de chiens noirs fantômes des Berwyn. L’histoire vient en grande partie de T. Gwynn Jones qui, en 1930, a écrit un livre intitulé Welsh Folklore and Welsh Folk-custom . Comme le note Britannica : «T. Gwynn Jones, en entier Thomas Gwynn Jones, (né le 10 octobre 1871, Abergele, Denbighshire, Pays de Galles – décédé le 7 mars 1949, Aberystwyth, Ceredigion), poète et érudit gallois mieux connu pour ses poèmes narratifs sur des thèmes celtiques traditionnels . » Biographie Wales state: «En 1909, il fut nommé catalogueur à la Bibliothèque nationale et passa le reste de sa vie à Aberystwyth et ses environs. Il fut nommé maître de conférences en gallois à l’University College of Wales, Aberystwyth, en 1913, et promu à la Gregynog Chair in galloise en 1919 – son seul occupant de tous les temps – qu’il occupa jusqu’à sa retraite en 1937. Il se maria en juin 1899. Margaret Jane Davies: ils ont eu une fille et 2 fils. Il est mort chez lui à Aberystwyth… »

Alors que la poésie était la passion de Jones, il s’intéressait aussi profondément à la mythologie et aux légendes du Pays de Galles – et cela incluait les Phantom Black Dogs . Avant d’aborder la question de la meute de chiens surnaturels des montagnes Berwyn, un peu plus de données sur les montagnes elles-mêmes sont nécessaires. Le nom «Berwyns» vient de deux mots. Ils sont «bre» et «Gwynn». Le premier signifiait «colline», tandis que le second rendait hommage à une figure légendaire de la royauté galloise, Gwyn ap Nudd . Notamment, le puissant roi surveillait des humains qui n’étaient pas entièrement humains. Ils s’appelaient le Tylwyth teg. Ils vivaient au cœur d’un royaume paranormal appelé Annwn. Parallèlement à tant de contes des fées, c’était un endroit où le temps s’arrêtait et où les Annwn ne vieillissaient jamais. En d’autres termes, toute la zone où les chiens surnaturels ont été vus était imprégnée de magie et de mystère.

L’histoire des packs fantômes existait bien avant l’arrivée du dieu chrétien au Pays de Galles. Dans le vieux conte, Odin, le seigneur légendaire des anciens et puissants dieux nordiques, a couru à travers le ciel des vieilles montagnes galloises avec rien de moins qu’une meute de chiens surnaturels et mortels à ses côtés. Considérés comme des chiens du genre mort-vivant, ou comme des défunts revenus de la tombe sous forme d’animaux, ils étaient poussés par une chose: être vus. Quiconque aurait la malchance de fermer les yeux sur les chiens mortels serait emporté par la meute terrifiante, déchiré et avidement dévoré par leurs mâchoires sauvages.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : MYSTERIOUSUNIVERSE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *