La légende du dernier souper du Diable

Il y a 200 ans, l’une des histoires les plus terrifiantes qui ait jamais eu lieu a commencé dans la ville de Wilmington, en Caroline du Nord. Cela commence par un groupe de jeunes enfants riches qui se frayent un chemin trop loin et se termine par le diable qui s’approprie leur âme.

Tout a commencé en avril 1810. Un groupe de jeunes enfants riches avait mené une vie d’excès malade et tordu. Ayant des fonds presque illimités et rien d’autre pour remplir leurs journées, ils auraient privé des partis recréant tous les détails des orgies romaines qu’ils pouvaient découvrir.

Les autres membres de la ville savaient ce que faisaient ces enfants mais ne pouvaient rien y faire car leurs familles possédaient la majeure partie de Wilmington.

Le chef de ce joyeux groupe d’enfants riches gâtés était Lecter Daniels, un beau jeune homme qui avait un esprit brillant, mais qui a également été expulsé de l’UNC à Chapel Hill pour le type de fêtes mentionné plus tôt.

Il est retourné chez lui et son père l’a immédiatement nommé associé dans l’entreprise familiale. Avec peu de choses pour le garder occupé, Lecter a eu une idée au début d’avril en voyant d’autres résidents se préparer pour les vacances.

«Nous pourrions avoir notre propre ‘Dernière Cène’.» Pensa Lecter. Il a rapidement rassemblé une liste de ses amis qui, pour une raison ou une autre, se tiendraient bien pour ceux qui ont assisté à la Cène originale. Lorsque les rôles des Diciples furent remplis, Lecter décida qu’il jouerait lui-même le rôle de Jésus.

En louant le dernier étage du plus beau bordel de Wilmington, les garçons étaient assez intelligents pour cacher leurs plans à la madame Belle. Alors que Belle était une prostituée, elle avait un côté religieux et ils savaient que si elle avait découvert ce qu’ils prévoyaient, elle leur aurait refusé d’utiliser sa maison.

Lorsque le jour du 19 avril est arrivé, la salle a été nettoyée et polie à la perfection. Il y avait de nouvelles nappes en lin et des bougies fraîches et les lustres brillaient presque d’eux-mêmes. La nourriture était étonnante en qualité et en quantité.

Les garçons n’ont épargné aucune dépense. Il y avait du cochon de lait, des fruits de mer de toutes sortes imaginables et du dindon sauvage. Et l’alcool coulait comme une rivière. Des barils de rhum et un océan de champagne.

À 22 heures, tous les invités étaient là. Aucun n’était sobre, mais certains plus sobres que d’autres. À mesure que la nuit passait, les histoires et les discours contenaient un langage plus grossier et les blagues devenaient de plus en plus offensantes. Entre minuit et le lendemain matin, le point culminant est venu pour la fête.

Lecter, loin d’être sobre en titubant sur ses pieds, une couronne de smilax tissé sur sa tête leva son verre pour proposer un autre toast… il ne vint jamais. Une expression d’horreur inimaginable apparut sur le visage de Lecter. Son verre à vin se brisa sous sa prise, du sang commença à couler de sa main sur la nouvelle nappe.

La pièce était si silencieuse qu’on pouvait entendre des bougies scintiller de l’autre côté de la pièce. Puis Lecter parla. Seulement, ce n’était pas la voix de Lecter. Cette voix sonnait mal, sinistre avec une autorité indéniable. Chaque mot était prononcé avec une clarté soignée. «Mort en six mois» et à nouveau «Mort en six mois».

Lecter a crié et a couru hors de la pièce et hors de la maison, serrant sa main toujours en sang. Les autres membres du groupe se regardèrent avec un choc silencieux. Bientôt, chacun se leva et partit sans un mot. laissant l’énorme tas de nourriture et de boisson sur la table.

C’est une semaine plus tard que le premier décès est survenu. Peter, qui avait bien sûr joué Peter au souper, a été retrouvé face contre terre dans la rivière près de chez lui. Peter avait été le nageur le plus fort du groupe et de plus, son bateau à rames n’avait même pas été renversé.

Au fil des semaines, un par un, tous ceux qui étaient à la fête ont trouvé la mort dans des circonstances étranges. Lecter lui-même pouvait sentir la perversité tout autour de lui, alors il a rejoint un navire à destination de la mer et n’a jamais été revu en direct par personne sur terre.

Ce qui était arrivé à Lecter n’était pas connu avant la saison de Noël suivante, lorsque le cuisinier du navire de Lecter entra dans un bar pour grimper dans une bouteille et oublier ses ennuis. Il semblait que Lecter avait rejoint l’équipage et était un matelot de pont assez décent. Il était extrêmement silencieux et dormait même dans les casiers à chaînes au lieu du reste de l’équipage.

Une nuit de fin octobre, le navire luttait contre une violente tempête et l’équipage s’était rassemblé dans le gaillard où le jeune Lecter avait raconté l’histoire de cette nuit d’avril. La voix venait de nouveau de Lecter.

« Messieurs, ce soir, il y a exactement six mois depuis ce Vendredi Saint ». L’équipage se tut et regarda Lecter. Avec un soupir, Lecter se leva et monta à l’échelle jusqu’au pont. Quelques instants plus tard, l’équipage a entendu un terrible cri et une éclaboussure.

Sur ce, personne n’a jamais revu Lecter Daniels. Au moins personne ne vit.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *