La porte mystérieuse de Libertyville et son histoire sanglante

Si vous conduisez à environ un mile au nord de Libertyville, sur la route désolée et isolée de River Road, vous arriverez à un endroit où la route fait un virage serré à droite. Si vous regardez de très près, en retrait de la route, vous trouverez un portail en fer à l’air menaçant.

Selon la légende locale, dans les années 1920, la porte de Libertyville était l’entrée d’une école de finition exclusive pour filles. C’était un endroit calme et raffiné où les jeunes filles des familles aisées de Chicago pouvaient recevoir une éducation appropriée.

Tout s’est bien passé jusqu’à une terrible nuit des années 50, lorsque le directeur de l’école a cassé et tué quatre des jeunes filles dont il avait la garde. Selon la légende, le directeur aux manières douces a inexplicablement perdu la tête une nuit et, dans un accès de folie, a assassiné les filles. Puis, pour des raisons inconnues, il leur a coupé la tête, les a portées jusqu’à la porte et les a placées au-dessus des pointes.

Leurs corps n’ont jamais été retrouvés et le principal a été arrêté et jugé pour son crime. Les autorités ont tenté d’étouffer tout l’incident, mais les parents ont refusé d’envoyer leurs enfants à l’école et celle-ci a dû fermer.

Au fil du temps, les horribles meurtres ont été oubliés. L’école des filles a été démolie et dans les années 1950, la propriété était utilisée comme camp de sommeil pour les garçons.

Tout allait bien jusqu’à une nuit horrible en 1963, lorsqu’un conseiller du camp découvrit que quatre jeunes garçons manquaient à leur tente. Dans l’obscurité, les conseillers ont fouillé le terrain à la recherche des enfants disparus, mais ils n’ont pu en trouver aucune trace.

Alors qu’il devenait plus léger, ils se sont approchés de la porte et ont découvert les restes des garçons disparus. Leurs têtes coupées étaient collées sur les pointes de la porte de fer. Leurs corps n’ont jamais été retrouvés et leur meurtrier n’a jamais été identifié.

La police soupçonnait l’un des conseillers du camp d’avoir commis le crime, mais il n’y avait jamais assez de preuves pour le prouver. Après le scandale, le camp a été contraint de fermer et la propriété est restée vacante depuis.

On dit que la porte est hantée par les enfants qui y sont morts. Les gens qui passent la porte la nuit affirment avoir entendu les sons d’enfants pleurer et hurler. D’autres affirment avoir vu du sang couler sur les supports en fer forgé de la porte.

Ils disent que si vous vous rendez à la porte à minuit le jour de l’anniversaire des meurtres, vous verrez apparaître les têtes fantômes des filles et des garçons sur les pointes rouillées. Leurs yeux vous regarderont droit et leurs bouches bougeront, s’étirant largement comme s’ils hurlaient silencieusement.

Mais, si vous et vos amis décidez un jour d’aller visiter la porte la nuit, soyez prudent. Ils disent que la région peut avoir un effet étrange sur l’esprit des gens. Vous remarquerez peut-être qu’un de vos amis commence à agir d’une manière très bizarre et le lendemain matin, ce pourrait être votre tête qui se trouve au sommet des pointes rouillées de la porte de Libertyville.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *