La tombe du voleur de Montgomery : L’homme injustement pendu

Montgomery est nominalement une ville même si, en réalité, elle a plus une sensation de village. Son église paroissiale, dédiée à Saint-Nicolas, possède des tombes impressionnantes à l’intérieur et une petite croix à l’extérieur, sur laquelle une simple inscription l’identifie comme «La tombe du voleur».

Il marque le lieu de sépulture de John Davies, un homme mélancolique et hanté par le chagrin dont le passé était enveloppé de mystère, mais qui en 1819 est devenu l’intendant de la ferme délabrée appartenant à la veuve Morris et à sa fille, Jane.

Grâce à son dévouement, la fortune de l’entreprise s’est rapidement inversée. Mais le succès soudain a mis en colère un homme de la région, Thomas Pearce, qui avait espéré profiter du malheur de la veuve en acquérant la propriété à un prix avantageux.

Le travail acharné de Davies avait contrecarré ses ambitions et, alors que le ressentiment bouillait en lui, la fortune est intervenue pour sceller le sort de l’intendant.

Le travail acharné de Davies lui avait valu le respect de la jeune Jane Morris. Ce respect s’est rapidement transformé en affection et elle a abandonné son fiancé, Robert Parker, au profit de John Davies. Furieux à la légère, Parker se tourna vers Pearce et les deux hommes convinrent qu’il serait dans leur intérêt de se débarrasser définitivement de l’intendant gênant.

Comme Davies l’avait déclaré, aucune herbe n’a poussé sur sa tombe pendant plus de 100 ans et même à ce jour, l’herbe est toujours inégale autour de sa tombe.

Parker et Pearce ont dûment commis un vol violent, laissant derrière eux des preuves impliquant John Davies, qui s’est retrouvé accusé de vol sur route. Lors de son procès, il a été reconnu coupable et condamné à mort. A peine le nœud coulant avait-il été placé autour de son cou qu’une terrible tempête éclata. Des coups de tonnerre secouèrent la ville jusqu’aux fondations.

La foudre traversa le ciel, ses éclairs lumineux illuminant le visage détrempé par la pluie du condamné, dont la voix s’éleva au-dessus de la tempête alors qu’il se tournait pour s’adresser à la foule terrorisée en criant:

«Si je suis innocent, l’herbe, pour une génération au moins, ne couvrira pas ma tombe».

Alors que le piège tombait, il cracha une malédiction sur les deux hommes dont les mauvaises machinations l’avaient conduit à sa mort, et les appela à se présenter devant Dieu pour rendre compte de leurs actions.

Parker est mort peu de temps après, tué dans un accident de explosion. Pearce ne s’en sortait guère mieux alors qu’il «s’éloignait de la terre».

John Davies a été enterré dans la simple tombe où, comme il l’avait prophétisé, aucune herbe n’a poussé pendant de nombreuses années. Même aujourd’hui, on peut encore voir des taches nues dessus, et il y a une croyance que le mal arrivera à quiconque tente de s’occuper de la tombe du voleur.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *