Le bébé démon de la maison hantée « Hull House »

Située au 800 South Halstead Street, dans la ville de Chicago, dans l’Illinois, se trouve l’historique Hull House, construit en 1856 par Charles J. Hull. À l’époque, c’était un quartier huppé de la ville, peuplé de riches et honnêtes, et la famille Hull avait une belle vie jusqu’à ce que la femme de Charles meure et que Hull déménage.

La maison est restée et a été transmise à d’autres propriétaires, mais les environs ont commencé à se détériorer à la suite du grand incendie de Chicago Fire de 1871, auquel la maison a survécu mais qui a transformé la région en bidonville. La maison de Hull a servi pendant un certain temps de maison pour les personnes âgées, au cours de laquelle il a été rapporté que l’épouse fantomatique de Charles Hull hantait toujours cet endroit, et en effet elle gagnerait une réputation comme l’un des bâtiments les plus hantés de la ville. Pourtant, pour toutes ces histoires effrayantes.

À l’époque, la maison appartenait à deux femmes des noms de Jane Addams et Ellen Starr, qui en avaient fait une sorte de pension pour les immigrants en difficulté, et à partir de laquelle elles ont lancé divers programmes pour améliorer le quartier et les citoyens. ‘ qualité de vie. La zone s’était en fait transformée en un complexe de treize bâtiments et comprenait une crèche, un gymnase, un dispensaire, une aire de jeux et plusieurs pensions. C’était de toute évidence une opération très réussie, et avait fait d’Addams une personnalité très respectée, mais un soir d’octobre 1913, ils auraient un incident étrange lorsqu’un groupe de trois immigrants italiens est venu à la porte pour chercher ce qu’ils ont appelé  » Le bébé diable. Addams leur a dit qu’elle ne savait pas de quoi ils parlaient, mais ces trois étrangers étaient dans un état très excité et agité.

Selon ces femmes, l’enfant maudit avait pu parler dès sa naissance, et avait des sabots fendus, des oreilles pointues, une queue et des cornes. Ils ont expliqué comment l’enfant pervers était né d’un homme athée qui avait épousé une femme pieuse, arrachant un jour les peintures religieuses du mur et disant qu’il préférerait avoir le diable dans sa maison plutôt que cette image. Il a apparemment eu son souhait, car sa femme a ensuite donné naissance à l’enfant démon, et cet enfant avait parlé avec la voix bourru d’un vieil homme et pris à tourmenter son père et crachant des blasphèmes et des obscénités. Selon ces femmes, le père avait été incapable de tout gérer et avait déposé le Devil Baby à Hull House comme orphelin, où il était censé être enfermé dans le grenier, et maintenant ils étaient venus le voir pour se.

Addams et Starr ont nié qu’un tel bébé diable ait jamais été amené à la maison, et il a fallu du temps pour renvoyer les femmes, tellement convaincues étaient-elles que l’enfant était entre ces murs. Quand les femmes étranges furent finalement parties, Addams n’eut pas beaucoup de chance de répit, car cela ne semble avoir été que le début. Au cours des jours suivants, de plus en plus de personnes ont commencé à se présenter à Hull House pour demander à voir le bébé du diable, jusqu’à ce qu’un flux constant de personnes de tous les horizons et de tous âges convergeaient vers la maison pour voir le bébé par eux-mêmes, certains offrent même de payer généreusement pour le privilège. Le fait qu’Addams les ait constamment rejetés et nié qu’un tel enfant ait jamais été là ne faisait aucune différence, et le flot de personnes augmentait chaque jour qui passait, y compris parfois même des médecins ou des scientifiques venus examiner l’abomination. Addams a commencé à penser que cela devait être une sorte de malentendu, et dirait de tout cela:

Je suppose qu’un bébé déformé est né quelque part dans le West Side. Il est tout simplement étonnant de voir comment des gens autrement intelligents se laissent emporter par cette histoire ridicule. Si je vous donnais les noms de certains professionnels – y compris des ecclésiastiques – qui ont posé des questions à ce sujet, vous ne me croiriez tout simplement pas.

Les foules de gens ne lâchèrent pas du tout, et cela dura 6 semaines complètes, avec des milliers de personnes faisant le voyage, parfois de tout le pays, afin de voir le désormais légendaire Devil Baby. Ils sont venus jour et nuit, en nombre si intense qu’il était difficile de faire le travail entre détourner ces myriades de chercheurs de curiosité. C’était bizarre qu’une telle histoire se répande si vite et qu’aucun déni ne puisse convaincre ceux qui croyaient vraiment. C’était étonnant pour Addams, et elle a commencé à y voir le reflet des problèmes sociaux qui s’étaient manifestés dans la construction de mythes passés par le bouche à oreille. Addams écrirait:

Bien que les visiteurs du Devil Baby comprenaient des personnes de tous les degrés de prospérité et d’éducation, même des médecins et des infirmières formées qui nous ont assuré de leur intérêt scientifique, l’histoire a constamment démontré le pouvoir d’un vieux conte d’épouses parmi des milliers de personnes dans la société moderne qui vivent dans un coin à eux, leur vision fixe, leur intelligence maintenue par une chaîne de fer à l’habitude silencieuse. Pour ces peuples primitifs, la métaphore est apparemment toujours la «substance de la vie»; ou, plutôt, aucune autre forme de déclaration ne leur parvient, et l’énorme tonnage d’écriture actuelle pour eux n’a pas d’existence.  

Pendant six semaines, alors que j’allais à Hull-House, j’entendais une voix au téléphone répéter pour la centième fois ce jour-là: «Non, un tel bébé n’existe pas»; «Non, nous ne l’avons jamais eu ici»; «Non, il n’aurait pas pu le voir pour cinquante cents»; «Nous ne l’avons envoyé nulle part parce que nous ne l’avons jamais eu»; «Je ne veux pas dire que votre belle-sœur a menti, mais il doit y avoir une erreur»; «Il n’y a pas de raison de monter une excursion de Milwaukee, car il n’y a pas de bébé diable à Hull-House»; Nous ne pouvons pas donner de tarifs réduits car nous ne présentons rien »; et ainsi de suite. En approchant de la porte d’entrée, j’attrapais des bribes d’arguments souvent acrimonieux: «Pourquoi laissez-vous tant de gens le croire, si ce n’est pas ici? «Nous avons pris trois lignes de soins à venir, et nous avons autant le droit de le voir que n’importe qui d’autre»; ‘C’est un assez grand endroit, bien sûr, vous pouvez le cacher assez facilement »; «Pourquoi dites-vous cela… allez-vous augmenter le prix d’entrée? Nous avions sans doute frappé un cas de ce que les psychologues appellent la «  contagion de l’émotion  », ajoutée à cette «  sociabilité esthétique  » qui pousse chacun de nous à traîner toute la maison à la fenêtre lorsqu’une procession entre dans la rue ou qu’un arc-en-ciel apparaît. dans le ciel.

mur

Elle écrirait une grande partie de l’incident étrange des années plus tard, soumettant même un rapport à l’ American Journal of Sociology , et écrirait un article très détaillé et contemplatif à ce sujet dans l’ Atlantic Monthly , que vous pouvez lire ici . Elle méditerait longuement sur tout cela dans ses écrits, et en écrirait à un moment donné:

Beaucoup d’entre eux, venus voir le bébé diable, avaient été contraints de faire face à des expériences tragiques, les pouvoirs de la brutalité et de l’horreur avaient eu toute leur ampleur dans leur vie et pendant des années, ils avaient connu le désastre et la mort. Certaines de ces vieilles femmes avaient lutté pendant des années fatiguées contre la pauvreté et beaucoup de procréation, avaient su ce que c’était d’être intimidées et battues par leurs maris, négligées et ignorées par leurs enfants prospères et accablées. . . .  

Au cours des semaines d’excitation, ce sont les femmes qui semblent vraiment s’être imposées, et peut-être que le résultat le plus significatif de l’incident est la réaction de l’histoire sur elles. Cela a remué leur esprit et leur mémoire comme avec une touche magique, il a détendu leurs langues et a révélé la vie intérieure et les pensées de ceux qui sont si souvent inarticulés. Un résultat de la visite hypothétique du Devil Baby à Hull-House restera, je pense, un résultat: une prise de conscience du pouvoir de tamisage et de réconciliation inhérent à la mémoire elle-même. Au moins, pendant les semaines où le bébé du diable semblait occuper toutes les pièces de Hull-House, on était conscient que toutes les vicissitudes humaines finissent par se fondre dans la réminiscence, et qu’une déclaration métaphorique de ces expériences profondes qui sont implicites dans l’humain la nature elle-même, quelle que soit la forme brute de l’histoire,

Le fiasco entier mourrait aussi soudainement qu’il a commencé lorsque les journaux ont commencé à le ramasser et à décortiquer l’histoire, et très bientôt personne d’autre ne vient à la Hull House à la recherche de bébés démons. Bizarrement, au cours des dernières années, l’histoire s’est en quelque sorte poursuivie dans un sens, avec la maison plus tard rénovée et des rapports sur le gémissement fantomatique d’un bébé venant des murs. Bien que le pensionnat ait fermé ses portes en 2012, il est maintenant géré comme un musée devenu populaire pour les chasseurs de fantômes qui cherchent à enquêter sur son passé hanté. Qu’est-ce qui a fait que toutes ces personnes ont soudainement perdu la tête et ont convergé vers cet endroit? Quelle était la vraie histoire derrière le Devil Baby et qu’y avait-il derrière tout ça? Était-ce une légende urbaine, une hystérie de masse ou quoi? Personne ne le sait vraiment, et cela reste une étrange bizarrerie historique et une anomalie que nous ne comprendrons peut-être jamais vraiment.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : MYSTERIOUSUNIVERSE

Une pensée sur “Le bébé démon de la maison hantée « Hull House »

  • 25 juillet 2020 à 12 h 08 min
    Permalink

    J’adore le paranormal ,et je crois au bébés démon, a-t-il été battu par le père ,et être défiguré ,puis dcd à cause des mauvais traitements ,et il se venge par des manifestations

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *