La légende urbaine du fantôme de Mae Nak

Demandez à n’importe quel Thaïlandais à propos de Nang Nak et ils raconteront l’histoire tragique des fantômes de Mae Nak Phra Khanong. Selon le folklore local, l’histoire est basée sur des événements qui se sont déroulés sous le règne du roi Rama IV.

Il y a des siècles, dans un village rural de Thaïlande, Nang Nak vivait heureuse avec son mari, Mak. Tout semblait aller bien pour le couple car Nang venait de tomber enceinte et ils attendaient tous les deux avec impatience la naissance de leur premier enfant. Cependant, leurs circonstances ont changé lorsque Mak a été appelée pour combattre dans une guerre, laissant Nang s’occuper d’elle-même.

De nombreux mois se sont écoulés avant que Mak ne rentre chez lui après avoir été blessé et survivant à peine à la guerre. En se rapprochant de sa maison, il a remarqué que beaucoup de ses compagnons de village ne lui parlaient pas ou ne le reconnaissaient pas.

Cela a été vite oublié lorsqu’il est arrivé chez lui et a été accueilli par sa belle femme, Nang et leur nouveau bébé. La vie est vite revenue à la normale car Mak et Nang ont consciencieusement entrepris les tâches de prendre soin de son mari, de leur bébé et de nettoyer leur maison sur pilotis en bois de style thaïlandais.

Mak sentit bientôt que quelque chose n’allait pas et que des choses étranges se passaient dans le village. Ce n’est que lorsqu’un ami de Mak lui a rendu visite que les choses ont pris une tournure plus sinistre.

Son ami, ainsi que les autres villageois, savaient que Nang était morte avec son enfant en couches mais Mak vivait avec le fantôme de sa femme décédée apparemment ignorant ce qui s’était passé.

Le fantôme de Nang, incapable d’accepter sa mort prématurée et pensant perdre son mari bien-aimé, projetait un monde alternatif, déguisant les événements réels de Mak.

Après être rentré chez lui, l’ami de Mak a décidé d’aller le lendemain pour dire à Mak qu’il vivait avec un fantôme, cependant, le fantôme de Nang ne l’a pas permis et l’a tué avant qu’il ne puisse dire la vérité. Le fantôme de Nang est devenu de plus en plus protecteur sur son mari et a tué quiconque lui semblait une menace ou qui dirait à son mari ce qui est réellement arrivé à sa femme.

Ce n’est que lorsque Mak a été témoin d’un événement étrange qu’il a commencé à réaliser que le monde dans lequel il pensait vivre était en fait une mascarade mise en œuvre par sa femme.

Tandis qu’en haut préparant un repas pour eux, Mak a été témoin d’un citron tomber à travers un espace dans le plancher et le bras de sa femme se distend et s’étire vers le sol en dessous pour ramasser les fruits.

Choqué par ce dont il a été témoin, il a commencé à voir des fissures apparaître dans son monde et que sa maison n’était pas une maison bien entretenue mais était maintenant une cabane abandonnée. Craignant pour sa vie, il s’est enfui au temple local.

Il y a un sanctuaire dédié à Nang Nak le long d’On Nut, Sukhumvit Soi 77 à Bangkok. Des gens viennent lui rendre hommage au sanctuaire de Nang Nak, une statue d’elle berçant son bébé se voit offrir des cadeaux ou recouverte de petites tablettes d’or roulé.

Mak et les villageois terrifiés ont décidé de débarrasser le village du fantôme de Nang et ont incendié la maison maintenant délabrée, mais cela n’a pas eu l’effet souhaité et n’a fait qu’énerver davantage le fantôme de Nang.

Après une tentative infructueuse des chamans locaux pour exercer le fantôme, il était évident qu’ils ne pouvaient pas s’attaquer au fantôme seul car elle était tout simplement trop puissante, telle était sa dévotion envers son mari, il a donc été décidé de convoquer quelqu’un de plus puissant qui pourrait exorciser. le fantôme.

Le moine bouddhiste le plus vénéré du pays a été localisé et est arrivé pour s’attaquer à l’esprit de Nang. Après de nombreuses tentatives de Nang pour échapper au moine, il a maîtrisé son esprit et elle s’est finalement repenti en permettant à son mari de se libérer d’elle et de commencer une nouvelle vie.

Le corps de Nang a été exhumé et le moine a récupéré un morceau d’os sur le front du crâne de Nang car cela détruirait non seulement le fantôme de Nang mais aussi son âme. Son corps a de nouveau été mis au repos et le fantôme de Nang a disparu.

La légende dit que le morceau de crâne a été transformé en broche et porté par le moine jusqu’à sa mort. Il est par la suite entré en possession de Son Altesse Royale le prince Chumbhorn Ketudomsak et est ensuite passé entre les mains de nombreuses personnes. Aujourd’hui, on ne sait pas où se trouve la broche, mais la triste histoire de Nang Nak continue de vivre dans la culture thaïlandaise.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *