La légende du chien fantôme de Lyme Regis

Près de la ville de Lyme Regis dans le Dorset, en Angleterre, il y a une ferme. La ferme est tout ce qui reste d’un ancien manoir, Colway Manor, dont la plupart a été détruit pendant la guerre civile anglaise.

Le salon, cependant, a toujours la cheminée du manoir. Il a été construit dans le grand style ancien et dispose d’un coin (alcôve) avec des sièges face à face dans la grande cheminée bien ajustés de chaque côté du feu.

Les sièges sont très accueillants, car lorsque le feu est allumé, ils sont très confortables et chaleureux. Au fil des ans, ils ont été un lieu de détente pour beaucoup d’agriculteurs fatigués … Oh, et un occupant très étrange en effet …

Au 17ème siècle, un vieil homme solitaire vivait dans le manoir. Son seul compagnon était son fidèle chien noir. Une nuit, alors qu’il allait se coucher, des voleurs ont fait irruption dans la maison.

Ils ont traîné le vieil homme dans une pièce et ont exigé qu’il leur montre où avaient caché ses objets de valeur. L’homme a refusé et, dans leur colère, ils ont battu le vieil homme jusqu’à sa mort. Le chien a été laissé au pied des escaliers. Ici, il se languissait de son maître, jusqu’à ce qu’il meure aussi de faim.

Peu de temps après, pendant la guerre civile anglaise, le manoir a été presque détruit. Au 18ème siècle, les vestiges avaient été transformés en ferme. Un jour, le maître de maison était assis sur l’un des sièges du confort, comme c’était son habitude après une dure journée de travail.

Quand soudain, un gros chien noir apparut sur le siège en face de lui. Au début, le fermier était très alarmé par l’étrange chien noir, qui n’était clairement pas de ce monde.

Le chien semblait projeter une ombre de tristesse sur la pièce et le fermier n’appréciait plus la détente de sa soirée. Après cette nuit, le chien apparaissait souvent et le fermier s’habitue à ses visites régulières.

Le chien n’était jamais agressif et s’asseyait toujours sur le même siège en face du propriétaire. Le fermier a commencé à regarder le chien fantomatique comme un membre de la famille. Ses visites ont duré plusieurs mois.

Il a parlé de son étrange visiteur avec des voisins, mais ils lui ont conseillé de s’en débarrasser. «Cela ne vous présagera rien de bon», ont-ils dit. Le fermier ne pouvait pas voir quel mal cela faisait. De plus, si la vérité était connue, il s’inquiétait un peu de ce qui se passerait s’il bouleversait le chien.

Il a répondu en plaisantant: «Pourquoi devrais-je être débarrassé de lui? Il ne me coûte rien et est la créature la plus silencieuse de la ferme, ne mangeant pas, ne buvant pas et n’interférant avec personne.

Cependant, ses voisins ont continué à s’inquiéter pour la bête étrange et se sont moqués du fermier à propos de son étrange «animal de compagnie». Un soir, le fermier avait beaucoup bu et en avait tellement marre de leur moquerie qu’il est rentré en trombe chez lui pour s’attaquer à la bête.

Au moment où il est rentré chez lui, il était dans un état de rage terrible. Pourquoi pensait-il, ce chien devrait-il me déranger ainsi? En entrant dans la pièce, il trouva le chien assis à sa place habituelle sur le siège de la cheminée.

Dans sa colère, le fermier a pris un tisonnier et s’est jeté sur le chien. Le chien a rapidement sauté du siège et s’est enfui à travers la maison, poursuivi par le fermier en colère. Finalement, il a couru dans un grenier où il ne pouvait pas s’échapper mais, à la surprise du fermier, il a sauté à travers le plafond et a disparu.

En colère et n’en croyant pas ses yeux, le fermier a frappé le plafond avec son tisonnier. Une partie du plafond s’est effondrée et une vieille boîte est tombée de sa cachette et a atterri par les pieds du fermier.

Le fermier se pencha et ramassa la boîte. À l’intérieur se trouvaient un grand nombre de pièces d’or et d’argent du règne de Charles Ier: une fortune en effet! Avec sa nouvelle richesse, le fermier a décidé d’acheter une maison, non loin de là, à la frontière du Dorset et du Devon. Il en a fait un relais de poste et, en mémoire de son compagnon fantomatique, il l’a baptisé «The Black Dog».

Ce bâtiment se trouve toujours à Uplyme, où il était autrefois bien connu comme le premier pub du Devon. Il a fermé ses portes dans les années 1990. C’est maintenant une petite maison d’hôtes. Quant au chien, il a cessé de hanter la ferme de Lyme Regis. Mais l’animal ne pouvait pas se reposer et s’est mis à hanter Haye Lane, près du «Black Dog Inn», qui devint connu sous le nom de «Dog Lane».

On dit que lorsque le chien apparaît, généralement à minuit, l’air devient sombre, froid et brumeux. Il a été vu pour la dernière fois, par trois touristes, en 1959. Et il y en a encore qui vous avertissent de ne pas laisser votre chien errer dans la région, car beaucoup semblent disparaître dans des circonstances mystérieuses. Le chien noir, disent les habitants, les terrifie à mort.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *