Le mystère de la sonate du diable

Ils disent que les rêves sont des fenêtres sur l’âme et les moyens par lesquels cette âme nous parle et nous donne un aperçu des connaissances et des idées qui nous échappent pendant nos heures de veille.

Il y en a qui disent que nous pouvons puiser dans une sorte de source intérieure de créativité à travers les rêves, et d’autres encore qui disent qu’ils peuvent même être des portails vers d’autres mondes ou dimensions au-delà de notre royaume de veille ou même de notre réalité. Il y a longtemps qu’il y a eu des histoires d’éclairs soudains d’inspiration ou de solution soudaine à des problèmes déroutants glanés dans les champs fertiles de nos rêves, et en effet, l’histoire est remplie de telles histoires. Un tel cas nous vient de l’Italie du 18ème siècle, où un compositeur et violoniste est allé dormir une nuit seulement pour être visité par le diable dans le royaume des rêves, qui lui apprendrait l’un des plus déroutants, des plus stimulants.

Né le 8 avril 1692 à Pirano, en Istrie en République de Venise, qui est maintenant Piran, en Slovénie, Giuseppe Tartini était un violoniste, compositeur baroque, philosophe, scientifique et théoricien de la musique qui était un contemporain de grands noms de la musique comme Vivaldi et Veracini . Au cours de sa vie, Tartini composera et interprètera plus de 200 concertos et sonates pour violon, avec beaucoup d’autres écrits sur papier ainsi que d’autres qui sont peut-être restés inconnus, et serait un musicien très influent connu pour sa technique musicale unique et son style de musique. s’inclinant, les Italiens l’appelant finalement il Maestro delle Nazioni , ce qui signifie «le meilleur musicien du monde», tandis que les Français le proclament le législateur de l’archet, ou «le législateur de l’arc». Tartini a été crédité comme étant un violoniste remarquablement doué, avec sa musique réputée pour sa combinaison de qualités hautement techniques et poétiques, et il est également connu comme étant le premier propriétaire connu d’un violon fabriqué par le estimé Antonio Stradivari en 1715. Tartini était également chercheur dévoué de la théorie de l’harmonie et de l’acoustique, publiant de nombreux articles sur le sujet, et il prétend avoir découvert les principes de ce qu’il appelle le «troisième son», qui est une harmonique produite lorsque deux notes d’un accord sont joué parfaitement.

Giuseppe Tartini

Giuseppe Tartini

Cependant, pour toutes ces réalisations, Giuseppe Tartini est probablement mieux connu pour un rêve bizarre dans lequel il prétendait avoir réellement rencontré le diable, et qui s’avérerait être à l’origine du morceau de musique le plus connu et le plus mystérieux de son ensemble. carrière. En 1765, quelques années seulement avant sa mort, Tartini s’assit et eut un entretien avec l’astronome français Jérôme Lalande, à qui il raconta un rêve étrange et surréaliste qu’il avait eu dans lequel le diable était venu vers lui pour faire un pacte pour son âme et a également joué un violon avec une virtuosité et une compétence à couper le souffle. C’est cette chanson jouée par le diable dans son rêve que Tartini allait faire de son œuvre la plus connue, la Sonate pour violon en sol mineur, également connue sous le nom de «Sonate du diable». Le récit du rêve de Tartini a été publié dans les mémoires de voyage de Lalande,Voyage d’un François en Italie , et le récit a été rendu ainsi:

Une nuit, j’ai rêvé que j’avais fait un pacte avec le diable pour mon âme. Tout s’est passé comme je le désirais: mon nouveau serviteur a anticipé tous mes souhaits. J’ai eu l’idée de lui donner mon violon pour voir s’il pouvait me jouer de jolis airs, mais imaginez mon étonnement quand j’ai entendu une sonate si insolite et si belle, jouée avec une telle maîtrise et intelligence, à un niveau que je n’avais jamais imaginé auparavant. était possible. J’étais tellement bouleversé que j’ai arrêté de respirer et me suis réveillé en haletant. Aussitôt je saisis mon violon, espérant me souvenir d’un morceau de ce que je venais d’entendre; mais en vain. La pièce que j’ai ensuite composée est sans aucun doute ma meilleure, et je l’appelle toujours «The Devil’s Sonata», mais elle est si loin de celle qui m’a stupéfaite dans mon rêve que j’aurais brisé mon violon et abandonné la musique pour toujours si je pouvais l’avoir possédé.

Le_Songe_de_Tartini_par_Louis-Léopold_Boilly_1824

Tartini serait obsédé par la chanson qu’il avait entendu le diable jouer dans son rêve et était finalement capable d’en approcher au moins un semblant sur papier, même s’il se lamentait toujours à quel point elle pâlissait à côté de ce qu’il avait entendu le jeu du diable. La Sonate du diable est connue, même aujourd’hui, comme une pièce incroyablement difficile à jouer techniquement, à tel point qu’il a été dit une fois que Tartini aurait besoin de six doigts pour la jouer comme il l’a fait, et que si l’on jouait tout. le chemin à travers leur âme serait possédé par le diable. On a même dit à l’époque que la chanson avait été bannie du Royaume des Cieux pour être contre Dieu. La pièce elle-même est une sonate solo, avec trois mouvements au lieu des quatre ou cinq habituels. Le troisième mouvement en particulier est connu pour ses séries intenses de ce qu’on appelle les «trilles à double arrêt, »Qui joue fondamentalement simultanément sur deux cordes adjacentes et joue deux notes en même temps tout en alternant rapidement entre deux notes adjacentes séparées par un son, ainsi que des changements brusques et rapides d’un jeu lent à rapide. Le résultat est une pièce envoûtante, poignante et vraiment captivante qui transporte l’auditeur dans le monde des rêves et reste l’une des sonates pour violon les plus difficiles qui soient. Il peut être entendu dans son intégralité ici .

Outre le fait que toute la pièce aurait été apprise du diable dans les rêves de Tartini, de nombreux mystères entourent La Sonate du diable. Premièrement, on ne sait toujours pas exactement quand il a été composé. Lalande a prétendu que Tartini avait eu le rêve en 1713, mais sur la base de ses éléments stylistiques, les historiens de la musique ont dit qu’il est peu probable qu’il ait pu naître avant 1745. La question de savoir quand il a été composé est en outre confondue par le fait que Tartini n’a jamais daté son manuscrits, et il avait l’habitude de réviser ou de réécrire des travaux qui avaient été achevés des années auparavant, ainsi que d’ajouter des annotations codées, ce qui rendait tous ses travaux notoirement difficiles à dater avec certitude.

Il est également mystérieux que tout le récit du rêve n’ait été partagé que quelques années avant sa mort et ne soit effectivement publié correctement qu’en 1798, près de trente ans après la mort de Tartini. Pourquoi cela serait-il? On a dit que peut-être Tartini ne voulait pas publier son rêve par hasard, car l’histoire aurait probablement provoqué à tout le moins le ridicule et pire encore une sorte de scandale religieux blasphématoire. On pense que ce désir d’éviter la consternation ou le mépris de la communauté religieuse est la raison pour laquelle Tartini a peut-être choisi Lelande pour raconter l’histoire, car l’astronome était un homme de science plus peu susceptible de répondre à la série d’événements avec choc. ou indignation. Cela pourrait également expliquer pourquoi Tartini a choisi de partager son histoire étrange pendant ses années crépusculaires et pourquoi l’histoire mettrait si longtemps à être connue du monde extérieur. Ajoutant d’autres couches au mystère sont les diverses annotations codées qui ont été incluses dans le manuscrit original, qui n’ont été décodées qu’en 1935, et se sont avérées montrer des morceaux de poésie profane par Metastasio, Pétrarque et Tasso, qui auraient tous pu être vus comme étant contre les écritures de l’église.

3c0694a7b827f50439be0759ae0c20f5

D’où exactement Tartini a-t-il pu s’inspirer de la Sonate du Diable? Était-ce une sorte de puiser dans la créativité humaine et peut-être même dans l’inconscient universel à travers un rêve? Ou est-ce que le diable est vraiment venu voir Tartini dans son sommeil cette nuit fatidique? Quelle que soit la réponse à cela, pourquoi a-t-il choisi un astronome français pour raconter son histoire et pourquoi l’a-t-il fait si près de sa mort? En effet, pourquoi ce récit n’a-t-il fait surface que trois décennies après la mort de Tartini? Quelles que soient les réponses à ces questions, on ne peut nier le pouvoir des rêves ou leur histoire d’agir en tant que muse de la créativité, des idées et de l’expression. Quelque part au plus profond de votre psyché pourrait être les réponses aux questions que vous cherchez, ou le sursaut de créativité dont vous avez besoin pour vous pousser au-delà de vos limites de veille, peut-être même un moyen de communiquer avec des choses hors de notre domaine. Peut-être qu’il restera là-bas dans les profondeurs du bourbier des pensées subconscientes qui gisaient dans l’abîme de votre esprit, ou peut-être que vous y accéderez ce soir. Des choses plus étranges se sont produites.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : MYSTERIOUSUNIVERSE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *