Le manoir hanté de la santé

À Surf City, New Jersey, il y avait un hôtel connu sous le nom de «The Mansion of Health». Il a été construit en 1822 dans une zone de l’île de Long Beach autrefois connue sous le nom de «Grand marais».

Le manoir était le plus grand bâtiment de Surf City et sa caractéristique la plus impressionnante était un balcon qui longeait tout le dernier étage.

L’une des pires tempêtes de l’histoire du New Jersey a frappé Long Beach Island en avril 1854. Un navire appelé Powhattan, rempli de plus de 300 immigrants allemands nouvellement arrivés, a été pris dans la tempête et a été forcé de se rapprocher de plus en plus de l’île. Soudain, le Powhattan a été heurté contre les rochers et un grand trou s’est ouvert à la proue du navire. Personne ne pouvait plus rien empêcher de couler.

Alors que la nouvelle du désastre se répandait, une petite foule de personnes s’est rassemblée sur le rivage, mais la tempête a empêché tout espoir de sauvetage. Le navire a commencé à se désagréger et les passagers, certains déjà morts, ont commencé à être emportés par-dessus bord. Tout ce que la foule à terre pouvait faire était de chercher parmi les débris et les corps des signes de vie. Aucun n’a été trouvé. Tout l’équipage et tous les passagers avaient péri, et seulement cinquante des corps étaient arrivés à terre sur l’île de Long Beach.

L’État du New Jersey avait nommé des «épaves» le long de la côte du New Jersey pour faire face à ces catastrophes. La responsabilité du maître de l’épave était de récupérer tout objet de valeur qui venait à terre après un naufrage et de veiller à l’entreposage adéquat des morts jusqu’à ce que le coroner puisse organiser l’inhumation.

Le maître des épaves de Long Beach Island était le directeur du manoir de la santé, Edward Jennings, et les sauveteurs et les défunts étaient entassés à l’extérieur de l’hôtel. Lorsque le coroner est arrivé le lendemain, tout semblait en ordre.

Cependant, en examinant les corps des morts, il a trouvé une chose manquante. Aucun des hommes ni des femmes n’avait d’argent avec eux. C’était très inhabituel. Après tout, lorsque les immigrants sont arrivés en Amérique, ils sont venus avec tout ce qu’ils pouvaient transporter, en particulier de l’argent. C’était la coutume habituelle pour les passagers de porter des ceintures porte-monnaie autour de leur taille pour protéger leurs économies, mais le coroner n’a pu en trouver aucune.

Immédiatement, le soupçon de jeu déloyal a été dirigé contre Jennings, mais il n’y avait aucune preuve que le maître de l’épave avait volé de l’argent, ou même que de l’argent existait. Les corps des cinquante hommes, femmes et enfants ont été expédiés à Manahawkin et enterrés dans les tombes des pauvres dans le cimetière baptiste.

Dans les mois qui suivirent, les soupçons concernant l’argent manquant furent oubliés, et la vie au manoir continua comme avant. Cependant, lorsqu’une autre tempête a ravagé l’île quelques mois plus tard, un événement très inhabituel s’est produit.

Les vagues de cette tempête avaient atteint près du Manoir de la Santé et causé une certaine érosion près de la souche d’un vieux cèdre, une relique révolue du passé d’eau douce de la région. C’est là que les voisins et les invités ont trouvé quelque chose de plus inhabituel. Dans un trou, désormais non couvert, se trouvaient des dizaines de ceintures porte-monnaie, toutes ouvertes et vides.

La culpabilité de Jennings était maintenant évidente pour les Islanders, et il a été forcé de fuir dans la disgrâce pour éviter des poursuites. Mais ses ennuis ne se sont pas arrêtés là. On dit qu’il a été brisé par ses méfaits et a souffert de terribles cauchemars, peut-être hanté par les esprits de ces pauvres âmes qu’il a volées, tout au long de sa vie. Il est mort dans une bagarre dans un bar à San Francisco.

Les esprits des morts du Powhattan n’étaient pas satisfaits de la mort d’Edward Jennings. Peu de temps après, les histoires d’épave ont commencé à circuler concernant des événements étranges au Manoir de la Santé. Les clients séjournant à l’hôtel se sont plaints d’entendre des sanglots pendant la nuit et d’apercevoir des silhouettes sombres marchant sur le balcon. Il n’a pas fallu longtemps pour que les rumeurs se propagent, et bientôt l’hôtel a été contraint de fermer.

En 1861, un groupe de cinq jeunes hommes décida de passer la nuit dans le bâtiment vacant. Ils se couchèrent au troisième étage et alors qu’ils commençaient à s’endormir, l’un des garçons regarda par la fenêtre sur le balcon. Ce qu’il y a vu l’a terriblement effrayé et il a crié pour que ses amis se réveillent.

Sur le balcon était assise une jeune femme tenant un petit enfant, regardant tristement la mer. La lumière de la lune semblait presque la traverser. Puis soudainement, la mère et l’enfant ont disparu. Les cinq garçons sont sortis en courant du bâtiment et se sont dirigés vers le continent. À partir de ce jour, personne n’oserait mettre les pieds au troisième étage de l’hôtel maudit après la tombée de la nuit.

Le Manoir de la Santé n’a plus jamais ouvert, et il a brûlé au sol treize ans plus tard, en 1874. Sur le site, le nouveau propriétaire a construit le Surf City Hotel. L’État du New Jersey a placé un monument à l’extérieur de l’hôtel Surf City pour se souvenir des 300 personnes qui ont péri dans le naufrage et, espérons-le, apaiser leurs fantômes.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *