Le métro hanté d’Edimbourg en Ecosse

Comme la plupart des rues de l’époque, «The Close» avait des bâtiments de plusieurs étages qui le cernaient étroitement. Dans les années 1600, il était courant de jeter les déchets humains par les fenêtres sur la rue en contrebas – de sorte que les classes supérieures et moyennes vivaient au sommet s’éloigne de cette saleté tandis que les pauvres vivaient au niveau de la rue.

Alexander King, qui était un avocat de Mary Queen of Scots, a nommé ce Close après sa fille Mary. Il possédait plusieurs propriétés dans le Close. Mary avait un stand dans la rue où elle vendait de la dentelle.

Lorsque la peste bubonique frappa en 1645, cette rue fut ravagée. Les familles qui avaient une personne malade chez elles avaient un «X» sur leur porte. La nourriture a été déposée à leur porte. Aucun contact n’était autorisé pendant six semaines – à l’exception du médecin de la peste – jusqu’à ce que la personne malade meure ou se rétablisse. Lorsque cela était possible, les malades étaient transférés dans un hôpital de la peste.

Lorsque beaucoup de corps de ces victimes ont été brûlés pour empêcher la propagation de la maladie, on dit que leurs cendres ont été mélangées avec du crin et de la saleté et ont ensuite été utilisées pour construire des plafonds dans le Close.

De nombreuses années après cette épidémie, alors que personne ne vivait à Mary King’s Close, elle a été murée et fermée pendant les 100 prochaines années. Mais la rue avait tellement de mystères sombres liés à elle qu’un mythe a commencé à circuler selon lequel le Close avait en fait été muré pendant l’épidémie de peste et que de nombreuses personnes malades étaient enfermées entre ses murs. Au grand dam de beaucoup, ce mythe persiste encore aujourd’hui.

Parce que cette rue a été murée, elle est bien conservée. Le visiteur d’aujourd’hui – 250 ans plus tard – peut encore voir les bâtiments et la disposition d’origine.

Le fantôme le plus célèbre de Mary King’s Close est celui d’une petite fille surnommée Annie. En 1992, une voyante japonaise a été surprise lorsqu’elle est entrée dans une petite pièce du Close. Elle a immédiatement senti la maladie, la faim et un froid glacial envelopper la pièce. Elle sentit alors la présence s’accrocher à sa jambe.

La chambre d’Annie

D’autres ont reçu le message qu’Annie est triste parce qu’elle a perdu son jouet préféré. Alors d’innombrables visiteurs ont laissé des cadeaux à Annie dans la petite pièce qui porte désormais son nom.

La plupart pensent que la famille d’Annie l’a probablement laissée derrière elle lorsqu’elle est tombée malade de la peste.

Une autre activité à proximité comprend des pas fantômes marchant dans la rue vide et les visiteurs et les guides ont vu le fantôme d’une dame vêtue d’une robe noire ou grise. Le fantôme de la fille de Mary – Alexander King est vu.

Des témoins ont également rapporté avoir vu des personnages masculins dans le Close qui disparaissent simplement lorsqu’ils sont approchés. En fait, certaines de ces observations ont été rapportées avant que la rue ne soit murée.

Dans une cheminée en particulier, des bruits étranges se font entendre. Lorsque les gens ont mis leurs mains à l’intérieur, ils sont parfois griffés.

En 2008, une photo prise par accident est désormais considérée comme une preuve solide que le Close est hanté.

Tard un samedi soir, le directeur général, Stephen Spencer, vérifiait une caméra infrarouge installée pour prendre des photos de groupes de touristes comme souvenirs.

Pendant que Spencer se tenait dans la rue, il a pris plusieurs photos, puis est retourné à son bureau pour éteindre le système informatique. Il a regardé les photos qu’il avait prises et s’est rendu compte que l’une d’elles avait capturé une image intéressante.

Une silhouette ronde et translucide se tenait à l’arrière-plan – la rue était fermée pour la nuit et Spencer était le seul là quand il a pris la photo. Depuis, plusieurs enquêteurs fantômes fiables ont examiné cette photo et ils concluent tous qu’elle est très convaincante.

Ce qui est encore plus intéressant, c’est que de nombreux visiteurs au fil des ans ont décrit avoir vu ce fantôme rond dans la même zone.

Certains spéculent que ce fantôme est le major Thomas Weir, connu sous le nom de Wizard of West Bow. Il a été étranglé puis brûlé sur le bûcher en 1670 après avoir publiquement avoué la sorcellerie, le satanisme et l’inceste.

Pourtant, d’autres pensent que ce fantôme est Andrew Chesney, un scieur qui a vécu à Mary King’s Close et a exploité son entreprise en 1892. On pense qu’il est la dernière personne à avoir vécu à Close. Son atelier est mis en évidence dans l’une des visites guidées. .

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Auteur: Virginia Lamkin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *