Une association italienne publie un nouveau manuel sur l’exorcisme

L’Association internationale des exorcistes souhaite que les gens comprennent mieux la pratique.

Une association internationale d’exorcistes catholiques a publié un nouveau manuel sur la pratique de l’exorcisme, et il est mis à la disposition du grand public.

Cela ne veut pas dire que l’association encourage le grand public à commencer à effectuer des délivrances. Plutôt l’inverse. L’Association internationale des exorcistes insiste pour que les exorcismes ne soient pratiqués que par des prêtres autorisés par leurs évêques.

Les lignes directrices pour le ministère de l’exorcisme ont été publiées en mai en italien. L’IAE a déclaré qu’une version anglaise était en cours d’examen par le Vatican mais devrait être publiée d’ici la fin de 2020 ou le début de 2021.

L’IAE a été fondée il y a 20 ans par le P. Gabriele Amorth, un exorciste romain bien connu , et quelques autres prêtres. Le président actuel, le P. Francesco Bamonte, a déclaré dans une interview avec Avvenire , un quotidien italien affilié à la Conférence épiscopale d’Italie, que le livre est destiné à offrir aux prêtres-membres de l’association un manuel de doctrine et de pratique à la lumière du rituel des exorcismes de l’église catholique. À l’origine, il était publié en ligne, accessible uniquement aux membres, mais l’association a décidé de le rendre public après que de nombreux prêtres et évêques aient déclaré qu’il pouvait faire beaucoup de bien.Fr. Bamonte a ajouté que sa publication pourrait également aider à clarifier «plusieurs points obscurs et confus qui accompagnent le délicat ministère de l’exorcisme… pour agir comme un contrepoids aux nombreuses publications qui mettent l’accent sur les aspects sensationnalistes de l’action diabolique».

Le ministère ne découle pas d’une «peur des sorcières», a-t-il dit, mais de Jésus-Christ, qui a donné le pouvoir d’exorcisme aux apôtres et à leurs successeurs. Ainsi, l’autorité d’exorcisme appartient exclusivement aux prêtres assignés par leur évêque. Il y a trop «d’opérateurs voyous» qui ne reconnaissent pas ce fait, a déclaré un rapport à Crux .

C’est la puissance du Christ canalisée à travers l’Église – et «non une formule exorciste puissante ou les« pouvoirs »individuels d’un prêtre» qui déterminent le résultat d’un exorcisme, le groupe tient à souligner.

Le ministère ne consiste pas seulement à réciter des prières mais «au discernement et à l’accompagnement des fidèles tourmentés par le diable», dit l’association.

Comme Crux l’a rapporté, «les directives préviennent que les prêtres et les laïcs non autorisés qui tentent d’exorciser sans autorisation peuvent en fait ouvrir la porte à une influence démoniaque supplémentaire sur les personnes qu’ils essaient d’aider.

Les directives disent que certaines activités, y compris la superstition et la sorcellerie, pourraient devenir l’occasion d’une influence démoniaque sur les gens .

Mais, a noté Bamonte dans l’interview d’Avvenire, il y a «de grands pécheurs qui ne souffrent pas de maux extraordinaires du diable, alors qu’il y a de vrais saints qui ont été victimes d’actes diaboliques extraordinaires».

Ce qui compte vraiment, dit-il, c’est de quel côté une personne veut être.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ALETEIA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *