L’homme de la mer : Le merman caspien

Depuis plusieurs années, les résidents des zones côtières autour du sud et du sud-ouest de la mer Caspienne signalent une créature amphibie ressemblant à un être humain.

En mars 2005, un témoignage oculaire de l’équipage du Bakou, un chalutier azéri, a été publié par le journal iranien Zindagi: «Cette créature nageait en parallèle près du bateau pendant longtemps», a déclaré Gafar Gasanof, un capitaine du navire.

«Au début, nous pensions que c’était un gros poisson, mais ensuite nous avons repéré des poils sur la tête du monstre et ses nageoires semblaient assez étranges… la partie avant de son corps était équipée de bras! dit le capitaine. De retour en Azerbaïdjan, personne n’a pris son histoire au sérieux. Cela semblait ridicule pour ceux qui pensaient que le gars avait dû boire à bord.

Au contraire, peu de temps après la publication de son entretien, les bureaux du journal iranien ont été inondés de nombreuses lettres de lecteurs qui affirmaient que l’histoire était une autre preuve prouvant l’existence du soi-disant «homme de la mer». . »

Les lecteurs ont souligné que de nombreux pêcheurs avaient vu à plusieurs reprises l’étrange créature en mer et sur le rivage après que les volcans des fonds marins de la région de Babolsera aient pris vie en février et que les opérations de production de pétrole en mer se soient intensifiées dans la Caspienne.

Tous les récits de témoins oculaires fournissent une description similaire de l’humanoïde marin. Sa taille est de 165-168 cm, il a une forte corpulence, un ventre cténoïde saillant, ses pieds sont pinnipèdes et il a quatre doigts palmés sur l’une ou l’autre de ses mains.

Sa peau est de couleur clair de lune. Les cheveux sur sa tête sont noirs et verts. Ses bras et ses jambes sont plus courts et plus lourds que ceux d’une personne de taille moyenne. En plus de ses ongles, il a des ongles qui poussent sur le bout de son nez aquilin qui ressemblent à un bec de dauphin.

Aucune information quant à ses oreilles. Ses yeux sont grands et orbiculaires. La bouche de la créature est assez grande, sa mâchoire supérieure est prognathique et sa lèvre inférieure coule doucement dans le cou, son menton est absent.

Les Iraniens ont surnommé la créature Runan-shah ou «le maître de la mer et des rivières». Le nom est en partie basé sur des histoires sur de grands bancs de poissons accompagnant la créature en mer. D’autres histoires font référence aux eaux qui deviendraient cristallines et le resteraient pendant deux ou trois jours après que la créature ait été vue nager dans ces zones.

Les pêcheurs affirment que les poissons qui restent en vie pendant un certain temps dans le filet peuvent sentir la créature sortir de la mer d’un bleu profond. Des poissons ont été signalés produisant des gargouillis à peine entendus lorsque le monstre s’approchait. Il a été dit qu’il répondait à l’appel de la prise en émettant des sons de gorge similaires.

Certains chercheurs pensent qu’il n’y a pas de fumée sans feu et que les histoires qui circulent en Iran peuvent être vraies. En outre, Runan-shah a été vu par des pêcheurs azéris vivant dans les villages situés entre les villes d’Astara et de Lenkoran. Selon une théorie, la créature n’est pas seule; il y a une famille d’humains sous-marins qui ont pour mission… de s’attaquer aux problèmes environnementaux de la Caspienne.

Le Runan-shah de la Caspienne n’est pas la seule espèce d’humains sous-marins enregistrée. Hérodote et Platon croyaient tous deux que les êtres humains d’origine étaient amphibies et auraient pu fonder un état sous-marin.

Un livre d’articles scientifiques rassemblés intitulé «L’univers et l’humanité» qui a été publié à Saint-Pétersbourg en 1905 contient une histoire de «femme marine» capturée dans les Caraïbes. Il contient également des histoires sur les cadavres des humains amphibies échoués aux Açores en 1876. Leurs descriptions correspondent en grande partie à la description rapportée de Runan-shah.

Un être humain amphibie a été signalé en Carélie en 1928. La créature a été vue à plusieurs reprises dans le lac de Vedlozero par les résidents locaux. Un groupe de chercheurs de l’université de Petrozavodsk est arrivé pour enquêter sur le cas sur place. Malheureusement, les découvertes ont été classifiées et les membres du groupe de recherche ont finalement péri dans le Goulag.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.