Le cordonnier de Silésie : Le cas du vampire Slave

Le cordonnier de Silésie était l’un des cas présumés de vampirique qui a commencé à se manifester dans la culture d’Europe centrale et orientale et est daté d’environ 15 91. La plupart de la Silésie est relativement plate, bien que sa frontière sud soit généralement montagneuse, rapporte unmyst3.com .

Il est principalement situé dans un andain longeant les deux rives de la haute et moyenne Oder (Odra), mais il s’étend vers l’est jusqu’à la haute Vistule. La Silésie se trouve maintenant à l’intérieur des frontières de la Pologne actuelle et était habitée par des peuples slaves.

Le cordonnier habitait dans l’une de ses principales villes et, au cours du 15 septembre 91, il s’est suicidé dans le jardin d’un voisin en se tranchant la gorge avec son couteau de cordonnier. Parce que le péché était si grave, sa femme et sa famille l’ont dit à propos de la localité qu’il était mort d’une maladie inconnue.

Tout de même, un certain nombre de personnes très occupées ont dit que la mort du cordonnier était plus que ce qui était apparu et les autorités ont décidé d’enquêter.

Pendant que ces délibérations se poursuivaient, le cordonnier lui-même est apparu, ou du moins une forme, (appelée «spectre» dans certains récits) lui ressemblant. Et cela n’apparaissait pas seulement la nuit mais aussi au milieu de la journée.

Il déambulait dans la ville, visitant les maisons quand il le voulait. Ceux qui dormaient étaient tourmentés par de terribles rêves dans lesquels figurait la figure du cordonnier et ceux qui se réveillaient le faisaient pour trouver ce qui semblait être un poids lourd sur eux, qui était considéré comme le cordonnier, bien que dans un invisible Etat.

Il y avait des plaintes perpétuelles qui résonnaient dans toute la ville. Bien sûr, ces apparitions et expériences ont mis en lumière la mémoire du cordonnier et soulevé d’autres questions sur sa mort, que sa veuve, sa famille et ses amis ont cherché à supprimer.

L’horreur est devenue si grande que les fonctionnaires de la ville ont envisagé de déterrer le cadavre du cordonnier pour l’inspecter. Terrifié à l’idée qu’il soit maintenant divulgué sur la façon dont il a rencontré sa fin, sa veuve et ses fils ont supplié le Conseil de ne pas procéder, ajoutant qu’ils avaient l’intention de demander à la cour de l’empereur de statuer sur la question.

Cependant, l’apparition est devenue plus audacieuse – apparaissant au chevet des gens dès qu’ils se couchaient, ou bien couchés à côté d’eux et cherchant à les étouffer de ses attentions. Il les a également frappés et pincé la peau, faisant couler du sang à certaines occasions.

Le matin, les ecchymoses, les coupures et parfois les marques de doigts sur la gorge étaient évidentes. Les autorités ne pouvaient plus ignorer cette situation et le magistrat a donné des instructions pour que le corps soit exhumé.

À ce moment-là, il était dans le sol depuis environ huit mois – du 22 septembre 15 91 au 18 avril 15 92. Pourtant, lorsqu’il a été exhumé, son corps s’est avéré «non corrompu et pas du tout putride» même si ses vêtements funéraires étaient déjà pourris.

Non seulement cela, mais ses cheveux, ses ongles et ses ongles avaient continué à pousser pendant qu’ils étaient dans la tombe. En examinant le corps, un magistrat local a trouvé ce qui semblait être une marque magique sur le gros orteil de son pied droit en forme de rose. La blessure à la gorge était toujours béante mais n’avait pas été infectée et ses membres et ses articulations étaient aussi souples que le jour où il avait été enterré.

Son corps n’a pas été enterré de nouveau, mais a été gardé à l’air libre du 18 au 24 avril et a été inspecté quotidiennement par les habitants de la ville. Ses pérégrinations nocturnes n’ont cependant pas cessé et beaucoup étaient encore troublées par ses visites nocturnes.

Le cadavre ne semblait pas non plus se décomposer en aucune façon. Consternés, les habitants de la ville l’ont enterré une fois de plus, cette fois sous la potence locale dans l’espoir que cela le retiendrait d’une manière ou d’une autre, mais ce ne fut pas le cas.

Les voisins étaient encore plus dérangés par les visites du Spectrum, qui les pinçaient et tentaient de les écraser, leur laissant des marques bleues et noires sur tout le corps. À la fin, la femme du cordonnier est allée voir un magistrat local et lui a dit de faire tout ce qui était nécessaire pour que l’esprit inquiet de son mari se repose.

Le corps a de nouveau été déterré sous la potence et sa tête et ses jambes ont été frappées avec la lame d’une pelle (il a été noté qu’il était devenu encore plus charnu et semblait avoir pris un peu de poids), son dos a été déchiré ouvert, et son cœur a été arraché.

À l’horreur de ceux qui l’entouraient, le cœur semblait très frais et plein de sang et semblait battre légèrement, semblable au cœur d’un homme vivant. Tout cela, ainsi que le reste du corps, a été placé sur un tas de bois et a été réduit en cendres, qui ont ensuite été placés dans un sac et jetés dans une rivière voisine. Ceci, espéraient les habitants locaux, serait la fin de l’affaire et le fantôme vampirique du cordonnier n’a jamais été revu.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *