Les meurtres de la famille Lawson

La cabane solitaire qui se trouvait autrefois sur Brooke Cove Road dans le comté de Stokes, en Caroline du Nord, est largement appelée l’ancienne maison Lawson. La maison a été la toile de fond d’un meurtre brutal qui a fait 8 morts et la terre hantée par des esprits qui n’ont jamais pu bouger.

Un jour de Noël enneigé en 1929, Charlie Lawson, un cultivateur de tabac très respecté, a inexplicablement tiré et matraqué à mort sa femme et six de ses sept enfants avant de retourner le fusil de chasse sur lui-même dans les bois près de la cabane.

Personne ne saura jamais la raison des actions de Charlie. Certains disent qu’il était fou; rendu fou par une blessure à la tête qu’il a subie en labourant la terre de la ferme. Il y a eu des rumeurs selon lesquelles Charlie avait une relation incestueuse avec sa fille aînée, Marie, et quand elle est tombée enceinte, il ne pouvait pas supporter la honte qui allait lui arriver ainsi qu’à sa famille.

D’autres encore affirment que Charlie Lawson était un monstre, avec un mal caché sous la surface qui n’attend que le moment parfait pour se répandre.

Scène de crime

Après les meurtres, Charlie Lawson et sa famille ont été enterrés dans une fosse commune à proximité de Walnut Cove. En raison des croyances baptistes strictes de l’époque, la fosse commune dans laquelle les corps ont été enterrés est en fait située juste à l’extérieur du sol sacré de l’église.

C’est pour cette raison que beaucoup pensent que les esprits de la famille Lawson ne peuvent pas trouver la paix dans la mort. Parmi d’autres événements étranges sur la tombe, il est rapporté que rien, pas même les feuilles à l’automne, ne peut jamais être placé sur la tombe.

Peu de temps après les meurtres, la cabane a été transformée en une attraction touristique, avec des gens qui conduisaient à des kilomètres à la ronde juste pour apercevoir la maison où l’horreur a eu lieu. De nombreuses personnes ont rapporté des sentiments de terreur, une tristesse suffocante qui les entourait et les engloutissait.

La maison a finalement été fermée au public, mais cela n’a pas dissuadé les spectateurs curieux de se faufiler dans l’ancienne maison, dans l’espoir de trouver des preuves d’activité spirituelle. Et parfois, les gens obtiennent exactement ce qu’ils recherchent.

Plus de quelques personnes ont rapporté avoir vu deux petits enfants jouer dans et autour de la maison Lawson, seulement plus tard pour voir une photo de la famille Lawson et se rendre compte que les enfants qu’ils voyaient étaient en fait les fantômes des enfants assassinés.

Quelque temps après la fermeture de la maison, le plancher de la cabane aurait été remonté et utilisé pour construire un pont à travers le ruisseau qui traversait le terrain et traversait le comté. C’est lorsque la construction du pont fut terminée que les histoires d’événements surnaturels ont commencé à surgir.

Lors de la traversée du pont, un brouillard étrange entourera la voiture et le véhicule s’éteint inexplicablement. Lorsque de la condensation apparaît sur les vitres, de petites empreintes de mains commencent à recouvrir les vitres et le pare-brise.

Lorsque le conducteur met enfin la voiture en marche, une voiture miniature du début des années 1930 la poursuit, la suivant de près, conduisant de manière erratique, à travers les routes sinueuses du comté avant de disparaître dans la nuit aussi rapidement qu’elle le paraissait.

Les petites empreintes de mains ont été attribuées aux fantômes des enfants assassinés de Charlie Lawson pendant des années. Mais qu’en est-il des lumières fantomatiques qui chassent les gens sur les routes du comté? Cela pourrait s’expliquer par des anomalies scientifiques.

Ou cela pourrait simplement être le fantôme de Charlie Lawson, poursuivant les amateurs de sensations fortes toute la nuit, espérant les attraper et les entraîner dans les ténèbres où réside sans aucun doute son esprit fantomatique.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *