Esprits vaudou mystérieux et possession humaine

L’une des religions les plus connues, mais simultanément les moins comprises dans le monde, est celle du vaudou, que l’on peut trouver dans une large bande des Caraïbes et de ses environs, y compris des régions du sud des États-Unis telles que la Nouvelle-Orléans.

Dans la nation insulaire d’Haïti, sa marque spéciale s’appelle Vodou afin de la différencier des autres types, et ses traditions et son histoire sont profondes. Peut-être qu’aucune autre religion ou système de croyance n’a attiré autant d’attention et de malentendus, et le vaudou reste imprégné d’images effrayantes et de terreur, bien que ce ne soit pas toujours justifié. Parmi les nombreuses croyances du vaudou, il y a celles des esprits puissants qui errent parmi nous, et qui parfois sautent dans les êtres humains pour les prendre en charge.

Bien qu’il ait des racines qui remontent à il y a longtemps, peut-être jusqu’à 6000 ans en Afrique, le vaudou dans la nation haïtienne telle qu’elle existe aujourd’hui trouve son origine dans l’histoire de la traite des esclaves de la région. Les esclaves ont été amenés de la côte occidentale de l’Afrique en Haïti par les colonialistes espagnols et français d’origine, et la plupart de ces esclaves provenaient d’un méli-mélo de différentes ethnies et cultures, formant un mélange de croyances, de traditions et de religions. Ces diverses traditions se sont progressivement mélangées aux ravisseurs et missionnaires catholiques romains à prédominance chrétienne tout au long du XVIe au XIXe siècle pour créer un hybride de croyances africaines et de celles des colonialistes chrétiens, avec certains éléments chrétiens tels qu’un créateur tout-puissant et des saints fusionnant avec des croyances plus polythéistes. et les idées païennes telles que les dieux, les fantômes et les esprits.

En termes simples, les adeptes du vaudou croient qu’il existe un créateur suprême de l’univers, appelé Bondyé , venant du français Bon Dieu , signifiant «bon Dieu», mais que cet être est distant, distant et séparé de la terre et du fonctionnement de l’humanité, plutôt après avoir transféré une partie de son pouvoir dans des divinités liées à la terre appelées lwa , parfois également orthographié comme «loa», qui se traduit approximativement par «seigneur», «dieu» ou «esprit», et sont aussi parfois appelés les mystères , les anges , les saints et les invisibles . Ces lwa sont divisés en différentes nations, ou nanchon, et sont censés être les serviteurs et les esclaves du grand créateur invisible, et des intermédiaires entre le lointain Bondyé et la Terre, chacun de ce panthéon ayant un devoir et un but spécifiques en fonction de sa nation. Ce sont ces entités que les pratiquants du vaudou vénèrent et servent, souvent par l’intermédiaire de prêtres appelés houngan ou prêtresses connues sous le nom de manbo,  ainsi que de chamans appelés bokor ou sorcières appelées caplata , et en effet toute la notion de «magie vaudou» tourne autour du culte de et la dévotion à ces entités, ainsi que la canalisation de leurs énergies.

Ces mystérieux lwa couvrent un large éventail d’apparences, d’habitudes, de personnalités, de tempéraments et de pouvoirs. Certains sont justes et licites, tandis que d’autres sont plus moralement ambigus, malveillants ou même carrément vicieux et vils. Certains sont fidèles à leurs fidèles humains, tandis que d’autres sont plus capricieux, mesquins et difficiles à plaire. En vénérant ces lwa à travers des rituels et des offrandes, on pense que ces esprits offriront à leurs fidèles aide, guérison, protection, conseil, orientation ou autres avantages uniques à l’esprit particulier, mais les mettre en colère ou les offenser amènera au contraire la maladie, le malheur. , la folie ou même la mort. Cela peut être un domaine assez délicat à naviguer, car il y a tellement de lwa différents, des centaines en fait, chacun avec ses propres goûts, désirs, particularités et exigences, et chacun nécessitant des offrandes et des rituels différents pour l’apaiser, avec de telles offrandes allant d’un simple morceau de fruit au sacrifice de sang et d’animaux. Bien que certains éléments des rituels et des offrandes pour honorer le lwa diffèrent selon la divinité spécifique, un phénomène qui est commun partout est l’idée de lwa donnant des messages à travers diverses formes de divination, y compris les rêves et la possession humaine, dans laquelle l’esprit envahira un humain. corps à peu près de la même manière qu’une possession démoniaque dans le christianisme.

Les rituels dans lesquels ces possessions ont lieu commenceront un peu comme beaucoup d’autres rituels vaudous. Les fidèles se rassemblent avec un houngan, un mambo, un bokor ou une caplata et s’engagent dans des danses et des chants élaborés, souvent au point d’entrer en transe, suivis d’un festin et des offrandes faites au lwa. Selon le lwa qu’ils servent, le rythme et les mouvements de la danse, les chansons, le tempo, la nourriture consommée, les offrandes et même les styles et couleurs spécifiques des vêtements qu’ils portent seront différents. Au cours de ces rituels, l’un des assistants peut être choisi par le lwa pour être son c hwal , essentiellement un «cheval» que l’esprit «monte». La personne est alors fondamentalement possédée, les résultats variant selon le type et la puissance spécifiques du lwa.

Certains lwa montent leur humain doucement et tranquillement, le changement se produisant sans agitation, tandis que d’autres causeront quelque chose de plus proche d’une possession démoniaque, avec des tremblements, des convulsions et de la violence. Dans les deux cas, la personne possédée commencera à bouger, à agir et à parler différemment, prenant la personnalité, les manières, les schémas et les cadences de parole du lwa. Lorsque le lwa est reconnu, une offrande sera faite au possédé et des symboles seront donnés appropriés pour ce lwa spécifique. Les passionnés proposeront même le style spécifique de vêtements ou d’accessoires que lwa préfère, ainsi que la nourriture et les boissons qu’il aime. En plus de parler, d’agir et même de ressembler physiquement au lwa qui le possède, le possédé peut afficher un large éventail de capacités anormales. Celles-ci peuvent inclure la clairvoyance, parler des langues que le possédé ne connaît pas, force surhumaine, vitesse ou autres capacités physiques exceptionnelles au-delà de ce dont le possédé serait normalement capable, lecture de l’esprit et autres, selon le lwa. Avec des lwa plus malveillants, il peut également y avoir des effets négatifs, tels que la folie, la maladie, une envie irrésistible pour les possédés de se faire du mal, comme se couper, sauter de hauts lieux ou frotter des piments chauds dans leurs yeux. Ils peuvent également présenter un comportement inapproprié auquel le possédé ne s’engagerait jamais, comme boire, fumer, promiscuité ou divers autres comportements sinistres. une envie irrésistible pour les possédés de se faire du mal, comme se couper, sauter de hauts lieux ou frotter des piments chauds dans leurs yeux. Ils peuvent également présenter un comportement inapproprié auquel le possédé ne s’engagerait jamais, comme boire, fumer, promiscuité ou divers autres comportements sinistres. une envie irrésistible pour les possédés de se faire du mal, comme se couper, sauter de hauts lieux ou frotter des piments chauds dans leurs yeux. Ils peuvent également présenter un comportement inapproprié auquel le possédé ne s’engagerait jamais, comme boire, fumer, promiscuité ou divers autres comportements sinistres.

Bien qu’il y ait évidemment des comparaisons qui peuvent être faites avec la possession démoniaque, il y a quelques différences notables avec la possession lwa. La première est que quel que soit le tempérament ou la forme de la manifestation, le lwa offrira généralement des avantages aux dévots, comme dire l’avenir, donner des conseils, des prophéties, offrir une protection, fournir de bonnes récoltes, guérir les gens, accorder de la chance, attaquer un ennemi, ou conférant autrement un avantage mystique qui est généralement bénéfique pour les personnes présentes. Une autre différence est qu’être possédé par un lwa n’est pas considéré comme une chose effrayante ou à éviter. Ces possessions ne sont pas sur des personnes réticentes, et être possédé par un lwa est considéré comme un honneur et souhaitable. Une autre différence est que, même si une possession lwa peut durer de quelques heures à plusieurs jours,

Quoi que vous pensiez de tout cela, le peuple haïtien pense que tout est bien réel. En Vodou, ce sont des caractéristiques du paysage et de l’univers qui sont tout aussi réelles que vous ou moi. Peu importe ce que tout cela signifie, tout cela ajoute certainement une autre couche à cette religion mal comprise et souvent déformée, et un regard fascinant sur les points de vue d’une autre culture sur les esprits et la magie. Le vaudou est-il réel, dans l’esprit des croyants, ou autre chose? Le mystère demeure et ces fidèles continuent de tenir leurs rituels.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : MYSTERIOUSUNIVERSE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *