La nuit de la vengeance : L’histoire de la dame tuée par un fantôme

L’histoire d’aujourd’hui nous parle d’une femme au bon cœur qui a été lésée par la personne chargée de ses soins et de sa vengeance d’outre-tombe. Il s’agit en effet d’un récit de l’une des hantises les plus justifiées par un fantôme dans l’histoire légendaire de la Caroline du Nord.

Cela commence bien avant la guerre civile lorsque l’esclavage était la norme. Un propriétaire de plantation dans le comté de Pender s’était rendu compte que l’un de ses esclaves était devenu trop vieux pour ses fonctions.

«Old Jo», comme elle était connue, avait été bonne pour la famille, aidant à élever les enfants et à prendre soin de la maison aussi longtemps que le maître se souvenait. Il se sentait obligé de prendre soin d’elle comme elle avait pris soin de lui.

Il fit donc construire une cabane pour elle dans la section des esclaves et une esclave nommée «Sissy» fut enlevée des champs et chargée d’aider Old Jo avec tout ce dont elle avait besoin.

La vieille Jo appréciait ce que le maître faisait pour elle, mais elle ne tarda pas à découvrir que Sissy n’était pas vraiment une travailleuse acharnée. en fait, cette fille a fait le strict minimum pour s’en sortir. Au lieu d’aider Jo, elle sentit que la vieille femme était un fardeau pour elle.

Elle ne recevait de l’eau que lorsqu’elle avait soif et Old Jo n’était nourri qu’après que Sissy avait mangé tout ce qu’elle voulait. La vieille femme passait des jours dans le lit à développer des escarres parce que Sissy était trop paresseuse pour la déplacer vers une chaise où elle pouvait voir le soleil.

Le vieux Jo essaya d’en informer le maître, mais la famille était partie en voyage, laissant le surveillant en charge. Les tentatives du vieux Jo pour lui faire part de ses efforts ont également échoué.

Des amis s’arrêtaient souvent à la cabane et parlaient avec Old Jo qui n’hésitait pas à parler de ses sentiments pour Sissy à ses invités. « Si j’étais plus jeune, je lui giflerais la vie. » Elle en parlait à ses amis encore et encore.

Un jour, Sissy attendait au bord du champ quand le surveillant est monté sur son cheval. Le vieux Jo était mort pendant la nuit. En pleurant, la jeune fille a demandé à être celle qui disposait Old Jo pour les funérailles.

Le surveillant a accepté, pensant que c’était un signe de respect pour les morts. Ce qu’il ne savait pas, c’était que Sissy ne voulait pas que quiconque sache le niveau de négligence que Jo avait subi.

Après les funérailles, le surveillant a dit à Sissy de retourner dans les champs, mais la fille a refusé et s’est enfermée dans la cabine d’Old Jo en disant qu’elle retournerait aux champs lorsque son maître lui-même l’aurait ordonné.

Le lendemain matin, le surveillant était furieux de trouver Sissy pas avec les autres ouvriers. Frappant à la porte de la cabane, il demanda à la fille de retourner dans les champs. Quand il n’a eu aucune réponse, il a enfoncé la porte.

Le spectacle qui le rencontrait était horrible. La fille était allongée près de la porte, morte. Il y avait un air de terreur sur son visage et ses doigts saignaient de l’endroit où elle se grattait la porte pour sortir.

Son visage était meurtri et ses deux yeux étaient presque enflés. Le surveillant ne pouvait pas comprendre comment cela s’était passé. Il n’y avait personne d’autre dans la cabine et aucun signe d’entrée forcée.

Le surveillant était perplexe. Les autres esclaves savaient exactement ce qui s’était passé. La vieille Jo était revenue pour tenir sa promesse de «gifler la vie de cette fille».

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *