Des crânes allongés trouvés dans une région complètement nouvelle du Pérou

Cinq ensembles de restes de squelettes humains ont été découverts par des enquêteurs au Pérou et, étonnamment, deux des cinq ont des crânes allongés. La découverte a été faite dans une zone où ce type de crâne n’a jamais été trouvé auparavant. Pour ajouter à l’histoire, les connaissances locales parlent d’une race de «Gentils» (prononcé «jenteelez»), qui étaient plus grands que les peuples autochtones vivant dans la région.

L’histoire des crânes allongés au Pérou

Tout au long de l’histoire, de nombreuses cultures ont déformé artificiellement les crânes des bébés afin d’obtenir une forme aplatie ou allongée, souvent associée aux classes dirigeantes ou d’élite . Des exemples de cette déformation crânienne artificielle (ACD) ont été découverts en Australie, au Moyen-Orient, en Europe, en Russie et dans les Amériques depuis les temps anciens, ainsi que dans les tribus océaniques et africaines des temps modernes. Lorsqu’ils sont examinés, la plupart de ces crânes présentent des caractéristiques communes aux crânes modernes, telles que 3 plaques crâniennes et des sutures, ainsi qu’une taille de cerveau d’environ 1200 à 1400 cc.

Mais en 1928, Julio Tello , un archéologue péruvien, a rencontré d’extraordinaires crânes allongés et surdimensionnés dans un cimetière de Paracas, au Pérou. Ces crânes avaient une capacité crânienne qui dépassait de loin la norme pour les humains modernes.

Ces exemples étaient déconcertants en raison de leur taille et de leur structure peu orthodoxe , et le restent encore aujourd’hui. En fait, les tests ADN effectués en 2014 ont peut-être encore plus brouillé les choses, lorsqu’un généticien a signalé qu’ils avaient un ADN mitochondrial «avec des mutations inconnues chez un humain, un primate ou un animal connu à ce jour». Et des tests ultérieurs dans des laboratoires au Canada et aux États-Unis ont affirmé qu’ils appartenaient à «l’haplogroupe (groupe de population génétique) de H2A, qui se trouve le plus fréquemment en Europe de l’Est, et à une faible fréquence en Europe de l’Ouest».

Donc, en ce qui concerne les crânes allongés au Pérou, il y a clairement beaucoup plus de travail à faire pour parvenir à des conclusions sur comment ou ce qui a causé les formes déformées et les capacités anormales.

La découverte récente concerne des exemples de crânes qui semblent avoir une capacité à peu près normale mais qui sont déformés. Ce qui est le plus excitant dans cette découverte, cependant, c’est le lieu de la découverte.

Emplacements des crânes allongés au Pérou

Paracas est une péninsule désertique située dans la province de Pisco sur la côte sud du Pérou, et les crânes y sont connus pour être âgés de 2800 à 800 ans. Un exemple trouvé en 2015 était le crâne d’un bébé momifié avec un crâne élargi . Cette découverte suggère un crâne génétiquement allongé puisque le processus de l’ACD prend au moins 6 mois pour produire l’effet souhaité.

D’autres crânes allongés ont été localisés à Nazca, à 178 km au sud et datés de 200 à 100 av.J.-C., à Tumbes à 1500 km au nord de Paracas et dans la vallée de Colca au sud-est du pays ( du peuple Collagua et daté de 1100 à 1450 après JC ).

Crâne déformé de Proto Nazca, vers 200–100 av.  (CC BY-SA 4.0)

Crâne déformé de Proto Nazca, vers 200–100 av. ( CC BY-SA 4.0 )

Les crânes allongés découverts par Philip JS Jones et ses amis indigènes ne sont pas aussi volumineux que les exemples de Paracas, et il n’est pas actuellement établi si leur forme non conventionnelle est le résultat de l’ACD ou d’un facteur génétique. Cependant, l’importance de la découverte est qu’ils ont été trouvés dans une région entièrement nouvelle, sans autre crâne étendu trouvé à proximité auparavant. Ceci, avec le folklore local, exigeait une enquête plus approfondie.

Angle latéral et avant des crânes.  (Image: © Philip JS Jones)

Angle latéral et avant des crânes. (Image: © Philip JS Jones)

Vaut bien un appel

Quand j’ai été approché pour la première fois par Philip JS Jones, j’ai administré ma mesure habituelle de scepticisme. J’étais intrigué, mais dans ma position de travail avec un site Web performant, j’ai la chance de recevoir chaque mois un tas d’e-mails de type «découverte». Ils couvrent un large éventail de possibilités et divers niveaux d’excitation. Cela fait partie du frisson du rôle. Chaque jour, on apprend quelque chose de nouveau, et chaque jour on «découvre» quelque chose auparavant inconnu (même si cela ne m’était auparavant inconnu).

Cependant, le type d’e-mail suivant ne tombe pas dans sa boîte de réception tous les jours:

«À la fin de 2018, j’ai trouvé des squelettes avec des crânes qui ont prolongé la crane, dans une tombe jusqu’alors inconnue des Andes péruviennes à environ 3400 m d’altitude. On dit qu’ils viennent d’une civilisation perdue depuis longtemps, appelée localement les «Gentils». Il s’agit d’une découverte importante car ces types de crânes étaient inconnus dans la région.

Quand quelqu’un écrit pour dire qu’il a trouvé des crânes allongés et que le pneu – «J’ai des photos», l’adrénaline commence à monter.

L'un des deux crânes allongés découverts dans les montagnes de la région de Cuzco au Pérou, au nord d'Abancay.  (Image: © Philip JS Jones)

L’un des deux crânes allongés découverts dans les montagnes de la région de Cuzco au Pérou, au nord d’Abancay. (Image: © Philip JS Jones)

Comment «  traverser  » des crânes allongés au Pérou

Philip JS Jones est quelqu’un qui pourrait être décrit comme un explorateur, ou peut-être ces jours-ci comme une personnalité «chercheuse», bien qu’il se réfère probablement à lui-même comme «juste un type normal». Mais ses exploits s’éloignent de la norme. Les «  mecs normaux  » ne finissent pas haut dans les Andes péruviennes en défendant galamment une communauté locale contre les sociétés minières en place – et en gagnant. Les mecs normaux ne sont pas simplement au bon endroit au bon moment avec le courage, le courage et les qualifications nécessaires pour sauver la patrie d’une communauté. Des «  mecs normaux  » font une randonnée au Machu Picchu et prennent un selfie.

Désormais, les crânes allongés ne sont pas une nouvelle découverte et, bien qu’ils soient rares, il en existe encore des centaines dans divers musées à travers le monde. Mais en trouver un (ou plusieurs) n’est tout simplement pas le genre de chose qui se produit chaque année ou même chaque décennie, et pour tout archéologue, ou même toute personne curieuse de plonger dans les origines anciennes de l’humanité, ce sera probablement «  une fois dans sa vie  ». des trucs. Mangez votre cœur Brien Foerster !

Deux des crânes présentent des signes distincts d'élongation.  (Image: © Philip JS Jones)

Deux des crânes présentent des signes distincts d’ élongation. (Image: © Philip JS Jones)

Alors, comment est née cette découverte extraordinaire?

En 2008, Philip s’est rendu pour la première fois en Amérique du Sud et, comme beaucoup d’entre nous, il est tombé amoureux du continent et de ses habitants inhabituels et intrigants. Et parce qu’il «pouvait construire des choses», il s’est retrouvé hors des sentiers battus, en construisant un dortoir dans un village des montagnes, un endroit où il reviendrait presque chaque année au cours de la prochaine décennie.

En 2018, il rendait régulièrement visite à ses amis de longue date lorsqu’un de ces amis a réitéré un conte folklorique local, connu sous le nom de « Los Tres Foresteros: The Lost Legend of the Chancas », que Philip a depuis mis à papier. Cette histoire parle d’une race perdue de personnes connues sous le nom de «Gentils» – une race différente qui vivait autrefois dans la région et «était dite plus grande que la tribu Chanca» et prospérant dans la région dans les années précédant 1530 après JC. La légende raconte que les païens ont été bannis pour vivre sous terre par une tempête de feu envoyée sur eux par les dieux comme punition pour leur cupidité.

Bien qu’intéressant, ce qui a suscité la découverte d’intérêt ici, c’est la visualisation d’un documentaire quelques jours plus tard sur les crânes de Paracas. En parlant d’eux avec ses amis, Philip a appris qu’il y en avait des exemples dans les grottes des montagnes environnantes, et que certains avaient des mandibules étendues pour démarrer! (Probablement plus long que les Habsbourg ).

Certains crânes comportent des dents, mais aucune mandibule n'a été retrouvée.  (Image: © Philip JS Jones)

Certains crânes comportent des dents, mais aucune mandibule n’a été retrouvée. (Image: © Philip JS Jones)

À la recherche des crânes étendus

Une fois que Philip eut entendu dire qu’il y avait de longs crânes dans ces collines, j’imagine qu’il était difficile de les sortir de son propre crâne, qui, d’ailleurs, semble avoir une forme assez ordinaire.

Et il en fut ainsi, le petit groupe de Philip, Vilma (son ami) et de deux rusés de 15 ans appelés Tania et Wilder, partit du minuscule pueblo près de l’endroit où les crânes ont été trouvés. Après une randonnée perfide (comme il est dramatiquement décrit par Philip dans son livre, «  The Three Foresteros: The Lost Legend of the Chancas  » ), ils ont trouvé ce qui est décrit comme une «  grotte travaillée  », ayant quelques modifications humaines pour la transformer en un peu un tombeau (commun dans les tombes des grottes de montagne trouvées dans les Andes). Ici, ils ont fait une découverte, mais pas exactement ce qu’ils cherchaient. Oui, il y avait des restes humains, mais il n’y avait pas de crânes attachés.

La déception est un sentiment souvent associé à l’exploration, à la recherche et à l’archéologie, mais l’antidote à cela peut être la persévérance, et ce n’est que deux semaines plus tard que Philip a appris que Wilder était parti à sa propre quête de crânes et, dans un endroit stupéfiant. chance (ou peut-être la récompense de la persévérance), avait réussi.

Wilder, 15 ans, démontrant admirablement l’apport inestimable des connaissances locales dans ce type d’enquête, avait croisé les crânes qui font l’objet de ce rapport. Ils ont été trouvés dans une tombe complètement différente, quelque part dans les montagnes à proximité. Il est fort probable que ce tombeau était auparavant connu de la communauté locale à travers les âges, mais avait été oublié depuis longtemps.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANCIENTORIGINS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *