Hel and Back: le royaume de la déesse nordique des enfers (vidéo et images)

De loin, les enfants les plus connus de Loki sont ceux qu’il a eu avec la géante Angurboda. Ceux-ci incluent le loup Fenrir, le serpent Midgard Jormugandr et la déesse Hel.

Les légendes disent que les enfants sont nés dans une grotte sombre à Jotunheim et que les dieux les ont vus comme des symboles de douleur, de péché et de mort. Les Ases craignaient tellement le potentiel des trois enfants de Loki qu’ils lièrent Fenrir, jetèrent Jormugandr dans la grande mer et bannirent Hel aux enfers. Une fois sur place, Hel dirigea le royaume et Odin lui-même lui accorda le pouvoir sur les neuf mondes.

"Les enfants de Loki" (1920) de Willy Pogany.

« Les enfants de Loki » (1920) de Willy Pogany. ( Domaine public )

La route de Hel

On pensait également que la déesse Hel avait le pouvoir sur tous les morts, à l’exception des élus tués qui ont été emmenés à Valhalla . Semblable dans une certaine mesure à Svartalfheim, le royaume de Hel avait également des habitations souterraines et il pouvait être atteint après avoir parcouru une route froide et accidentée à travers les régions sombres de l’extrême nord.

La légende dit que même Hemrod a dû chevaucher Sleipnir pendant neuf longues nuits pour arriver à l’entrée du royaume situé au-delà de la rivière Gjoll. Provenant de la source Hvergelmir à Niflheim, la rivière Gjoll a coulé à travers Ginnunga Gap puis dans les autres mondes.

Hel, la déesse nordique des enfers. ( Archiviste / Adobe Stock)

A Hel (Helheim), la rivière coule près de la porte des enfers, agissant comme une frontière. Gjoll représente également le nom du rocher auquel Fenrir est lié. Quant à la rivière elle-même, on dit qu’elle est glaciale et qu’elle est traversée par des couteaux.

Le seul moyen de traverser la rivière est le pont Gjallarbru, un pont de cristal voûté d’or, qui est suspendu à un seul cheveu. Le pont aurait un gardien permanent, le squelette féminin Modgud. Pour que les esprits passent, ils doivent chacun lui payer un péage de sang. Dans « Valhalla », JC Jones décrit le pont comme suit:

Le pont de verre suspendu à un cheveu
jeté sur la rivière terrible, –
Le Gioll, limite de Hel.
Maintenant, ici la jeune fille Modgud se tenait,
Attendant de prendre le prix du sang, –
Une jeune fille horrible à voir, sans
chair, avec un linceul et un lit blême.

Pour traverser le pont, les esprits ont utilisé les chariots et les chevaux qui avaient été brûlés à côté d’eux sur le bûcher funéraire. De plus, les corps des morts étaient toujours équipés de chaussures Hel, une solide paire de chaussures spécialement conçues pour protéger leurs pieds tout au long du voyage sur la route accidentée menant à Hel.

Après avoir traversé le pont de Gjallar, les esprits atteignirent Ironwood, une forêt aux feuilles de fer. De là, ils ont dû continuer jusqu’à ce qu’ils atteignent la porte de Hel. La porte était gardée par le féroce chien Garm. Garm habitait dans la grotte sombre de Gnipa et le seul moyen de l’apaiser était de lui offrir un Hel-cake. Selon la légende, ces gâteaux n’ont jamais manqué à ceux qui avaient donné du pain aux nécessiteux de leur vivant.

"Hemrod avant Hel" (1909) par John Charles Dollman.

« Hemrod avant Hel » (1909) par John Charles Dollman. ( Domaine public )

À quoi ressemble Hel?

Après être entré par la porte principale dans le froid et l’obscurité, divers sons pouvaient être entendus. C’étaient les bruits de Hvergelmir, des ruisseaux de Hel et du roulement des glaciers dans l’Elivagar. Les ruisseaux de ce royaume comprenaient Leipter, où des serments solennels étaient jurés, et Slid, la rivière avec des épées dans ses eaux.

La grande salle de la déesse Hel portait le nom d’Elvidner signifiant «misère». On disait que son plat était la faim, son couteau était la cupidité, son homme était l’oisiveté, sa femme de chambre était la paresse, son lit était le chagrin, son seuil était la ruine et ses rideaux étaient la Conflagration. JC Jones décrit la salle de Hel comme suit:

Elvidner était la salle d’Hela.
Barré de fer, avec mur massif;
Horrible ce palais haut!
La faim était sa table nue;
Déchets, son couteau; son lit, des soins pointus;
Burning Anguish étendit son festin;
Des os blanchis recouvraient chaque invité;
La peste et la famine ont chanté leurs runes,
mêlées aux airs durs de Despair.
Misère et agonie
E’er dans la demeure de Hel sera!

Hel avait différentes demeures pour différentes personnes qui entraient dans le royaume. Ceux qui sont allés à Hel après la mort comprenaient des criminels, des parjuriers, ceux qui ont eu la malchance de mourir avant d’avoir la chance de verser le sang, ceux qui sont morts de vieillesse et ceux qui sont morts de maladie. La mort de vieillesse ou de maladie était autrefois appelée «mort de paille» car les lits de l’époque étaient en paille.

Hel (Carl Ehrenberg, 1882) et le chien Garm.

Hel (Carl Ehrenberg, 1882) et le chien Garm. ( Domaine public )

La vie après la mort dans le royaume de Hel et Nastrond

Les innocents et ceux qui avaient vécu une vie bonne et compatissante ont été traités avec bonté à Helheim. On peut dire qu’ils ont même apprécié une sorte de félicité négative. Cependant, les hommes et les femmes nordiques préféraient vivre et mourir en tant que guerriers et rejoindre l’élu d’Odin tué à Valhalla. Quant aux morts impurs, comme les adultères, les meurtriers et les briseurs de serment, leurs esprits ont été bannis à Nastrond.

Cet endroit avait une grotte de serpents et des ruisseaux de venin glacés. De cet endroit, la source Hvergelmir les a entraînés dans Niflheim, où le dragon Nidhoggr rongeait constamment la racine du grand arbre du monde, Yggdrasil. Le dragon serait alors censé interrompre sa tâche afin de mâcher les corps des malheureux impurs morts. La traduction de Thorpe de « Saemund’s Edda » décrit Nastrond comme suit:

Une salle debout
Loin du soleil à
Nastrond;
Ses portes sont tournées vers le nord,
des gouttes de venin tombent
par ses ouvertures;
Enlacée est cette salle
aux dos de serpents.
Elle y voyait patauger
Les flots lents Des
hommes sanguinaires
Et des parjuriers,
Et celui que l’oreille séduit
De la femme d’autrui.
Là, Nidhog suce
les cadavres des morts.

Récolte et retour des morts

On croyait que la plupart des morts se rendaient à Hel, mais on disait que parfois la déesse Hel elle-même aimait aller récolter les morts en montant sur son cheval blanc à trois pattes. De même, dans d’autres mythes européens, on dit que le Grim Reaper voyage d’un endroit à un autre sur un cheval blanc. Même dans la mythologie chrétienne, la mort monte un cheval pâle comme l’un des quatre cavaliers de l’Apocalypse .

Pendant les périodes de famine ou de peste, lorsque les habitants d’un certain endroit sont morts en grand nombre, mais que certains ont survécu, les légendes disent que Hel utilisait un râteau pour récolter les morts, tandis que dans les cas où des villages entiers étaient dépeuplés, la déesse des enfers les aurait récoltés. à l’aide d’un balai.

"Heimdallr désire le retour d'Iðunn des Enfers" (1881) de Carl Emil Doepler.

« Heimdallr désire le retour d’Iðunn des Enfers » (1881) de Carl Emil Doepler. ( Domaine public )

Les Scandinaves croyaient également au retour des morts sous forme de fantômes pour diverses raisons. Dans la majorité de ces cas, on pensait que le défunt avait l’habitude de revenir pour transmettre certains messages.

En outre, il y avait une croyance commune sur le fait que la joie ou le chagrin des vivants pouvaient influencer les morts. La « Ballade danoise de Aager and Else » donne un exemple avec un amant mort revenant comme un fantôme pour demander à sa bien-aimée d’arrêter de pleurer. Dans la traduction de Longfellow, le passage va comme ceci:

Écoutez maintenant, mon bon monsieur Aager!
Très cher marié, tout ce que je désire,
c’est de savoir comment cela se passe avec toi
Dans cet endroit solitaire, la tombe.

Chaque fois que tu te
réjouis et que tu es heureux dans ton esprit,
les recoins de ma tombe solitaire sont-ils
tous avec des feuilles de roses tapissées.

Chaque fois que, mon amour, tu as de la peine,
Et tu as répandu le flot saumâtre,
Les recoins de ma tombe solitaire sont-ils remplis de
sang noir et répugnant?

Ainsi, le royaume de Hel et ses habitants ont continué à influencer le monde des vivants. La déesse et sa maison ont longtemps vécu dans les légendes nordiques .

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANCIENTORIGINS

Image du haut: Hel est la déesse nordique des enfers. Source: selenit / Adobe Stock

Par Valda Roric

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *