Sucuriju Gigante : La légende de l’anaconda géant

Le dictionnaire Webster déclare qu’un anaconda est un serpent tropical qui atteint environ 9 mètres de long et écrase ses victimes. C’est le point de vue scientifique accepté, sauf pour la partie écrasante; les anacondas étouffent leurs proies.

Cependant, les indigènes racontent des histoires sur une créature appelée Sucuriju, un monstre géant ressemblant à un serpent mais beaucoup plus grand. Ce sont les contes qui forment l’énigme de Sucuriju Gigante, l’anaconda géant d’Amérique du Sud.

Lorsque le Pape a cédé une partie de l’Amérique du Sud à l’Espagne et l’autre au Portugal dans le traité de Tordesilla, les Espagnols ont exploré ce grand continent de forêts tropicales. Ils sont revenus avec des histoires d’énormes serpents qu’ils appelaient matora, ou «mangeur de taureaux».

Certains rapports les détaillaient atteignant plus de 80 pieds de longueur. Le colonel Percy Fawcett, qui a été envoyé pour cartographier certaines parties de l’Amazonie, a affirmé avoir ensaché un anaconda de 62 pieds de long. En tant qu’officier des Royal Engineers, il devait noter ses informations méticuleusement. Comme il l’a déclaré dans son journal:

«J’ai bondi vers mon fusil alors que la créature commençait à remonter la rive et lui fracassait une balle de .44 dans sa colonne vertébrale. Aussitôt, il y eut une rafale de mousse et plusieurs coups lourds contre la quille des bateaux, nous secouant comme si nous avions couru sur un accroc.

«Nous avons débarqué et avons approché la créature avec prudence. Dans la mesure où il était possible de mesurer, une longueur de 45 pieds était hors de l’eau et 17 pieds dans l’eau, soit une longueur totale de 62 pieds. Son corps n’était pas épais, pas plus de 12 pouces de diamètre, mais il était probablement resté longtemps sans nourriture.

En 1925, le père Victor Heinz a vu l’un de ces serpents, probablement l’anaconda, alors qu’il se trouvait sur le Rio Negro de l’Amazone. Il a dit que la partie visible mesurait au moins 80 pieds de long et que le corps était aussi épais qu’un baril de pétrole. Il jetait un sillage aussi grand qu’une rivière.

Prise en 1959 par un colonel Rémy Van Lierde, lors d’une patrouille au-dessus du Congo. Le serpent qu’il a vu mesurait environ 50 pieds de long, brun foncé / vert avec un ventre blanc. Il avait des mâchoires en forme de triangle et une tête d’environ 3 pi x 2 pi. Les experts ont analysé les images et les ont vérifiées comme authentiques.

Bernard Huevelmans, le père de la cryptozoologie, enregistre la rencontre d’un anaconda avec un groupe de Français et de Brésiliens.

«Nous avons vu le serpent endormi dans une grande parcelle d’herbe. Nous avons immédiatement ouvert le feu dessus. Il a essayé de se débrouiller tout en convulsions mais nous l’avons rattrapé et terminé.

«Ce n’est qu’alors que nous avons réalisé à quel point c’était énorme, quand nous avons marché sur toute la longueur de son corps, il semblait que cela ne finirait jamais. Ce qui m’a frappé, c’est sa tête énorme, un triangle immense.

«Nous n’avions pas d’instruments pour mesurer la bête, mais nous avons pris une corde de longueur de bras et l’avons mesurée à environ un mètre en la plaçant sur l’épaule d’un homme et en l’étendant jusqu’au bout de ses doigts. Nous avons mesuré le serpent plusieurs fois et à chaque fois nous avons obtenu une longueur de 25 cordes. La créature mesurait bien plus de 23 mètres (75 pieds) de long.

Les scientifiques ne considèrent jamais les récits de témoins oculaires comme des preuves, il faudrait un bon documentaire ou un corps pour enquêter, mais un corps peut être impossible de sortir de la jungle.

Premièrement, il est difficile de voyager à travers la forêt amazonienne, sans parler d’un corps de 80 pieds de long et de plusieurs tonnes. Les preuves photographiques peuvent être les seules possibles. Jusqu’à la fin des années 40, il n’y avait aucune preuve photographique du Sucuriju, mais cela s’est arrêté en 1948.

Le Diario, le journal de Pernambuco au Brésil, du 24 janvier 1948 a publié une photo avec un titre «Anaconda pesant 5 tonnes». La photo montre une partie d’un anaconda géant qui a été capturé par une bande de métis indiens.

Il était engagé dans une sieste près d’une rivière avec un taureau à moitié avalé. Les Indiens ont attaché une corde à son cou et ont attaché l’autre extrémité à un arbre. L’anaconda mesurait 131 pieds de long. Quatre mois plus tard, le journal de Rio appelé A Noite Illustrada tenait une photo d’un anaconda abattu par la milice. Sa longueur a totalisé 115 pieds.

Les herpétologues n’acceptent ni les photographies comme une bonne preuve de l’anaconda plus grand que la normale, qu’ils acceptent d’une longueur de 35 pieds. Malheureusement, la première photographie n’offre presque rien pour l’échelle, sauf une cabane en arrière-plan, elle est donc facilement considérée comme «un anaconda de taille normale n’ingérant rien de plus qu’un capybara originaire de la région». Ensuite, des preuves beaucoup plus limpides ont été produites en 1959.

Le colonel René van Lierde pilotait son hélicoptère au-dessus de la province du Katanga au Congo belge. Soudain, un serpent gigantesque s’est dressé comme pour attaquer son hélicoptère. Il s’est levé et a pris plusieurs photos du serpent et a continué son voyage.

Son estimation de la taille du serpent était d’environ 40 à 50 pieds, et c’est la même estimation faite par les zoologues qui ont examiné plus tard la photo. Même encore, le plus grand serpent scientifiquement mesuré était un python réticulé de 32 pieds de long tué en Indonésie en tant que serpent le plus long du monde. Jusqu’à ce qu’une de ces magnifiques créatures soit amenée, morte ou vivante, le Sucuriju sera toujours connu comme un cryptid.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *