Kagome Kagome: Expériences de guerre et légendes urbaines

Le règne nazi était célèbre pour ses scientifiques détournés et ses chercheurs occultes. Des divisions expéditionnaires spéciales du Reich étaient souvent envoyées à la recherche d’artefacts ou d’endroits d’importance occulte ou religieuse.

Pendant ce temps, en Allemagne, des bunkers ont été assemblés et des manoirs et des châteaux ont été équipés de labyrinthes et de donjons remplis d’expériences étranges et de notes de recherche.

Chaque fois que les Alliés trouvaient ces lieux, ils étaient souvent éviscérés, brûlés ou autrement détruits et abandonnés. Chaque fois qu’un laboratoire était retrouvé intact, la recherche était souvent incohérente ou manquante, ou plus tard détruite par les Alliés pour empêcher les nazis de récupérer des données cachées. Beaucoup d’expériences nazies ont été gardées sous le radar. Jusque récemment.

Les vétérans qui ont servi de gardes dans les laboratoires et les zones rituelles ont expliqué ce qu’ils ont vu, ou des dossiers et des livres ont été découverts dans des boîtes et des caisses appartenant aux scientifiques. Quelques-uns d’entre eux contiennent un objectif de recherche commun.

Donner à l’homme la puissance de Dieu

Le vrai pouvoir est souvent à débattre, mais il semble que cela soit souvent décrit dans les recherches nazies comme «l’immortalité», la non-mort, l’invincibilité ou d’autres facteurs entourant la perte de la capacité de mourir d’une manière ou d’une autre.

La plus grande partie de cette recherche était en fait fondée légitimement; certaines doses de composés chimiques pour favoriser la circulation sanguine chez les personnes vieillissantes. Premiers concepts qui sont maintenant utilisés dans la chirurgie de transplantation, la greffe, les onguents qui renouvellent la peau, les anticorps contre diverses maladies et la recherche sur le fitness / régime.

Cependant, un ensemble de caisses découvertes à Hambourg en 1999 s’est éloigné de ce style de recherche. Ce truc a croisé les expériences occultes et la recherche sur l’immortalité.

« L’esprit est la maladie »

Les dossiers d’introduction et les preuves de concept de la recherche partent du principe que le cerveau contrôle complètement et entièrement le corps et, à mesure que le corps se dégrade lentement autour de lui, il continue de fonctionner. d’autres déclarations disent que la raison pour laquelle le corps se dégrade est que le cerveau humain est «réglé sur une minuterie biologique», c’est pourquoi les papillons ne peuvent vivre qu’un jour, alors que d’autres insectes peuvent souvent durer plus longtemps: le cerveau nous dit de mourir.

Il est proposé que, à mesure que le cerveau se développe, il commence à établir des connexions, ce qui fait que l’humain devient plus mature et possède un cerveau en progression. À l’âge de 35 à 50 ans, cependant, ces connexions se décomposent lentement, entraînant des oublis, des démences et d’autres maladies mentales réservées aux personnes âgées.

Leur proposition

Les scientifiques nazis ont proposé que le cerveau ait un « Universal Killswitch » qui s’active dès que le cerveau est complètement développé. Chez tous les humains normaux, cet interrupteur de mise à mort déclenchera une séquence d’arrêt des fonctions corporelles, qui se déroule sur plusieurs décennies. Dès que le corps sera complètement arrêté, le cerveau sera forcé de mourir par manque de sang oxygéné.

On dit que le syndrome de Werners (une maladie où une personne vieillit rapidement) est le résultat de l’activation de la fonction Killswitch beaucoup trop tôt.

Les nazis ont proposé de supprimer le commutateur de mise à mort et de donner l’immortalité à l’esprit humain. Et à partir de là, l’immortalité complète. Inutile de dire que la chirurgie cérébrale était incroyablement difficile à cette époque, mais c’était possible. Dans les piles de dossiers, il y avait de nombreux diagrammes différents et des recherches antérieures sur le cerveau, la psychologie, l’esprit humain et autres.

L’emplacement

Les expériences ont été initialement proposées aux cadres nazis en 1940 et l’autorisation a été accordée pour effectuer les expériences en 1942, sous une condition;

Les expériences doivent être menées en dehors de l’Allemagne. La population allemande ne doit pas voir cette expérience de quelque manière que ce soit.

Ce n’était pas une surprise pour les scientifiques que les cadres étaient paranoïaques à propos des relations publiques, mais l’idée d’effectuer les recherches en dehors de la patrie était étrangère en soi. La plupart des expériences ont été réalisées dans des bunkers ou des sous-sols. Quoi qu’il en soit, les scientifiques se sont conformés et ont pu organiser une configuration avec leur allié, le Japon. À la fin de 1942, les recherches avaient commencé.

Voilà où ça devient étrange.

L’équipe de recherche avait repris un orphelinat japonais. L’orphelinat se trouvait dans les collines, soi-disant quelque part à Shimane, une zone proche d’Hiroshima.

Réaliser les expériences

Les scientifiques en ont déduit que s’ils essayaient de prendre les sujets de test habituels; les personnes âgées ou malades n’ayant «plus rien à vivre» (similaire à Gateway of the Mind), elles joueraient avec la variable de la maladie, ou, plus important encore, elles expérimenteraient sur un cerveau qui a déjà eu un activé killswitch, le rendant inutile dans le contexte de la recherche de la solution.

En conséquence, les scientifiques nazis ont exigé que les enfants, à savoir les orphelins de l’orphelinat (qu’ils estimaient, encore une fois, «n’avoir rien d’autre pour vivre»), deviendraient des sujets de test: leurs jeunes cerveaux éliminaient toute cause d’inquiétude d’un Killswitch déjà activé.

Pour commencer les expériences, les enfants ont subi de nombreuses immunisations et des tests psychologiques intenses, pour s’assurer qu’ils éviteraient tout défaut et garder un repère général pour leurs sujets.

Ensuite, ils ont commencé avec le personnel plus âgé de l’orphelinat. Mis sous anesthésie, les chirurgiens ont ouvert leur crâne pour trouver une bonne coupe transversale d’un cerveau adulte et ont commencé à trouver des différences clés entre celui-ci et le cerveau d’un enfant.

Après avoir obtenu un modèle à la fois d’un cerveau d’enfant et d’un cerveau adulte, les scientifiques en ont déduit que le «commutateur universel» n’était pas situé dans le cerveau, mais dans le cervelet, situé à l’arrière. Le cervelet commande toute activité subconsciente dans le cerveau, ce qui est compréhensible, car ce n’est pas une action consciente de déclencher l’interrupteur de mise à mort.

Systématiquement, ils ont pris l’enfant le plus grand de l’orphelinat et ont commencé à l’ouvrir. Ils étaient sur le point de commencer leur première «killswitch-ectomy» ils avaient réussi à ouvrir le cervelet et à retirer la partie présumée être le killswitch, cependant, en fermant le sujet, ils trouvèrent qu’elle avait expiré. Ils ont supposé que les incisions sur le cerveau étaient trop impétueuses et nécessitaient beaucoup plus de précision. Le corps a été jeté dans la forêt derrière l’orphelinat.

Succès, vraisemblablement

Après l’importation de différents outils et le développement de différentes techniques, les scientifiques ont finalement pu supprimer le killswitch et relancer avec succès les patients. En mai 1943, ils avaient pris l’une des plus jeunes filles de l’orphelinat et enlevé le killswitch, la seule fonction qu’elle perdait était la capacité de transpirer.

Après leur succès supposé, les scientifiques avaient célébré, après quoi tout le monde s’est endormi. Le lendemain matin, la fille ne s’est pas réveillée et s’est révélée comateuse. Après un certain temps, elle a été réanimée avec succès et les «killswitch-ectomies» ont continué.

Continuation

Le succès initial a donné aux médecins un nouvel état d’esprit, un état de rafraîchissement, ils ont pu continuer leurs expériences avec la tranquillité d’esprit que la théorie était prouvée, eh bien. Alors ils ont supposé.

Avant que les médecins ne poursuivent leurs recherches sur le retrait, ils ont mandaté plusieurs médecins de Moscou, qui ont été formés à la pratique du réveil corporel (techniquement la zombification, mais elle repose sur les principes de l’utilisation de chocs électriques et de cœurs artificiels pour alimenter le corps).

Ils ont déclaré que la raison en était que le sujet d’origine devenait toujours comateux ou cliniquement mort chaque fois qu’elle s’endormait, puis se ressaisissait le matin. Elle n’avait aucun signe de ce comportement avant l’expérience, et malgré le fait qu’elle se soit relancée, les médecins ne voulaient pas risquer un succès se transformant en échec. Les scientifiques russes ont été chargés de la ramener à la vie chaque fois qu’elle expirait. Après plusieurs jours de cela, les nazis ont conclu qu’il était sûr de continuer.

Expériences humaines

Projekt Venom

Projekt Venom était une expérience russe visant à créer des supersoldats à partir de la théorie du Dr Frankenstein. (Cela pourrait également constituer une base pour le super-héros Marvel) En guise de remboursement pour l’utilisation des scientifiques russes, la Russie avait demandé qu’ils combinent la recherche de Projekt Venom avec les expériences en cours des nazis. Naturellement, les nazis étaient d’accord.

Cependant, le nombre limité d’orphelins était débilitant, car les nazis en exigeaient tellement et ne pouvaient offrir qu’une seule fille. Les Russes ont été méprisants et ont commencé leur preuve de concept.

Ils avaient créé artificiellement un bras, à Moscou, qui était en route vers l’orphelinat pour y être greffé, pour prouver que l’amputation et le remplacement pouvaient fonctionner. En attendant, les Russes devaient s’y préparer.

Le bras droit de la fille a été amputé.

Mystérieusement, peu de temps après, les scientifiques russes ont emballé leur équipement et sont partis. Le bras de remplacement n’est jamais venu et la fille s’est retrouvée avec un bandage attaché perpétuellement sur son kimono. On dit que les Russes sont partis avec une hâte effrayante, comme si tout à coup l’air était devenu trop froid à leur goût.

Rébellion

Un enfant de tout l’orphelinat n’a pas approuvé la présence des scientifiques. Dans ses actes de rébellion, elle a volé des documents et les a déchirés en lambeaux, a cassé la verrerie et détruit les salles de chirurgie. Malgré son jeune âge (8 ans) et sa taille, elle avait une surprenante capacité de destruction. Il a été noté dans un journal qu’elle était également hétérochromique (yeux bruns et bleus de gauche à droite). Les scientifiques chevronnés la méprisaient, mais ne pouvaient la retenir sans éveiller les soupçons. Au lieu de cela, ils ont ordonné aux soldats nazis de prendre soin d’elle.

Elle a été brutalement décapitée avec une baïonnette émoussée, elle n’a pas été enterrée, juste laissée dans les bois derrière l’orphelinat. Les soldats ont dit aux gardiens qu’elle avait trouvé une nouvelle famille.

De nombreux échecs

Les scientifiques nazis ont tenté de jouer avec leur expérience réussie en essayant différents aspects, malheureusement, aucun d’entre eux n’a fonctionné. En voici une liste:

Entrée par le front. Joué sur un garçon de 10 ans, le crâne était déformé et le garçon avait été pratiquement lobotomisé à la fin. Cependant, il n’était pas végétatif en conséquence, bien qu’il ait été mentalement éduqué à cause de l’expérience.

Entrée par la mâchoire inférieure. Réalisée sur une fillette de 6 ans, la langue et la majeure partie de la chair de la mâchoire inférieure ont été enlevées et n’ont pas pu être remplacées. Les sinus du sujet ont également été brouillés.

Entrée par le côté de la tête, le sujet était donc à moitié sourd. Il convient également de noter qu’il n’y a pas eu d’anesthésie pendant cette chirurgie et que les cris étaient vraiment mortifiants, comme le lisent la plupart des journaux.

Malgré l’échec de ceux-ci, les interrupteurs de mise à mort ont toujours été supprimés et les sujets ont agi à peu près de la même manière que la première fille, expirant en dormant.

Cependant, ils ont été réduits à seulement dix personnes, en raison de tous les échecs précédents. Cela inclut les gardiens, et ils ont opéré tous les enfants.

Inversion Killswitch

Les médecins ont commencé à formuler des idées selon lesquelles chez un enfant, un killwitch n’est pas déjà activé, mais chez un adulte un killwitch pourrait être inversé en utilisant un composé chimique pour éliminer l’hormone produite et le killwitch ensuite retiré.

Cela a été effectué sur tous les gardiens et a été, étonnamment, un succès car ils ont tous survécu.

Les personnalités ont mal tourné

Au cours des expériences, les scientifiques ont été invités à surveiller les enfants qui réussissaient et à surveiller leur comportement. Cette partie devient bizarre.

«Ils semblent normaux au début, comme n’importe lequel des autres enfants, jouant en applaudissant, apprenant normalement, mais lorsqu’ils sont séparés des autres, ils semblent… off. Ils se promènent négligemment, avec un sourire vide sur leur visage, leurs yeux vous regardant droit. S’ils sont approchés par derrière, leurs têtes tournent avec une vitesse impie et pendant un moment, vous pouvez presque voir une expression si vile sur leur visage qu’elle vous donne envie de vous recroqueviller. Mais ensuite, vous réalisez qu’ils forment à nouveau leur sourire de rêve.

Une autre chose est qu’ils nous suivent, mais seulement quand nous sommes seuls. Après avoir fini ma machine à écrire et me diriger vers ma chambre, je suis souvent effrayé par l’un des enfants debout à plusieurs mètres dans le couloir sombre, me regardant. Quand je vais dans ma chambre, elle me suit, et je ferme ma porte, coince une chaise derrière, puis je dors en toute sécurité.

On a l’impression d’être des fantômes la nuit. Et le plus drôle, c’est que je continue de voir un enfant aux cheveux roux. Je ne cesse de demander qui est l’enfant le lendemain matin, mais les gardiens disent qu’ils n’ont pas eu d’enfant aux cheveux roux depuis un moment **

Ils semblent également jouer beaucoup plus à un jeu que lorsque nous avons commencé. Je n’ai pas beaucoup de connaissances en japonais, mais il semble que le jeu s’appelle Circle You, Circle You *, comme décrit par l’un des traducteurs. Un groupe d’enfants entoure un enfant, qui est assis au centre, seuls, ils lient les bras et commencent à se déplacer de manière circulaire autour de l’enfant, leur faisant des grimaces effrayantes et leur chantant un chant étrange, vous perdez si vous tressaillissez.

En leur parlant, j’ai remarqué qu’ils semblaient plus rêveurs, oublieux et quelque peu vides, comme si les expériences effaçaient également leurs souvenirs. Mais ce n’est pas un type innocent de rêveur, plutôt quelque chose de plus sinistre. Ils vous regardent avec de grands yeux et vous posent des questions qu’ils n’auraient jamais cru savoir. L’un d’eux a demandé: «Lorsque votre grand-mère est décédée, vous a-t-elle vraiment laissé une montre en plaqué or?» Cela peut sembler fou, mais ma réponse honnête a été… «Oui».

Kagome Kagome signifie Cercle, Cercle. Le jeu se traduit par vous entourer, vous entourer.

L’enfant qui s’est rebellé contre les scientifiques avait les cheveux roux.

Disparition

Début 1945, Hiroshima est bombardée, l’Allemagne abandonne et les expériences sont interrompues. Les Allemands commencent à emballer leur matériel, la plupart d’entre eux sont déjà rentrés chez eux en raison de «leur bien-être mental», déclarant qu’ils montraient des signes de folie. Seuls 4 scientifiques sont restés.

Après avoir envoyé le dernier équipement, les scientifiques ont estimé qu’il était justifié d’informer les gardiens qu’ils partaient et ils l’ont fait.

Et à l’horreur de l’un des scientifiques, et à la surprise des autres, le responsable a dit, en allemand courant: «Allez-vous jouer un dernier match avec nous?»

Les trois scientifiques ont accepté et un cercle d’enfants et de gardiens s’est formé autour d’eux. «Maintenant, si vous tressaillez, vous perdez…»

Le seul scientifique horrifié a couru vers le dernier camion et a sauté dessus sans regarder en arrière.

L’histoire maintenant

Si vous allez à Hiroshima, faites le tour des bois et vous y trouverez peut-être des sentiers de terre. Si vous les descendez, vous verrez de belles forêts, mais si vous descendez une forêt qui a des traces de camions, vous aurez froid et vous verrez que beaucoup d’arbres sont coupés. Mais ne vous éloignez pas du chemin, sinon vous vous perdrez probablement dans ces vastes bois.

Si vous faites attention, vous remarquerez que les souches d’arbres ressemblent à des personnes agenouillées, sans tête.

Si vous continuez, l’air deviendra froid, naturellement parce que vous montez une côte, non? Bien sûr, vous arriverez finalement à une clairière, avec un ancien bâtiment en pierre au centre, des vignes recouvrant l’endroit.

Allez à l’intérieur, si vous voulez jouer.

Dès que vous ouvrez la porte, une odeur nauséabonde se dégagera, semblable à celle d’un cadavre en décomposition. Si vous regardez dans le couloir, il fera sombre quelle que soit l’heure de la journée, car il n’y a pas de lumière.

Continuez dans le couloir, prenez la première à gauche, puis descendez dans ce couloir jusqu’à ce que vous voyiez une porte qui semble être faite d’un bois de couleur rouge (le reste est brun). Ouvrez la porte, vous trouverez dix enfants et gardiens heureux, tous vêtus de kimonos, jouant dans une salle de jeux normale. L’un n’a pas de bras, un autre son front et un troisième n’a pas de mâchoire, mais tous sont bandés avec une précision clinique. L’endroit doit être très propre et bien rangé, dépendant de votre niveau de telles choses, et bien éclairé.

À la fois, votre présence attirera l’attention de tout le monde dans la pièce, y compris ceux qui semblent beaucoup trop préoccupés ou distraits. Ils se tourneront vers vous, sourires insouciants de chacun de leurs visages agréables.

La gardienne en chef, dans toute sa beauté demandera «Veux-tu venir jouer avec nous?»

À ce moment-là, si vous n’avez pas sali votre pantalon, vous devriez vraiment vous éviter les ennuis plus tard.

Si vous dites «non», la porte se refermera sur vous, et si vous essayez de descendre dans les couloirs de la sortie, vous ne trouverez qu’un autre couloir sombre. Ouvrez l’une des portes brunes et vous devriez trouver des tables d’opération ou des lits superposés. Si vous continuez dans le troisième couloir, vous vous rendrez compte qu’une fille se tient à plusieurs mètres derrière vous, le visage enveloppé d’ombre. Approchez-vous et attendez-vous à votre perte. Continuez dans le couloir et essayez de ne pas la laisser vous rattraper.

Cependant, si vous répondez «oui», vous serez accueilli dans la salle. La porte se fermera derrière vous et tout le monde formera un cercle autour de vous.

«Maintenant asseyez-vous et ne bronchez pas!» dira une voix joyeuse.

Suivez simplement les instructions et vous survivrez.

Toute lumière disparaîtra de la pièce, mais vous pouvez voir le cercle des enfants, chacun avec une expression vicieuse sur le visage, des expressions si viles que vous allez probablement tressaillir. Si vous pouvez supporter cela, cependant, ils commenceront à se déplacer lentement autour de vous. Vous pouvez sentir l’un d’eux vous cingler. Si vous regardez cependant, il n’y aura rien là-bas, à part les enfants qui tournent normalement.

Si cela ne suffisait pas, ils commenceront à chanter «Kagome, kagome…»

Je ne peux vraiment pas expliquer davantage. Personne ne vit jamais pour raconter ce qui se passe alors.

Si vous tressaillez avant qu’ils ne chantent, ils continuent simplement comme d’habitude.

Si vous choisissez de dire peut-être au responsable, ou autre chose que oui ou non, on dit que les expressions des enfants deviendront mortifiantes (presque zalgoniques), et ils hurleront d’une voix inhumaine «Décidez! DÉCIDER! » Si vous faites autre chose que dire oui ou non d’ici, on vous dit que les enfants et les gardiens vous claqueront la porte. Si vous vous retournez, l’histoire varie. Soi-disant, votre pire peur attendra à l’autre bout du couloir, vous séparant de votre sortie. Plus particulièrement, ce personnage est Aka Manto ou le Rake.

Le moins que vous puissiez faire est de saluer la Créature avant qu’elle ne vous déchire à l’oubli. S’il en a la capacité, il peut bien répondre et vous mourrez en personne polie. Ne le saluez pas et vous vous retrouverez comme un autre des corps décapités le long du sentier.

Si vous répondez «Je ne comprends pas» et que vous devez être sincère, le responsable vous dira «Allez à votre école et regardez vos enfants jouer. Vous devriez comprendre alors. Rien n’aura changé, et fermez la porte en sortant, c’est de la courtoisie commune.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *