Le projet psychiatrique Canadien: «Nous pouvons voir quels vrais monstres nous sommes»

En Alberta, le gouvernement canadien a décidé de mener plusieurs expériences sur la psyché humaine. Environ 9 volontaires étaient nécessaires pour le projet et une fois acquis, ils devaient se préparer à un séjour de 3 semaines pour le projet.

Une fois que les 9 sont arrivés au laboratoire, ils devaient être placés dans des pièces vierges peintes en blanc sans rien à l’intérieur. L’expérience devait permettre aux scientifiques d’apprendre l’esprit humain sous stress et confinement sans moyen de divertissement.

Les volontaires ou «sujets» ont reçu des combinaisons qui correspondaient à celles des murs à l’intérieur de leurs chambres avec leurs numéros d’identification 1-9 imprimés en noir sur le devant. L’expérience devait durer une semaine, exactement 7 jours. Mais n’a duré que 4. Le premier jour, chaque sujet a été placé dans une pièce séparée l’un de l’autre qui contenait une vitre pour que les scientifiques puissent les observer.

Environ 17 heures après le début du projet, le sujet 6 a commencé à taper sur la vitre en se plaignant d’avoir faim. Immédiatement, quelqu’un a apporté de la nourriture dans la pièce, a ouvert la fente et a glissé la nourriture dans la pièce avec le sujet. Aucun contact humain n’a été nécessaire pour cette expérience.

Les 24 heures ont été dépassées et les scientifiques étaient heureux d’avoir passé le premier jour, mais ils étaient déçus que la plupart des sujets n’aient rien fait d’autre que de s’asseoir ou de dormir. 34 heures après le début du projet, les choses ont commencé, un peu étrange.

Sujet-3 a commencé à rire un peu, il a commencé à sourire narquois puis à rire et puis est entré dans un rire à gorge déployée à… rien. Les scientifiques ont rapidement noté cela et ont continué à l’observer en train de rire de rien d’autre que du mur auquel il faisait face. Après tout, le protocole était d’observer et non de s’engager. Il a fait cela pendant exactement cinq heures, jusqu’à ce que ses cordes vocales soient douloureuses et qu’il s’arrête.

Les autres sujets continuaient toujours à ne rien faire. 40 heures après le début de l’expérience, d’autres choses ont commencé à se produire avec les sujets. Le Sujet-5 a été vu ramper dans un coin et se balancer d’avant en arrière tandis que le Sujet-2 a commencé à cogner sur la vitre et à crier aux scientifiques de le laisser sortir.

Ils n’ont rien fait d’autre que d’enregistrer ce qu’ils ont vu. Le sujet 3 a recommencé à rire mais cette fois il n’était pas face au mur, il faisait face à la vitre. Rire de façon incontrôlable comme quelqu’un vient de raconter la blague la plus hilarante du monde. Les scientifiques commençaient à s’inquiéter et l’un d’eux a suggéré de les laisser sortir, mais le scientifique principal a simplement dit «non, nous en avons besoin».

Cela a continué pendant 8 heures d’affilée et le Sujet-3 riait encore mais cette fois, il a émis un bruit rauque, comme si ses cordes vocales étaient tendues pendant trop longtemps et elles ont juste cessé de vibrer. Le sujet 2 frappait toujours à la fenêtre en leur criant de le laisser sortir, mais il disait ensuite qu’il y avait quelque chose avec lui.

Le deuxième jour était passé et à la 57e heure, l’un des scientifiques a essayé d’ouvrir toutes les portes en acier verrouillées pour libérer les sujets de test, mais les scientifiques principaux l’ont arrêté et ont dit: « Vous ne pouvez pas les laisser partir … pas encore. » Ensuite, plus de sujets ont commencé à se comporter étrangement comme les autres.

Le Sujet-8 a commencé à pleurer et à crier de peur que les voix s’arrêtent, le Sujet-4 a commencé à marcher dans la pièce en cercles en répétant le mot «Thêta» encore et encore. Les scientifiques ont commencé à s’inquiéter pour la sécurité des sujets, mais le scientifique principal a insisté pour qu’ils poursuivent le projet. Puis, à l’heure 70, le sujet 6 a recommencé à taper sur le verre pour demander de la nourriture.

Une fois de plus, quelqu’un a soulevé un plateau et a ouvert la trappe pour la faire glisser lorsque le sujet a atteint à travers la fente et a saisi le bras de la personne, puis l’a amené avec lui. Il mâchouilla l’index du Serveur et continua de ronger le reste de la main du serveur pendant que le serveur criait d’agonie aux scientifiques pour le faire descendre.

Quand ils l’ont finalement fait, la majeure partie de sa main a été rongée et il a été immédiatement transporté à l’hôpital. Ils ont regardé le Sujet 6 comme il aimait manger de la chair humaine et dire «a bon goût» chaque fois qu’il mordait dans la chair qu’il avait arrachée.

Le Sujet-7 a commencé à reculer et à enfoncer sa tête dans le mur jusqu’à ce qu’il se fasse assommer et quand il s’est réveillé, il a commencé à chanter dans une langue inconnue que les scientifiques ne comprenaient pas. Le sujet 1 a mordu l’un de ses doigts et a commencé à écrire sur les symboles des murs blancs d’eau de Javel jusqu’à ce qu’il s’évanouisse à la suite d’une perte de sang.

Le sujet 6 a fini de manger ce qui restait de la main et a frappé à la fenêtre pour plus de chair humaine. Les scientifiques ne savaient pas quoi faire à ce stade, ils ne s’étaient pas préparés à une telle situation. Mais ils avaient remarqué que l’un des volontaires n’avait pas succombé à la nature psychotique des autres.

Le sujet 9 était resté parfaitement immobile tout le temps, se déplaçant uniquement pour se lever et manger. Le troisième jour était passé et les scientifiques en avaient assez de l’expérience et ont immédiatement commencé à remettre en question la vraie nature de ce projet aux scientifiques responsables.

Il a juste souri et leur a dit: «C’est beau, la façon dont nous agissons quand nous ne pouvons pas nous divertir avec ces appareils électroniques, nous pouvons voir quels vrais monstres nous sommes». Ils ne pouvaient pas croire ce qu’ils entendaient.

Toute cette expérience avait pour but de leur montrer la monstruosité des êtres humains. Il se dirigea vers un levier de commande et leur parla «et maintenant le monde entier verra quels êtres dégoûtants nous sommes». Mais avant qu’il ne puisse le tirer, l’un des scientifiques l’a saisi pendant que les autres l’aidaient. Ils ont ouvert la porte de la chambre du Sujet-6 et l’ont jeté à l’intérieur. Tout ce qu’ils pouvaient entendre était le rire maniaque qu’il laissait échapper avant que le Sujet-6 ne mordille dans sa chair.

82 heures s’étaient écoulées et les trois scientifiques ne savaient pas quoi faire des volontaires après qu’ils se soient transformés en animaux qu’ils étaient. Mais soudain, quelque chose s’est produit qu’ils n’auraient jamais pensé voir venir. Le sujet 9 avait percé le verre de 1 pouce d’épaisseur et l’avait brisé en morceaux. Il a ramassé l’un des éclats de verre et a attaqué les scientifiques.

Un seul d’entre eux était capable de ramper loin de lui jusqu’à ce que le Sujet-9 s’approche de lui et se tienne au-dessus de lui, sa combinaison blanche éclatante maintenant tachée de sang. Les scientifiques ont simplement demandé «Que voulez-vous?» avant que le sujet ne se penche et lui murmure à l’oreille.

«Pour que nous nous endormions tous!» avant de le tuer. Mais à ce jour, personne ne sait où se trouvent les sujets de test… ni les personnes impliquées dans cette expérience.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *