Theodore Coneys : La sombre histoire de l’homme araignée de Denver

Ce qui suit est l’histoire du Denver Spiderman, Theodore Coneys, probablement l’un des événements les plus bizarres et effrayants de l’histoire hantée de Denver …

Un soir de septembre 1941, Philip Peters rentrait chez lui quand il est tombé sur une vieille connaissance. Theodore Coneys, 59 ans, s’est excusé bien que ce ne soit pas un accident qu’ils se soient rencontrés. Coneys, malchanceux, sans un sou à son nom, avait bien l’intention de rencontrer Peters ce soir-là pour lui demander de l’argent.

Malheureusement, alors que Peters était indépendamment riche, son argent s’était épuisé car il s’occupait de sa femme malade qui, plus récemment, avait été hospitalisée deux semaines auparavant en raison d’une fracture à la hanche. Peters refusa respectueusement à Théodore et continua son chemin, Coneys, cependant, n’était pas fini, pas prêt à mourir de faim dans les rues.

Il garda donc un œil sur la maison de Peters et le regarda aller et venir. Comme Théodore a noté l’horaire de M. Peters, il a trouvé un moment où Philip avait oublié de verrouiller la porte et à ce stade, il est entré et sorti des éléments de plus en plus froids.

Dans la maison, il a trouvé de la nourriture et un abri et a même eu le temps d’explorer la maison pour trouver une entrée cachée dans un placard qui menait au grenier. Réalisant qu’il pouvait rester assez caché de Philip Peters, Theodore Coneys a élu domicile dans le petit grenier, se faufilant la nuit pour trouver de la nourriture et de l’eau.

Une nuit, Coneys était sorti du grenier en pensant que Peters était à l’hôpital pour rendre visite à sa femme bien qu’à l’insu de Théodore, Peters n’avait fait qu’une sieste. Les coneys se faufilèrent hors du grenier et se glissèrent dans la cuisine en prenant très peu de soin pour ne pas être entendus.

Les bruits ont réveillé Philip qui est descendu pour enquêter bien que cela se soit avéré fatal. Surpris et attrapé, Théodore Coneys a saisi l’objet le plus proche, une fonte, et a matraqué M. Peters à mort.

Des voisins curieux, notant l’absence inhabituelle de Peters, sont venus à la maison pour s’enregistrer et ont trouvé les portes verrouillées. Après un appel à la police, le corps de M. Peters a été retrouvé ensanglanté et complètement décédé. En enquêtant et en ne trouvant aucun signe d’entrée forcée, la police l’a qualifié de dossier clos.

Pendant ce temps, Mme Peters avait terminé son séjour à l’hôpital et était rentrée chez elle après la mort de son mari. La nuit, Mme Peters et sa femme de ménage entendaient des bruits et voyaient des ombres, et téléphonaient fréquemment aux autorités.

Lorsque les policiers sont venus examiner la maison, ils ont fouillé à l’intérieur et à l’extérieur en notant le petit trou dans le placard, mais en déterminant qu’aucun adulte de taille normale ne pouvait y rentrer et ils n’ont plus sondé.

Théodore Coneys

Les mois passèrent et d’autres appels téléphoniques furent passés; la police a cessé de répondre, croyant que Mme Peters était folle. Tellement mauvais, pensa-t-elle, qu’elle est simplement partie avec sa gouvernante. Les rumeurs selon lesquelles la maison était hantée ont commencé à surgir, les enfants se défieraient d’entrer mais aucun ne le ferait jamais parce que dans les rues, ils pouvaient voir les ombres bouger et entendre les bruits venant de l’intérieur.

Ce n’est que le 30 juillet 1942 que la police, lors d’une patrouille de routine, a attrapé des mouvements depuis l’intérieur de la maison. En entrant, ils ont entendu des bruits de pas s’enfuir, alors qu’ils le suivaient, ils ont entendu un «clic» alors que le loquet de l’entrée du grenier était déverrouillé.

La police a suivi à l’étage et a vu les jambes de Coneys juste à l’extérieur du trou et l’attrapant, l’officier s’est retiré et un Coneys émacié et fou est tombé sur le sol. Petit et frêle, il était incapable de se battre.

Coneys a admis le crime et a expliqué en détail horrible comment cela s’était passé. Il a été jugé et reconnu coupable et condamné à une peine d’emprisonnement à perpétuité dans le pénitencier de l’État du Colorado à Canon City, Colorado, où il est décédé le 16 mai 1967. Les journaux locaux l’ont surnommé le «Denver Spider Man of Moncrieff Place».

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *