Mystères de Dudleytown : La ville abandonnée du Connecticut

Au début des années 1740, Thomas Griffis achète un terrain qui sera plus tard considéré comme le premier lot de Dudleytown.

Dans le nord-ouest du Connecticut se trouvent les vestiges d’un petit canton qui a reçu le nom de Dudleytown. Les maisons de ce village autrefois prospère, niché dans les montagnes environnantes, ont disparu depuis longtemps, mais il semblerait que les esprits de ceux qui y habitaient autrefois demeurent.

Il existe de nombreuses histoires de fantômes, d’événements mystérieux, de bêtes démoniaques, d’horribles malédictions et d’une histoire sombre et violente qui commence avec la fondation même de l’Amérique elle-même.

Aujourd’hui, tout ce qui reste de Dudleytown, ce sont les tristes restes de quelques fondations en pierre et les trous qui étaient autrefois utilisés comme caves pour stocker les légumes racines et autres aliments pendant les mois d’hiver. Les routes autrefois très fréquentées ne sont plus que des sentiers étroits que seuls les randonneurs et le chasseur de fantômes dévoué prendront la peine de parcourir.

La terre d’aujourd’hui a très peu changé et ressemble beaucoup à ce qu’elle était lorsque Griffis s’y est installé. C’est un paysage densément boisé et des rochers jonchent le sol où se trouvait autrefois Dudleytown. La terre est couverte d’ombre des montagnes et reçoit peu de lumière du soleil. Les bois ont reçu le nom de «Dark Entry Forest».

Au début, le terrain sur lequel Dudleytown siégerait plus tard appartenait à un homme du nom de Thomas Griffis. Lui et sa famille ont été les premiers à s’installer dans cette région particulière au début des années 1740. Un village a commencé à surgir quelques années plus tard en 1747 lorsque Gideon Dudley est arrivé sur les lieux et c’est grâce à lui que le petit village est devenu connu sous le nom de Dudleytown.

Les deux frères de Gideon le suivirent bientôt dans la région et s’y installèrent également. Ce sont les Dudley qui auraient été responsables d’une malédiction qui a été lancée sur le village et c’est cette prétendue malédiction qui, selon beaucoup, est responsable des horreurs qui parcourent la région jusqu’à ce jour.

Selon des récits récents et plus anciens, cette malédiction a commencé en Angleterre en 1510. Edmund Dudley, l’un des patriarches de la famille, a été condamné à mort et décapité pour avoir fait partie d’un complot visant à renverser le roi Henri VIII. On dit qu’une malédiction a été infligée à la famille en raison de ce comportement de trahison.

On dit que cette malédiction était que tous les descendants de Dudley seraient tourmentés par des horreurs implacables et que la mort les traquerait jusqu’à ce que chacun des descendants de Dudley soit effacé de la surface de la terre. Les croyants de la malédiction jurent que la famille Dudley a alors commencé à avoir une mauvaise série de malchance.

John Dudley, qui était le fils d’Edmund, a fait sa propre tentative de prendre le contrôle du trône britannique en demandant à son fils, Guilford, d’épouser Lady Jane Grey, qui était la prochaine en lice pour la couronne. Lady Jane était reine pendant une courte période à la mort d’Edward VI, mais le plan a rapidement échoué et Lady Jane et Edmund et Guilford Dudley ont tous été exécutés.

Peu de temps après, le frère de Guilford est revenu de France après un passage dans l’armée. Il a apporté avec lui un fléau vicieux qui s’est propagé à ses officiers et à ses troupes. La maladie s’est finalement répandue dans tout le pays, tuant des milliers de personnes.

Le troisième fils de John Dudley, Robert, qui était également le comte de Leicester, a décidé de quitter l’Angleterre et de voyager dans le Nouveau Monde. Ce serait le descendant de Robert, William, qui s’installerait plus tard à Guilford, Connecticut. Abiel, Barzallai et Gideon, les descendants de William, achèteront plus tard le terrain qui deviendra Dudleytown.

Le village se reposait au milieu de trois grandes collines, c’est pourquoi il paraissait sombre même à midi. Les colons ont commencé à s’infiltrer dans la région. Les familles Tanner, Jones, Patterson, Dibble et Porter se sont toutes installées à Dudleytown.

Village effrayant

Du minerai de fer a été découvert et le petit village a prospéré pendant un certain temps. Même ainsi, des biens tels que la nourriture, le tissu, les outils, etc. ont dû être achetés dans les villes situées en bas de la montagne car Dudleytown n’avait jamais de magasins, d’écoles, d’églises ni même de cimetière. Dudleytown était également connue pour son bois, qui était utilisé pour fabriquer du charbon de bois pour les fours de fer du comté de Litchfield à Cornwall et dans d’autres villes.

Malgré la prospérité évidente, il y a eu des morts étranges et des événements bizarres à Dudleytown dès le début. Il y avait un nombre inhabituellement élevé de personnes qui sont devenues folles et un certain nombre de personnes qui ont tout simplement disparu et n’ont plus jamais été revues ou entendues.

Abiel Dudley a perdu toute sa fortune et finalement son esprit. Abiel a été nommé pupille de la ville, et dans ses dernières années, il a erré sans but, marmonnant de manière incohérente à propos des «créatures étranges dans les bois» et incapable de prendre soin de lui-même.

Abiel est mort en 1799 à l’âge mûr de 90 ans, ce qui était inhabituel en soi pendant cette période où les gens avaient la chance de vivre dans la trentaine ou la quarantaine. William Tanner, l’un des plus proches voisins d’Abiel, serait également devenu fou.

Curieusement, Tanner a vécu jusqu’à l’âge de 104 ans et selon les archives, Tanner parlait également de «créatures étranges» qui sortaient des bois la nuit. Il est impossible de dire si ces créatures étaient surnaturelles ou le produit d’un esprit sénile.

Les archives qui existent toujours dans le Dudleytown racontent d’étranges maladies, des disparitions, de nombreux cas de fous, des rapports d’étranges créatures errant dans la région la nuit, bien qu’il semble que la plupart des rapports provenaient de ces personnes qui avaient été déclarées. insensé.

Après la guerre civile, Dudleytown a commencé à mourir et la plupart des familles restantes ont simplement fait leurs valises et ont déménagé. Le petit village est rapidement devenu le repaire des oiseaux, des petits animaux et a commencé à être récupéré par la forêt.

Forêt sombre mystique

Au cours des derniers jours de Dudleytown, un événement plutôt étrange et mystérieux est apparu, et peu importe à quel point les sceptiques essaient de ne pas tenir compte et de démystifier cet événement étrange à Dudleytown, même ils ne peuvent pas donner une explication raisonnable à l’événement.

En 1901, alors que la population de Dudleytown était tombée à presque rien, l’un des derniers habitants de la ville, John Patrick Brophy, a subi une série de malheurs. Sa première femme est décédée lorsqu’elle a été frappée par une maladie soudaine, puis ses deux enfants ont disparu dans la forêt juste après les funérailles de sa femme. Les enfants n’ont jamais été retrouvés.

Peu de temps après la disparition de ses enfants, la maison de Brophy a été incendiée dans un incendie mystérieux et peu de temps après, Brophy lui-même a disparu et n’a jamais été revu. Peu de temps après cette série d’événements bizarres, Dudleytown a officiellement cessé d’exister et a commencé à être récupéré par la terre.

Des histoires de lumières effrayantes, d’apparitions brumeuses et d’incidents étranges ont commencé à faire surface dans les années 1940 lorsque les visiteurs des anciennes ruines ont rapporté avoir vu ces choses étranges. Aujourd’hui, les gens qui ont fait le long voyage pour visiter l’endroit montrent des photographies de brumes fantasmagoriques qui semblent montrer des visages effrayants regardant l’observateur, et disent qu’ils ressentent des sentiments de terreur, voient des lumières mystérieuses, des vues et entendent des sons effrayants.

Beaucoup de gens rapportent avoir été touchés, poussés et griffés par des mains invisibles. Beaucoup disent que cette région était autrefois la terre appartenant à la tribu Mohawk et ils l’ont quittée lorsque le sol est devenu «aigri» ou maudit.

Quelles que soient les raisons des événements étranges et effrayants dans la région autrefois connue sous le nom de Dudleytown, une chose est sûre, cette partie reculée du Connecticut restera un lieu de prédilection pour les amateurs de sensations fortes et les chasseurs de fantômes pendant de nombreuses années.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *