Le « Little Folk » magique et mystérieux du Royaume-Uni

Que vous croyiez ou non à l’existence des fées, des gobelins, des brownies et des «petits gens», il y a une chose sur laquelle la plupart des gens seraient probablement d’accord. À savoir, que ces entités ont été vues et rencontrées depuis des siècles. Nous parlons bien sûr du Moyen Âge. Ce n’est peut-être pas toute la vérité sur le sujet, cependant. En effet, des observations de telles entités ont été faites dans des temps relativement récents, aussi incroyable que cela puisse paraître.

Et, il y a plus que quelques histoires de ce genre au Royaume-Uni, comme je vais le démontrer maintenant. Notre première histoire remonte au 9 janvier 1997. De temps en temps, une histoire apparaîtra si bizarre, mais aussi intrigante, qu’il est presque impossible de la catégoriser. Une telle histoire vient de Janice Bakewell, une femme qui a rencontré un petit OVNI – comme dans extrêmement petit -à Marlborough, Wiltshire, Angleterre . Janice marchait dans les bois voisins avec son chien tôt le matin lorsqu’elle a entendu un bourdonnement fort qui a rapidement rempli ses oreilles – et clairement celles de son chien aussi. Intriguée, elle regarda autour d’elle, mais ce fut en vain – au moins, pendant environ deux minutes. Ensuite, tout est devenu incroyablement clair.

Comme si elle venait de nulle part, une petite soucoupe volante apparut devant elle, planant à une hauteur d’environ quatre pieds du sol, dans une petite clairière dans les arbres. Il était de forme circulaire, de couleur argentée et avait une bande rouge autour de son milieu. Et, il faisait à peine quatre pieds de diamètre! Elle regarda, étonnée, le petit engin s’installer au sol – d’une manière décidément bancale – et une petite porte s’ouvrit. Janice se souvient encore avoir retenu sa respiration, se demandant ce qui pourrait se passer ensuite. Elle l’a vite découvert. À l’extérieur de la porte, trois petites figures humanoïdes de trois à quatre pouces de long ont volé: clairement féminines et brillantes, elles ont tourné autour de Janice pendant une minute ou deux, vêtues de minijupes argentées! À un moment donné, le petit trio a atterri sur le bras droit de Janice, a souri, puis s’est envolé dans l’engin, qui a décollé dans le ciel, pour ne plus jamais être revu. De tels cas voyous sont si souvent rejetés par l’Ufologie; pourtant ils sont étrangement attrayants et pas du tout rares. Maintenant, faisons un voyage en arrière.

WE Thorner était sur l’île de Hoy, au large de la côte nord de l’Écosse, pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsqu’il a vu un groupe d’hommes sauvages danser au sommet d’une falaise à Thorness – un endroit nommé d’après le dieu nordique des nains – au plus fort d’un orage hivernal tumultueux. Selon les propres mots captivants de Thorner: « Ces créatures étaient de petite taille, mais ils n’avaient pas de long nez et ne paraissaient pas gentils. Ils avaient des visages ronds, un teint pâle, avec de longs cheveux foncés et déchirés. Alors qu’ils dansaient, semblant se jeter par-dessus le bord de la falaise, j’ai senti que j’étais témoin d’une danse rituelle d’une tribu d’hommes primitifs. Il est difficile de décrire en quelques mots mes sentiments à ce stade ou mon étonnement. La séquence entière aurait pu durer environ trois minutes jusqu’à ce que je puisse quitter le bord de la falaise.

Cela rappelle beaucoup les paroles de Margaret Ann Courtney, une experte reconnue du folklore cornique. En 1890, elle a dit des jeux et du comportement manipulateur des fées, des gobelins et d’un large assortiment de ce qui est devenu connu, collectivement, comme le «petit peuple»: «Quand le pisky malicieusement incliné conduit souvent des personnes aveugles à une triste danse; comme Will of the Wisp, il les emmène au-dessus des haies et des fossés, et parfois en rond et autour du même champ, d’où ils essaient en vain de retrouver leur chemin (bien qu’ils puissent toujours voir le chemin à portée de main)… »C’est aussiil convient de noter que si, aujourd’hui, le «  pisky  » auquel Courtney faisait référence – une entité minuscule qui peut être à la fois espiègle et malveillante, et dont les origines remontent à des siècles – évoque des images dans l’esprit de nombreux êtres minuscules et ludiques qui voltigent invitant des ruisseaux et des clairières sur des ailes de gossamer, tel n’est en fait pas toujours le cas. Dans des temps révolus, une forme particulière que le pisky adopterait était celle d’un troll hideux et nain.

Passons à autre chose : le folklore gallois vieux de plusieurs siècles, par exemple, raconte l’histoire du Bwbach , un humanoïde couvert de poils d’environ trois pieds de haut perçu par les gens de cette époque comme un brownie ou une nymphe. Soi-disant, comme tant d’autres semblables, ils entreprendraient des corvées et des petits travaux dans les maisons des humains, à condition qu’ils soient les bénéficiaires de deux choses: le respect et la nourriture, cette dernière généralement sous forme d’avoine, de lait et de crème. Et ils avaient une haine profonde pour ceux qui évitaient l’alcool et menaient des vies totales! Le cryptozoologiste Jon Downes dit qu’une petite créature droite ressemblant à un singe à Churston Woods, qui est situé à proximité de la station balnéaire anglaise de Torbay: «Sur une période de six semaines, à l’été 1996, quinze témoins distincts ont rapporté avoir vu ce qu’ils ne pouvaient décrire que comme un singe à face verte, courant à travers les bois. Certes, certaines des descriptions étaient assez vagues, mais la plupart des témoins ont raconté avoir vu un animal sans queue, d’environ quatre à cinq pieds de haut, avec un visage plat et vert olive qui traverserait les bois et serait parfois vu se balancer à travers. les arbres. Maintenant, pour moi du moins, cela ressemble à une forme d’humain primitif, mais encore une fois, bien sûr, de telles choses ne peuvent tout simplement pas exister dans ce pays – et pourtant elles semblent exister. Et cette région – Devon, Somerset et Cornwall – est riche de telles histoires, vous savez.

En novembre 2008, une histoire extrêmement étrange a surgi de Wanstead – une banlieue de l’arrondissement de Londres. Selon le témoignage d’un témoin, une petite créature de type Bigfoot aurait été vue errant dans la forêt d’Epping, une zone de 2476 hectares de forêt qui, du moins par son nom, a été mentionnée pour la première fois au 17ème siècle, mais qui existe depuis le néolithique et qui , dans le 12 èmeCentury, a été désignée forêt royale par le roi Henri III. Neil Arnold décrit comment cette histoire assez étrange a commencé: «L’animal a été aperçu pour la première fois début novembre par le pêcheur à la ligne Michael Kent, dix-huit ans, qui pêchait avec son frère et son père dans la région de Hollow Ponds d’Epping Forest, à la frontière de Wanstead. et Leytonstone. L’adolescent a affirmé qu’en marchant vers ses frères, il a entendu un bruissement dans les buissons et a vu le dos d’un animal noir et poilu d’environ quatre pieds de hauteur, qui s’est enfui dans les bois.

À la lumière de ce qui précède, les «petits gens» ne sont peut-être pas partis, après tout. Ils pourraient juste être encore avec nous; bien qu’en grande partie furtive.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : MYSTERIOUSUNIVERSE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *