Quand les sorcières ont brûlé: 5 procès de sorcières les plus infâmes de l’histoire

«Au mot sorcière, nous imaginons les horribles vieux crones de Macbeth. Mais les cruelles épreuves subies par les sorcières nous apprennent le contraire. Beaucoup ont péri précisément parce qu’ils étaient jeunes et beaux. – André Breton

Une «chasse aux sorcières» est désormais un terme associé aux coupables ou aux criminels lorsqu’il n’y en a pas. Ils sont associés à de fausses accusations et à des exagérations. Cela découle (évidemment) de véritables chasses aux sorcières qui ont eu lieu plus tôt dans le développement de la société. Bien sûr, il est facile de discréditer ces procès aux sorcières maintenant, ces chasses aux sorcières semblent appartenir au passé, mais il existe des parallèles qui peuvent être établis avec les problèmes d’aujourd’hui. Il faut s’en souvenir, sinon nous risquons de répéter des actes similaires de condamnation injuste.

Essais de sorcières basques (ci-dessus)

Les procès des sorcières basques ont eu lieu en Espagne lors de l’Inquisition espagnole au 17ème siècle et sont communément reconnus comme la plus grande chasse aux sorcières de l’histoire, avec plus de 7000 cas en cours d’examen à la fin. On ne sait pas pourquoi la chasse aux sorcières a commencé, car il n’y avait aucun rapport de sorcellerie dans la région avant le début des procès. Le raisonnement peut être attribué au fait que l’Église tente de supprimer les vieilles coutumes et de mettre le catholicisme au monde. Il y a eu plusieurs phases, la première se terminant par l’incendie de 12 sorcières condamnées. Alors que la chasse se poursuivait, environ 2 000 personnes, dont beaucoup d’enfants, ont avoué être des sorcières et en ont impliqué 5 000 autres. Presque toutes les personnes qui ont avoué par la suite se sont rétractées, affirmant que leurs aveux étaient le résultat de la torture.

Sorcières de Berwick

Quand les sorcières ont brûlé: 5 procès de sorcières les plus infâmes de l'histoire
Les sorcières de North Berwick rencontrent le diable dans le kirkyard local. Via les médiévistes .

Les procès pour sorcières de North Berwick ont ​​commencé à la fin des années 1500 en Écosse et ont duré plus de deux ans, se terminant par 70 personnes accusées d’avoir conclu des «pactes avec le diable». Cela a commencé lorsque le roi James VI, à son retour du Danemark, a rencontré une tempête. Un officier du navire a attribué le mauvais temps à la sorcellerie. Des chasses aux sorcières ont été lancées au Danemark, mais ont rapidement déménagé en Écosse lorsque les implications ont commencé à pointer vers les femmes écossaises. À partir de là, ces épreuves se sont déroulées comme de nombreuses épreuves de sorcières. Une personne serait torturée, admettrait finalement être une sorcière et nommait ensuite d’autres conspirateurs; rincer et répéter. Beaucoup ont été accusés et beaucoup ont été brûlés sur le bûcher, tout cela parce que le roi James VI avait fait un trajet saccadé vers le Danemark.

Matthew Hopkins Le général de recherche de sorcières

Quand les sorcières ont brûlé: 5 procès de sorcières les plus infâmes de l'histoire
Frontispice de La découverte des sorcières de Matthew Hopkins (1647), montrant des sorcières identifiant leurs esprits familiers. Via wikipedia .

Matthew Hopkins est l’un des chasseurs de sorcières les plus accomplis de l’histoire. On pense que Hopkins et son équipe sont responsables d’environ 60% des exécutions de sorcières en Angleterre entre 1644 et 1646. On dit que Hopkins a commencé sa croisade quand il a entendu des femmes discuter de leurs réunions avec le diable. Il n’a pas techniquement torturé les aveux des femmes qu’il accusait. La torture était illégale en Angleterre, il a donc développé ses propres méthodes d’identification des sorcières. Il a utilisé la privation de sommeil pour obtenir des aveux et a piqué l’accusé avec un couteau émoussé. S’ils ne saignaient pas, ils étaient considérés comme des sorcières. Il a également utilisé la technique de flottement, à savoir que si une personne flottait dans l’eau, elle était alors une sorcière. L’accusé serait attaché à une chaise et jeté dans le lac. Une autre caractéristique d’identification était la marque du diable. Il s’agissait généralement d’une taupe ou d’une tache de naissance, mais si aucune n’était évidente, il pouvait également y avoir des marques «invisibles». Hopkins mourut en 1647, probablement de la tuberculose. Il est théorisé qu’il a été soumis à son propre test flottant puis exécuté en tant que sorcier, mais il n’y a pas beaucoup de preuves à l’appui de cette affirmation.

Pendle Witch Hunt

Quand les sorcières ont brûlé: 5 procès de sorcières les plus infâmes de l'histoire
Pendaison des sorcières Pendle. Via tudortimes .

Les pendaisons de 1612 Pendle Hill sont créditées pour avoir déclenché la chasse aux sorcières à travers l’Angleterre. Cela a commencé quand Alison Device a demandé une épingle à un colporteur du nom de John Law. Law a refusé, mais est devenu peu après paralysé d’un côté. Il a attribué cela à la sorcellerie de la part de Device, et Device a finalement avoué avoir conclu un pacte avec le diable. Device a ensuite accusé un membre de Old Chattox, une famille rivale, d’être une autre puissante sorcière. Les accusations allaient et venaient, et 19 personnes ont finalement été arrêtées pour sorcellerie. À la fin, dix personnes ont été exécutées pour sorcellerie, et cela a commencé une tendance plus large de chasse aux sorcières à travers l’Angleterre. Pendle Hill est considérée comme le Salem d’Angleterre, car il existe maintenant de nombreux touristes liés aux sorcières dans la région.

Les procès des sorcières de Salem

Quand les sorcières ont brûlé: 5 procès de sorcières les plus infâmes de l'histoire
Procès des sorcières de Salem – Procès de George Jacobs. Via womenshistory .

Les procès de sorcières de Salem sont probablement les plus célèbres des cas de chasse aux sorcières de cette liste, et restent un rappel de ce qui peut arriver si l’hystérie se déchaîne dans une société. Les événements ont commencé avec Abigale Williams, 11 ans, et Betty Paris, 9 ans, qui subissaient des crises jugées trop extrêmes pour être épileptiques. Le médecin n’a pu trouver aucune maladie physique et a remarqué un comportement étrange similaire chez d’autres filles du quartier. Le groupe de filles affligées a accusé trois femmes d’être leurs bourreaux: Sarah Good, Sarah Osborne et Tituba. Les trois ont été positionnés comme des parias de la société, et correspondent au projet de loi comme des «suspects habituels» dans un tel cas. De là, l’accusation est devenue incontrôlable, 20 personnes étant exécutées à la fin mai 1693. Ces procès restent un rappel de ce qui peut arriver lorsque l’extrémisme religieux et les fausses accusations se déchaînent.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : OCCULTMUSEUM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *