L’enlèvement extraterrestre du policier Herbert Schirmer

Que vous le croyiez ou non, l’histoire suivante est fascinante. Peut-être qu’un jour les gouvernements du monde nous diront ce qu’ils savent… s’ils le savent.

Mais nous devons adhérer au fait qu’il y a de nombreuses rencontres d’OVNI et d’extraterrestres observées par des témoins oculaires crédibles de différentes professions à travers le monde, par exemple, des pilotes de chasse, des pilotes commerciaux, du personnel militaire, d’anciens présidents, des astronomes, des astronautes, et oui, par des policiers comme Herbert Schirmer.

C’était une nuit froide le 3 décembre 1967 et il faisait particulièrement froid à 2 h 20 du matin à Ashland Nebraska.

Herbert Schirmer était un jeune patrouilleur de 22 ans effectuant les rondes habituelles. Les rues étaient à peu près vides, les commerces locaux étaient tous fermés. Tout le monde était niché dans des lits couverts de couvertures. Il passa devant la seule entreprise ouverte aussi tard dans la nuit, une station-service sur l’autoroute 6. Il n’y avait, comme d’habitude, pas de clients.

Il remarqua alors quelque chose d’étrange au loin. Cela ressemblait à des feux rouges clignotant sur un gros camion. Était-ce une ambulance? Une dépanneuse? Qu’est-il arrivé? Il a roulé sur l’autoroute 63 jusqu’à ce qu’il arrive sur les lieux avec ses phares maintenant allumés en feux de route. Ce n’était certainement pas un camion.

Les feux rouges qu’il avait vus clignoter provenaient de hublots de forme ovale découpés dans ce qui semblait être un objet métallique de forme ovale qui planait à environ huit pieds au-dessus de la surface de la route.

Avec un gémissement aigu et une flamme bleue venant de dessous, l’OVNI s’est levé et a décollé, laissant un Schirmer à la bouche ouverte se lever et le regarder. Il fut surpris de constater qu’une demi-heure s’était écoulée – cela ne semblait que 10 minutes. Il a commencé à se sentir malade et a remarqué une marque rouge sous son oreille.

Il regarda par sa fenêtre et dans ses miroirs mais remarqua que l’objet était si rapide qu’il ne savait pas où il allait. Décidant de ne pas l’appeler, mais à cause de ce qu’il a vu, il est retourné au poste de police.

Il est revenu en voiture et en quelques minutes est arrivé à la gare pour faire son rapport. Il jeta un coup d’œil à l’horloge de la gare pour noter l’heure. Il était 3 heures du matin et il était déconcerté qu’il lui ait fallu, ce qu’il croyait être de simples minutes pour rentrer à la gare, mais toutes les horloges indiquaient que le temps était passé.

Il a décidé qu’il ne retournerait au travail que le lendemain.

Des mois passèrent et l’armée de l’air américaine apprit qu’un patrouilleur avait vu une soucoupe volante et que son témoignage oculaire était valide. La Commission Condon de l’Université du Colorado, qui était chargée à l’époque d’enquêter et de discréditer principalement les rapports d’OVNI, lui a demandé de venir à Boulder Colorado pour raconter sa rencontre avec les OVNIS.

Son cas était l’un de ceux qui ont fait l’objet d’une enquête dans le rapport Condon. Il s’est envolé pour Boulder, Colorado et un psychologue l’a hypnotisé, et il s’est souvenu que des extraterrestres étaient sortis de l’engin. Il a été examiné sous hypnose par le psychologue Dr R. Leo Sprinkle de l’Université du Wyoming le 13 février 1968.

Sous hypnose, il rapporta qu’il avait vu un objet blanc flou qui sortait de ce qu’il avait d’abord confondu avec un camion à cause des lumières rouges clignotantes. L’objet blanc communiquait mentalement avec lui, l’empêchant de tirer son arme.

Ils mesuraient environ 1,50 mètre, avaient une tête longue et mince, des yeux fendus qui ne clignotaient jamais, un nez plat et pas de lèvres. Ils cherchaient de l’électricité à une centrale électrique voisine. Schirmer a visité le navire et on lui a dit que les êtres venaient d’une galaxie proche et avaient des bases sur Vénus ainsi que sur terre, au large des côtes de Floride et d’Argentine.

Les êtres étaient amicaux et voulaient aider les humains, ont-ils dit, mais attendaient que les terriens soient plus habitués à l’idée d’extraterrestres avant de sortir au grand jour. Le chef a dit à Schirmer de ne rien dire sur ce qu’il avait vu et qu’il serait recontacté deux fois. Quand ils sont partis, Schirmer ne s’est souvenu de rien.

Un détail intéressant dans ce cas est le rapport de Schirmer sur les serpents ailés représentés sur les combinaisons spatiales. Au moins trois autres rencontres rapprochées décrivent le même emblème ou un emblème similaire. C’est particulièrement étrange parce qu’un serpent ailé est une image familière dans la mythologie terrestre.

La conclusion de la commission était «L’évaluation des tests d’évaluation psychologique, le manque de preuves et les entretiens avec le patrouilleur, ont laissé le personnel du projet sans confiance que l’expérience OVNI rapportée par le soldat était physiquement réelle. Sprinkle pensa que Schirmer croyait ce qu’il disait et n’inventait pas consciemment l’histoire.

Lorsque Schirmer est retourné à ses fonctions à Ashland, le chef de la police Wlaskin a démissionné et Shirmer a été nommé nouveau chef de la police. Mais quand les habitants de la ville ont ridiculisé Schirmer à cause de son expérience d’OVNI, ils l’ont pendu en effigie comme une expression qu’ils ne le croyaient pas.

Sa voiture de patrouille a ensuite été dynamitée, ses pneus ont été entaillés et un pare-brise a été cassé sur sa voiture. Pour aggraver son malheur, sa femme l’a quitté.

Il a déclaré: «Je donnais à quelqu’un un ticket de circulation et ils me regardaient, riaient et déchiraient le ticket. Que pouvais-je faire? », A déclaré Schirmer dans une interview à son domicile.

Pour cette raison, il n’a pas été en mesure de s’acquitter correctement de ses fonctions et a démissionné deux mois plus tard. Mais malgré le ridicule et le malheur, Schirmer est obstinément collé à son histoire depuis 1967 et se sent prêt à la raconter au monde, quoi qu’il arrive.

Cherchant un soulagement de ses problèmes psychologiques, il subirait d’autres régressions hypnotiques en juin 1968. L’hypnotiseur Loring G. Williams dirigea les séances, qui révélèrent beaucoup plus de détails sur sa rencontre avec l’OVNI. Il y aurait deux livres écrits sur ses expériences, «Dieux, démons et chars spatiaux» et «Dieux et démons de l’espace extra-atmosphérique» par Eric Norman.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *