La légende d’Abhartach : Le vampire irlandais

Abhartach était prétendument un ancien dirigeant d’un petit royaume datant du 5ème ou 6ème siècle qui bordait ce qui est maintenant la ville de Garvagh, en Irlande.

Selon la légende locale, Abhartach se lève de sa tombe pour boire le sang de ses sujets. Bien que très probablement une légende folklorique, elle a été écrite comme une histoire réelle dans Foras Feasa ar Eireann (Une histoire générale de l’Irlande) du Dr Geoffrey Keating entre 1620 et 1631, ce qui en fait peut-être la plus ancienne histoire de vampire écrite en Europe occidentale.

Il a ensuite été réimprimé en 1880 dans Une histoire de l’Irlande par Patrick Weston Joyce et, il a été suggéré, le chef celtique Abhartach pourrait avoir été le prototype de la figure de vampire classique de Bram Stoker, Dracula.

Au cours des 5e et 6e siècles, dans la région du nord de Derry, entre les villes de Garvagh et de Dungiven, un district connu sous le nom de Glenuilin (glen of the eagle) était un patchwork de petits royaumes, chacun avec son propre dirigeant local ou «  roi  ».

Ces rois n’étaient peut-être guère plus que des chefs de guerre tribaux et il existe de nombreuses preuves de leur domination, car la campagne est parsemée de forts de colline, d’anciens raths et de premières fortifications qui ont marqué leurs territoires respectifs.

Abhartach, selon la tradition, était l’un de ces chefs. Il était petit (peut-être déformé) mais dit être un puissant magicien et un monarque tyrannique. Il était détesté par ses sujets qui souhaitaient se débarrasser de lui, mais ils avaient trop peur pour le tuer eux-mêmes à cause de ses prétendus pouvoirs magiques.

Ils ont donc amené un autre chef nommé Cathain d’un royaume voisin pour faire le travail à leur place. Le nom «Cathrain», ou «Catháin» est l’un des ancêtres de la famille O’Kane.

Cathain a tué le tyran et l’a enterré debout comme il convenait à un chef celtique. Mais le lendemain, Abhartach était de retour, exigeant un bol de sang des poignets de ses sujets afin, dit le conte, de «soutenir son vil cadavre».

Cathain revint, le tua et le réenterra, mais le lendemain, le terrible cadavre était de retour, exigeant le même hommage sanglant. Cathain a alors consulté un saint chrétien au lieu d’un druide. On lui a dit qu’Abhartach n’était pas complètement mort, ni ne pouvait être tué, à cause de ses pouvoirs magiques.

Il faisait partie des marbh bheo (morts-vivants) qui tourmenteraient son peuple à moins qu’il ne soit suspendu. Cathain pouvait le faire en le tuant avec une épée en bois d’if, en l’enterrant à l’envers, en plaçant des épines autour de sa grâce et une grande pierre directement sur lui.

Cathain a fait tout cela, allant même jusqu’à construire une lixiviation ou un sépulcre sur la tombe. Ce monument a donné son nom à la ville située à l’extérieur de Garvagh: Slaghtaverty (lixiviation d’Abhartach).

Aujourd’hui, le sépulcre a disparu, bien qu’il soit dit qu’il reste une pierre angulaire massive sur le site de sépulture réel. Un arbre y a poussé aussi – soi-disant à partir des épines d’origine, bien que cette croissance soit beaucoup plus jeune.

Un gros rocher avec deux plus petits à côté gisait sur le sol sous l’arbre, probablement les restes du dolmen. Un cercle de boue rouge entourait son tronc, le diamètre exact de l’arbre.

La tombe du premier vampire enregistré, à Garvagh, Co Derry aujourd’hui (photo de Paul McAuley.)

L’herbe avait cessé de pousser ici. Le terrain environnant est considéré comme un «mauvais terrain» et a changé de propriétaire à plusieurs reprises et les résidents locaux ne s’approcheront pas de l’endroit après la tombée de la nuit, même aujourd’hui. Dans la région, ils parlent encore de «l’homme qui a été enterré trois fois».

En 1997, des tentatives ont été faites pour défricher la terre; Conformément au folklore, les ouvriers qui ont tenté d’abattre l’arbre épineux qui traversait la tombe d’Abhartach auraient vu leur tronçonneuse défectueuse trois fois. Tout en essayant de soulever la grande pierre, une chaîne d’acier s’est cassée, coupant la main de l’un des ouvriers, et de façon inquiétante, permettant au sang de pénétrer dans le sol.

La tombe d’Abhartach est maintenant connue sous le nom de Slaghtaverty Dolmen, et est localement appelée «la tombe du géant». Il comprend un gros rocher et deux petits rochers sous une aubépine. Le dolmen est situé dans le township de Slaghtaverty (irlandais: Sleacht Aibheartaigh), juste au nord de Maghera dans le comté de Londonderry.

Sources: Encyclopédie des morts-vivants: «Un guide de terrain sur la créature qui ne peut pas reposer en paix» par le Dr Bob Curran; Mysterious World: Ireland par Ian Middleton et Douglas Elwell

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANOMALIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.