Le mystérieux dragon d’eau du lac Chelan

Niché dans la nature sauvage et accidentée du comté de Chelan, dans le centre-nord de l’État de Washington, se trouve une étendue d’eau de près de 60 miles de long appelée le lac Chelan. Autrefois considéré comme le plus grand lac naturel de Washington avant la construction du barrage du lac Chelan en 1927, il s’agit d’une majestueuse étendue d’eau profonde plongeant à des profondeurs froides , et avec son emplacement comme une sorte de porte d’entrée vers le Le parc national des North Cascades est une région très populaire pour la pêche, la navigation de plaisance, le camping, la randonnée et toutes sortes d’activités de plein air. Pourtant, ce dont beaucoup de ces amateurs de loisirs ne sont peut-être pas conscients, c’est que ces profondeurs ont d’étranges légendes et que l’on a longtemps dit qu’elles étaient rôdées par une sorte de dragon aquatique.

Depuis des temps sans souvenir, une légende persistante entourant le lac racontée par les autochtones remontant à des siècles est qu’il est sans fond dans certaines parties, ce qui est l’une des raisons pour lesquelles le lac a gagné son nom de «Deep Lake», ou Tsi-Laan , d’où vient «Chelan» de. On a dit qu’à certains endroits du lac, l’eau descendait à l’infini, qu’une ligne pouvait être lâchée et n’atteindrait jamais aucun fond, et que de telles histoires feraient effectivement le tour des temps modernes. Un universitaire de l’Université de Washington, Henry Person, a écrit un jour dans la revue Western Folklore en 1960:

De plusieurs informateurs largement dispersés, j’ai entendu dire que «tout le monde sait depuis longtemps qu’il n’a pas de fond. . . Pendant la guerre, la marine testait des équipements de sonar là-bas, et ils ont essayé encore et encore avec l’équipement le plus récent et le plus moderne pour trouver la profondeur. Mais ils n’ont jamais eu d’écho – aucun fond jamais enregistré sur la machine.

Lac Chelan

Non seulement on disait qu’elle était d’une profondeur incommensurable, mais les indigènes ont également parlé de vastes réseaux de cavernes sous-marines qui s’étendaient jusqu’à la mer et qui contenaient divers mystères. On disait que ces grottes et cavernes abritaient une immense bête sous-marine qu’ils appelaient N’hah’hahat’q , qui était considérée comme un type d’esprit de l’eau maléfique. Il y avait beaucoup d’histoires de la colère des N’hah’hahat’q, et il a été dit de diverses manières d’arracher les gens ou le bétail du rivage, de faire fuir les poissons afin qu’ils ne puissent pas être capturés, et même de sortir de l’eau. se déchaîner sur la destruction de villages. Cette créature était si redoutée que les autochtones s’aventuraient rarement sur l’eau, et il y avait même une tentative de barrage du lac dans le but de le régner. Cela n’a pas fonctionné.

Plus tard, lorsque des colons extérieurs sont arrivés, la mythologie du lac s’est répandue, avec des histoires surgissant de ces cavernes contenant des trésors perdus, et bien sûr les histoires de monstres ont continué. Une histoire persistante sur la bête apportée par les premiers colons et explorateurs implique un coffre au trésor qui a été amené ici par bateau de Fort Augustus, en Écosse en 1812. Selon l’histoire, l’équipage a connu une violente tempête au large de Washington, et ils a réussi à se retrouver dans le lac Chelan, bien que ce ne soit jamais vraiment expliqué. Au cours de la tempête, le coffre au trésor a apparemment été emporté par-dessus bord et perdu, le capitaine tombant également par-dessus bord. C’est alors que deux femmes mystérieuses qui avaient été chargées de regarder le coffre ont sauté dans l’eau après, apparemment des nageoires et des queues de poisson quand elles ont frappé l’eau, avant que l’un d’eux ne poursuive le coffre qui coulait et que l’autre vienne sauver le capitaine. Le capitaine a survécu, la sirène le mettant en sécurité, tandis que le coffre était caché dans l’une des nombreuses cavernes du lac. La sirène a alors ouvert le coffre pour révéler qu’il n’y avait pas d’or et d’argent, mais plutôt un gros œuf, l’œuf d’un dragon d’eau, qui a éclos pour libérer la bête.

Des observations de quelque chose de grand et de reptilien dans le lac ont fait surface sporadiquement, avec des descriptions allant de celle de ce qui ressemblait à un crocodile géant à quelque chose de plus proche de Nessie du Loch Ness, et certains affirmant même qu’il avait des ailes et pouvait voler. Bien que pour la plupart des histoires de feu de camp effrayantes, le 2 décembre 1892, une histoire plutôt spectaculaire allait faire l’actualité. Selon un article du Daily Picayune intitulé «Un monstre amphibie», trois hommes se trouvaient au bord du lac lorsque la créature a émergé pour les attaquer, réussissant à entraîner l’un d’entre eux dans les profondeurs. Le rapport se lirait:

Alors que trois voyageurs se trouvaient à l’extrémité supérieure du lac Chelan récemment, l’un d’eux est allé se baigner dans l’eau. Il a été saisi par le pied par un monstre marin [sic] et a été entraîné dans les eaux profondes, lorsque ses cris ont attiré l’attention de ses compagnons, qui sont venus à son secours. Ils l’ont tiré à terre, le monstre suspendu à son pied. Il avait les jambes et le corps d’un alligator et la tête et les yeux d’un serpent. Entre ses pattes avant et arrière se trouvaient de grandes ailes nervurées. Les hommes ont essayé d’arracher le monstre du pied de leur compagnon, et ont finalement essayé le feu, ce qui a eu pour effet de faire monter soudainement l’animal dans les airs, emmener sa victime avec lui et finalement atterrir dans le lac, où les deux ont disparu. de vue.

Des observations et des histoires étranges se poursuivraient bien dans les années suivantes, et un rapport particulièrement étrange vient de 1945. Cette année, un autobus scolaire s’est tragiquement écrasé dans le lac, tuant tout le monde à bord, après quoi une équipe de plongeurs a été envoyée pour enquêter. Ces plongeurs auraient rencontré un «énorme type d’ombre sombre» qui tournait autour d’eux à environ 200 pieds plus bas. Apparemment, les plongeurs ont été tellement perturbés par la vue que l’un d’eux a refusé de rentrer, et on se demande ce que cela aurait pu être. Il nous reste à nous demander ce qui se passe dans ce lac isolé. Y a-t-il quelque chose ici dans un certain sens, biologique ou non, ou est-ce juste des légendes et du folklore? Le mystère demeure.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : MYSTERIOUSUNIVERSE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *