Hantologie: comment les fantômes de notre passé hantent notre avenir

Nous nous asseyons tous parfois et pensons affectueusement au passé. Nous avons tous nos propres «bons vieux jours» où nous souhaitons que tout puisse revenir. Parfois, quand quelqu’un écoute, nous parlons de notre passé, des choses qui nous sont arrivées, et les revivons, invitant nos auditeurs à faire de même. Mais ces passés, ces bons vieux jours, ces histoires existent-ils vraiment? Et si nos souvenirs sont inexacts ou si le passé semble meilleur qu’il ne l’était vraiment? Et si nous nous souvenions juste des fantômes?

Cette préoccupation a influencé le théoricien et philosophe français Jacques Derrida, ce que l’on peut voir dans son livre de 1993 Spectres of Marx. Derrida croyait que dans tous les aspects de la vie humaine, nous poursuivons des choses et des idées qui ne sont ni présentes, ni absentes, ni vivantes, ni mortes. C’est parce que nous construisons tous le monde autour de nous de différentes manières, et comme des forces extérieures influencent nos façons de penser, nous finissons par croire en des choses dont on ne peut pas dire qu’elles existent dans la réalité, mais qui existent subjectivement, comme des fantômes. Par exemple, nous idéalisons le passé lorsque nous en discutons avec nostalgie. Parce que généralement, nous oublions les expériences négatives qui se sont produites pendant une période positive et, en nous souvenant de cette période, nous exagérons à quel point cela était positif. Cela signifie que nous finissons par discuter d’un passé qui ne s’est jamais produit et qui est inaccessible – nous finissons par discuter d’un fantôme, qui est la tendance humaine Derrida à la «hantologie».

La hantologie est un concept influent qui résume la façon dont de nombreux philosophes pensent l’art (l’art, après tout, crée quelque chose qui n’existe pas), mais la hantologie elle-même est devenue une sorte de mouvement esthétique. Cela a été bien documenté en ligne il y a dix ans. Mais considérez comment les gens, peut-être même vous, sont attirés par les photos de centres commerciaux abandonnés et comment les enquêteurs peuvent pénétrer dans les vieux bâtiments pour vérifier les activités paranormales. Mais pensez également à toutes les différentes applications que vous pouvez télécharger sur votre téléphone pour prendre une photo qui ressemble à un daguerréotype ou à un Polaroid. Et si vous avez déjà lu la nouvelle de John Updike «A&P», vous avez également vu le lien commun entre ces choses: une nostalgie persistante pour le présent et un refus d’abandonner l’avenir.

Le sentiment hantologique s’exprime de plusieurs manières. Un bon moyen de se faire une idée de l’esthétique hantologique est de visiter une maison historique, dit l’un des Edgar Allan Poe, et de voir comment les conservateurs ont préservé une vie, un espace de vie, en tant que musée. Ou vous pouvez voir la cellule d’Al Capone dans le pénitencier de l’État de l’Est, où il a été récemment découvert que la radio affichée était un modèle créé plus tard que lorsque Capone lui-même était détenu. Ou vous pouvez aller au port de Boston et participer à la Boston Tea Party à bord d’une réplique de bateau. Non seulement toutes ces expériences préservent un lieu comme son propre fantôme à chasser, mais elles préservent les gens eux-mêmes en tant que fantômes. Et bien sûr, tous ces fantômes reçoivent des costumes particuliers en fonction du jugement de leurs conservateurs – alors quand nous allons à Independence Hall, nous allons voir le fantôme que nous avons créé dans nos têtes, et le faisons à l’intérieur d’un fantôme,

Bien entendu, ces impulsions ne se limitent pas à l’histoire américaine. Helsinki préserve Suomenlinna, un ancien fort insulaire contrôlé par les Suédois, puis les Russes, puis enfin les Finlandais. Mais Helsinki préserve également Seurasaari, un musée en plein air qui se concentre sur les vieux bâtiments en bois qui ont été transplantés de toute la Finlande mais aménagés comme un véritable village colonial.

L’obsession des fantômes est quelque chose que nous comprenons ici. Mais peut-être que vous créez vos propres fantômes sans vous en rendre compte. Participez-vous aux foires de la Renaissance? Utilisez des platines anciennes? Utilisez-vous des filtres sépia sur vos photos numériques? Aimez-vous les blogs qui affichent des captures d’écran d’anciens sites Web de GeoCities? Mais la hantologie est plus profonde que la simple nostalgie. Vous avez peut-être eu une interaction avec une célébrité vivante et posté à ce sujet en ligne. Ou peut-être avez-vous écrit une critique de film après avoir vu sa première. Les filtres sépia ne sont même pas nécessaires; une photographie elle-même capturera toujours un fantôme, car elle a été prise à travers votre œil et votreexpérience subjective. Et si vous prenez une photo d’une maison, par exemple, et la mettez en ligne, cela crée également un autre fantôme pour quiconque voit et se souvient de votre photo plus tard.

La hantologie ne se limite pas aux seuls médias visuels ou écrits; la musique elle-même est tout aussi susceptible d’être hantée par ses propres fantômes. Pensez à l’utilisation d’un logiciel d’échantillonnage de morceau et de réglage automatique. Certains groupes incorporent le «son trouvé» dans leurs chansons, et d’autres utilisent des instruments cassés ou une technologie d’enregistrement pour créer des «problèmes» qu’ils incorporent à leur musique. They Might Be Giants, pour leur chanson «I Can Hear You», enregistrée avec du matériel ancien (dans ce cas, la chanson a été interprétée sans électricité et enregistrée sur un cylindre de cire). Le son n’est donc pas la seule chose qui devient spectrale. Mais il est intéressant de noter que la «hantologie» a été utilisée pour nommerun genre de musique caractérisé par des rythmes lents et électroniques, une sensation de bourdonnement et de creux, et un registre esthétique unique s’inspirant, vous l’aurez deviné, d’une nostalgie du passé et du futur. À juste titre, le genre est notamment associé au label Ghost Box, donc si vous êtes intéressé par le son de la hantologie, vous voudrez peut-être commencer par là.

Si vous regardez assez attentivement, vous pouvez trouver le hantologique dans presque tout. Des sites Web comme The Occult Museum et Atlas Obscura se consacrent à la hantologie de différentes manières. Les podcasts peuvent faire de même, avec Serial et 99% Invisible apportant leurs propres tours uniques au défi. De plus, nous nous engageons et créons nous-mêmes le hantologique assez fréquemment, sans même nous en rendre compte. Le vieux cliché selon lequel «il y a des fantômes tout autour de nous» est bien plus vrai qu’il n’y paraît.

Alors, combien de fantômes portez-vous à l’intérieur de vous?

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : OCCULTMUSEUM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *