Le moine noir de Pontefract: le poltergeist le plus violent d’Angleterre

Cette résidence anglaise modeste abrite-t-elle le poltergeist le plus violent d’Europe?

La simple mention de l’ Amityville Horror House  est effrayante. Beaucoup considèrent l’équivalent de l’Angleterre comme la Black Monk House, qui délivre une peur tout aussi sinistre. Selon la tradition locale, le poltergeist le plus violent d’Europe réside dans cette maison sans prétention au sommet d’une colline à Pontefract, dans le West Yorkshire.

L’activité paranormale documentée a commencé en 1966, lorsque la famille Pritchard a emménagé: les parents Joe et Jean, leurs enfants Diane, 12 ans, et Phillip, 15 ans, et la mère de Jean, Sarah. Un locataire nommé Fred vivait également dans la maison.

Puis, une nuit, Joe et Jean ont eu une idée de l’identité de l’esprit lorsqu’une apparition sombre portant des robes de moine flottantes est apparue au-dessus de leur lit.

L’entité a d’abord fait connaître sa présence à Sarah et Phillip, qui étaient seuls à la maison pendant que le reste de la famille était en vacances d’été. À leur grande surprise, de la poussière de craie a commencé à pleuvoir, apparemment de nulle part, et des flaques d’eau se sont accumulées sur le sol. Alors que Sarah essayait de sécher les piscines, d’autres apparurent.

L’activité s’est rapidement intensifiée. Des membres de la famille Pritchard ont vu des lumières scintiller, des plantes en pot dévaler les escaliers, une substance verte mousseuse suintant du robinet et des barres obliques déchirant les images.

Le moine noir de Pontefract: le poltergeist le plus violent d'Angleterre
[Image via 30eastdrive.com ]

La presse locale a eu vent de l’événement, en a rendu compte en 1968 et a surnommé la force supposée à l’intérieur de la maison: «M. Personne. » Le public, quant à lui, sentait un canular; beaucoup croyaient que les Pritchards inventaient tout. Pourtant, à mesure que les jours passaient, les événements autrefois bénins du 30 East Drive devenaient de plus en plus sinistres. Le poltergeist est devenu agressif, giflant parfois les visages et bousculant les membres de la famille. Dans un cas particulièrement violent, Diane aurait été traînée dans les escaliers et étranglée.

Les Pritchard ont finalement demandé l’aide de l’Église catholique. Un prêtre a exécuté un exorcisme, qui ne semblait que mettre en colère le démon. Terrifiée, la famille se demande qui – ou quoi – pourrait terroriser la maison.

Puis, une nuit, Joe et Jean ont eu une idée de l’identité de l’esprit lorsqu’une apparition sombre portant des robes de moine flottantes est apparue au-dessus de leur lit.

À ce stade, les enquêteurs paranormaux se sont intéressés. L’un, en particulier, s’est penché sur l’histoire tumultueuse de la propriété pour obtenir des réponses sur ce «moine noir».

L’enquêteur Tom Cuniff a mis au jour un passé troublé. Des guerres civiles ont eu lieu à Pontefract: le roi Richard II avait été assassiné au château de Pontefract en 1400. La maison Pritchard était située juste en face de la potence de la ville, et entre 1090 et 1539 il y avait un monastère à proximité immédiate de la maison .

Le moine noir de Pontefract: le poltergeist le plus violent d'Angleterre
[Image via 30eastdrive.com ]

Plus inquiétant encore, Cuniff découvrit qu’au 16ème siècle, il y avait un moine clunisien qui avait été mis à mort dans cette potence pour avoir tué et violé une jeune fille. C’était peut-être l’esprit de cette sinistre figure qui était revenue terroriser les Pritchards.

À partir de ce moment-là, 30 East Drive est devenue connue sous le nom de Black Monk House.

Après des années de tourment, les Pritchard ont finalement déménagé. Les nouvelles des hantises ont pratiquement cessé. Puis, en 2012,  When the Lights Went Out sort en  salles. Le film, basé sur les événements de la Black Monk House, a ravivé l’intérêt pour l’affaire. Les enquêteurs paranormaux et les visiteurs ont afflué à la Maison du moine noir, dans l’espoir de rencontrer la force sinistre derrière les événements présumés.

Une activité d’un autre monde est toujours signalée à la maison. Les chercheurs paranormaux Nick Groff et Katrina Weidman ont récemment passé un record de 100 heures dans la région hantée pour leur série Paranormal Lockdown: The Black Monk House , diffusée la nuit d’Halloween sur TLC, de 21h à 23h. Au New York Comic Con, ils ont partagé leurs expériences.

Le simple fait d’entrer dans la maison a donné aux chercheurs un sentiment de terreur, ont déclaré les enquêteurs. À un moment donné de leur séjour, Weidman et Groff ont entendu un coup dans l’escalier. Lorsqu’ils sont allés enquêter, ils ont été alarmés de voir un couteau sur les marches.

Le moine noir de Pontefract: le poltergeist le plus violent d'Angleterre
[Image via 30eastdrive.com ] Prise lors d’une récente visite au 30 East Drive, est-ce le Black Monk ou une autre entité démoniaque?

Weidman se plaignit d’une terrible sensation qui lui faisait peser un poids, ainsi que de la sensation d’être dans des sables mouvants. Elle ressentait également une fatigue intense et le besoin de s’allonger et de se reposer fréquemment. Nick Groff a rappelé une rencontre au cours de laquelle une balle à domicile s’est déplacée d’elle-même. Il a demandé au poltergeist s’il pouvait déplacer le ballon, et il l’a fait. L’esprit lui parut innocent au début. Puis il se rendit compte que la famille Pritchard l’avait à l’origine rejeté comme innocent aussi – seulement pour le voir devenir violent.

Groff a partagé une autre découverte troublante avec le panel: Joe Pritchard est mort dans la salle de bain de la Black Monk House, apparemment en s’étouffant avec son propre vomi. Serait-ce le poltergeist – peut-être le même «moine noir» que les Pritchards avaient vu cette nuit-là – au travail?

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : OCCULTMUSEUM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *