Up In Smoke: La disparition des enfants Sodder

Un trajet en voiture à Fayetteville, en Virginie-Occidentale, est tout simplement inspirant. Des routes sinueuses traversent de sombres bosquets de sycomore et de cendres qui s’accrochent aux marches striées des Appalaches. Autour d’un virage, près de la communauté de Hawk’s Nest, se trouve une relique kitsch de l’Americana au bord de la route, le  Mystery Hole . En entrant dans Fayetteville même, vous traversez l’impressionnant pont de New River Gorge , une arche d’acier de 3030 pieds qui enjambe les eaux fraîches de la New River.

Mais pendant des décennies, les voyageurs arrivant à Fayetteville ont eu droit à un site beaucoup plus sombre: un panneau d’affichage représentant les photos de cinq enfants et un plaidoyer plaintif de leurs parents à la recherche d’informations sur leur sort.

L’explication officielle de la disparition des enfants Sodder – Maurice, Martha, Louis, Jennie et Betty, âgés de 5 à 14 ans – est qu’ils sont morts dans un incendie qui a consumé la maison de la famille Sodder la veille de Noël 1945. L’explication alternative entretenue par les parents Sodder, les enfants Sodder qui ont survécu à l’incendie et un réseau actif de détectives amateurs, c’est que les enfants ont été enlevés de la maison en feu en guise de représailles contre la famille.

George et Jennie Sodder étaient tous deux des immigrants italiens, bien que seul George, qui a immigré à l’âge de 13 ans, a passé un temps appréciable dans son pays d’origine. Le couple était un brillant exemple du rêve américain; George est passé de chemin de fer en Pennsylvanie à être propriétaire d’une petite entreprise de camionnage en Virginie-Occidentale. Lui et sa femme avaient 10 enfants et vivaient dans une maison de deux étages juste au nord de Fayetteville, où de nombreux immigrants italiens et leurs descendants s’étaient installés.

Up In Smoke: La disparition des enfants Sodder
(Image via firsttoknow ) Les enfants Sodder, de gauche à droite: Jennie, Martha, Maurice, Betty, Louis.

George était beaucoup de choses – un travailleur acharné, un père de famille dévoué – mais il n’a jamais hésité à partager ses croyances. Il a fréquemment discuté de sa désapprobation du dictateur fasciste Benito Mussolini, qui était considéré par certains Italo-Américains d’avant la Seconde Guerre mondiale comme un modèle de force qui avait rendu l’Italie à nouveau grande. Les disputes avec d’autres Italo-Américains étaient courantes et la famille a affirmé que pendant les années de guerre, George avait fait l’objet de menaces.

La veille de Noël 1945, la famille fêtait avec neuf de ses 10 enfants. La guerre était finie, ce qui signifiait que le fils aîné Joe reviendrait bientôt de l’armée. La fille Marion avait acheté des cadeaux pour les plus jeunes frères et sœurs Sodder avec un revenu d’un nouvel emploi. La nuit, cinq des enfants Sodder se sont retirés dans le grenier à l’étage pour se coucher.

Au milieu de la nuit, vers 1h du matin, Jennie Sodder s’est réveillée avec un coup sur le toit suivi d’un bruit de roulement. Elle s’est rendormie, mais s’est réveillée 30 minutes plus tard avec une odeur de fumée. Il ne fallut pas longtemps avant qu’elle découvre un feu brûlant dans une boîte à fusibles dans le bureau de George. Les lumières de Noël scintillaient encore dans le salon en bas, et les enfants dormaient encore dans le grenier.

George, Jennie, Marion, Sylvia, deux ans, et deux des plus vieux garçons Sodder se sont échappés de la maison; l’un de ces garçons, John Sodder, a d’abord affirmé qu’il était monté à l’étage pour réveiller ses frères et sœurs. Plus tard, il a changé de compte, disant qu’il n’avait fait que les appeler.

L’incendie n’aurait pas pu se produire à un moment plus désastreux. C’était Noël et le milieu de la nuit; la ville de Fayetteville a été fermée. De nombreux hommes locaux étaient encore dans l’armée et le service d’incendie était à peine doté.

De plus, une série de malheurs mystérieux ont rendu le sauvetage impossible. Une haute échelle, généralement stockée contre un mur extérieur, avait disparu. L’eau dans le baril d’eau était gelée et la ligne téléphonique était coupée. George Sodder a essayé de démarrer ses camions pour pouvoir se garer sous la fenêtre du grenier, grimper sur le toit et secourir les enfants. Mais les moteurs ne démarrent pas, malgré un bon fonctionnement plus tôt cette semaine. Désespérément, George a escaladé les murs et a cassé une fenêtre du grenier, lui coupant le bras dans le processus. Même encore, il ne pouvait pas atteindre la chambre à l’étage.

Le cœur brisé, la famille Sodder a regardé leur maison et, supposaient-ils, leurs cinq enfants brûler toute la nuit.

Up In Smoke: La disparition des enfants Sodder
(Image via smithsonian ) Dépliant sur les enfants Sodder.

Le service d’incendie n’est arrivé qu’à huit heures le lendemain matin. Une raison du retard? Le chef des pompiers de Fayetteville, FJ Morris, qui ne pouvait pas conduire le camion de pompiers de son propre service. Un examen superficiel de deux heures s’ensuit, même si les enquêtes sur les incendies durent souvent des jours, voire des semaines. Aucun os n’a été retrouvé et les Sodders ont appris que leurs enfants avaient dû être complètement brûlés. Plus tard, George Sodder, incapable de supporter la vue de sa maison en ruine, a enterré ce qui restait sous cinq pieds de terre d’un bulldozer.

Dans les semaines à venir, les Sodders en sont venus à croire que leurs enfants avaient en fait été kidnappés – peut-être par des membres de la mafia, qui en voulaient aux diatribes anti-Mussolini de George. L’échelle de la maison manquante a été retrouvée jetée dans un ravin voisin. Les enquêteurs ont conclu que l’incendie était le résultat d’un câblage défectueux, même si George a récemment fait recâbler la maison par un électricien et que les lumières de Noël sont restées allumées pendant que le feu brûlait. Un propriétaire d’hôtel à proximité a affirmé avoir accueilli d’étranges locataires voyageant avec un ensemble d’enfants. Après avoir discuté avec un employé du crématorium local, Jennie Sodder a déterminé qu’il n’y avait aucun moyen que les os des enfants aient pu être incinérés.

Les Sodders ont engagé un enquêteur privé, qui a rapidement mis au jour une piste choquante. Le chef des pompiers de Fayetteville, FJ Morris, avait apparemment trouvé un cœur parmi les cendres de la maison. Il a secrètement emballé le cœur dans une boîte et l’a ensuite enterré. Le pourboire a d’abord été avoué à un ministre, qui a confirmé le récit à George Sodder.

Lorsqu’il a été confronté à l’accusation, Morris a admis l’histoire. Il a emmené Sodder à l’endroit où il a enterré les restes. En effet, une boîte a été enterrée dans le sol avec de la chair à l’intérieur, mais un directeur funéraire local a déclaré qu’il s’agissait de foie de boeuf frais qui n’avait jamais été exposé à une chaleur extrême.

Beaucoup soulignent cette tournure bizarre comme preuve que Morris essayait en effet de convaincre les Sodders que leurs enfants étaient morts dans l’incendie, les rejetant du vrai destin des jeunes. Dans un sens, la théorie peut être vraie – Morris a peut-être essayé de convaincre les Sodders que leurs enfants sont morts cette nuit-là. Mais ce n’était pas parce qu’il dissimulait un enlèvement. Au contraire, il dissimulait sa propre incompétence.

De l’aveu même du chef, il ne pouvait pas conduire le camion de pompiers de son service. La courte enquête de deux heures le matin de Noël n’était guère adéquate. Et George Sodder a peut-être enterré trop profondément les restes des enfants Sodder quand il a passé au bulldozer la terre sur les ruines fumantes de la maison.

Up In Smoke: La disparition des enfants Sodder
La photo prétendant représenter un adulte Louis Sodder.

Les Sodders eux-mêmes n’ont jamais abandonné la théorie selon laquelle leurs enfants avaient été kidnappés. Des panneaux d’affichage et des publicités ont demandé après leur sort. En 1967, une photo a été envoyée aux Sodders, prétendant représenter un petit Louis maintenant adulte, bien que cela ait pu être un tour cruel joué sur une famille dont l’histoire tragique était alors devenue une nouvelle nationale. Bien que de multiples suivis sur divers conseils aient donné peu ou pas de développements de fond, la théorie des enlèvements persiste à ce jour.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

(Via NPR ; Smithsonian Magazine )

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *