Les sept chefs de culte les plus infâmes et les plus dangereux de l’histoire moderne

Ces dangereux chefs de sectes ont charmé, menti et soumis à un lavage de cerveau leurs adeptes pour qu’ils commettent des actes de dévotion inimaginables.

Tous les cultes ne sont pas intrinsèquement dangereux; en fait, la plupart des nouveaux mouvements religieux depuis le milieu des années 1800 ont été appelés «sectes» à un moment donné. Le problème réside dans la vision du monde limitée que les sectes peuvent inculquer, ce qui rend difficile pour les membres de voir leurs actions comme tout sauf normales – même lorsqu’elles incluent des suicides de masse, des attaques et des enlèvements. Dans un sens sociologique, ces groupes sont de petite taille à des réseaux internationaux de personnes qui partagent des croyances déviantes. Dans la pratique, cependant, ils sont généralement centrés sur des personnalités charismatiques ayant un appétit pour la violence et le bouleversement.

Les six hommes suivants comptent parmi les chefs de secte les plus délirants – et les plus dangereux.

Jim Jones – Le Temple du Peuple

Les sept chefs de culte les plus infâmes et les plus dangereux de l'histoire moderne
Crédit d’image: Murderpedia .

Né en 1931 dans l’Indiana, Jim Jones était un pasteur ordonné et méthodiste avant de devenir un messie autoproclamé. Il s’est appuyé sur une prédication ardente, la critique sociale et l’intégration raciale pour fonder le Temple du Peuple dans les années 1950. Au milieu des années 1960, Jones avait rassemblé une centaine de personnes et déménagé en Caroline du Nord. Les membres ont reçu des règles strictes sans relation amoureuse ni lien familial, alors même que leur chef avait plusieurs affaires en tant que «père de tous». Dans les années 1970, il crée une succursale à San Francisco avant de fonder une «utopie socialiste» à Jonestown, en Guyane.

En 1977, Jonestown a fait face à une surveillance croissante pour les fournitures rares, les gardes armés, la prédication par haut-parleur et les exercices de suicide réguliers. L’année suivante, d’anciens membres ont même demandé au gouvernement américain de l’aider à mettre fin au culte et à regagner leurs familles à Jonestown. L’année suivante, un membre du Congrès de Californie a visité la secte et a offert un passage sûr à tous les déserteurs, mais lui et 4 autres ont été abattus sur leur piste d’atterrissage. Le 18 Novembre e , sur ordre de Jones, plus de 900 membres restants ont commis le plus grand suicide de masse dans l’ histoire, le cyanure potable et Kool Aid-lacées Valium au Jonestown Massacre. Jones, quant à lui, s’est tiré une balle parmi ses plus proches disciples – les suivant à mort.

Charles Manson – La famille

Les sept chefs de culte les plus infâmes et les plus dangereux de l'histoire moderne
Crédit d’image: Murderpedia .

Manson est né en 1934 et a commencé la vie comme un petit criminel dans et hors de la prison entre 1958 et 67. Pendant ce temps, il s’est marié et divorcé deux fois et a commencé à constituer une «famille» d’environ 100 qui l’a suivi à San Francisco et plus tard un Ranch déserté dans la vallée de San Fernando. «La famille» croyait que Manson était un nouveau messie qui les conduirait à la sécurité dans des grottes sous le désert, de sorte qu’ils pourraient survivre à la guerre de race nucléaire à venir pour encadrer la nouvelle société noire.

Ensemble, ils ont terrorisé Hollywood avec une campagne meurtrière qui a commencé avec la maison du réalisateur Roman Polanski. Là, ses principaux partisans – Charles «Tex» Watxon, Susan Atkins, Patricia Krenwinkel et Linda Kasabian – ont poignardé et tué l’épouse enceinte de Polanski, Sharon Tate, en utilisant son sang pour écrire «cochon» sur la porte d’entrée. Ils ont également tiré, poignardé et tué les amis potentiels de Steven Parent et de Tate – le styliste Jay Sebring, l’écrivain Wojciech Frykowski et l’héritière Abigail Folger. Kasabian, cependant, était trop horrifié pour participer et a ensuite servi de témoin vedette. Le règne de terreur de la famille s’est poursuivi avec le dirigeant du supermarché Leno LaBianca et sa femme, dont la mort devait alimenter la guerre des races à venir. Cependant, ils ont été arrêtés après avoir vandalisé le parc national de la Vallée de la mort. Manson lui-même n’a jamais été reconnu coupable de meurtre,

David Koresh – Davidiens de branche

Les sept chefs de culte les plus infâmes et les plus dangereux de l'histoire moderne
Crédit d’image: Alchetron .

David Howell est né en 1959 et a été élevé par ses grands-parents dans l’église adventiste du septième jour à Houston, au Texas. Après avoir tenté une carrière musicale à Los Angeles, il est retourné au Texas et a rejoint la branche Davidians sur le mont Carmel. Dans les années 1980, Howell a épousé un membre adolescent et a commencé une liaison avec une prophétesse plus âgée nommée Lois Roden. Après la mort de Roden, son fils George et Howell ont lutté pour le contrôle, ce qui a conduit à son départ et à son retour pour tirer sur Roden en 1987. Après avoir été acquitté de tentative de meurtre, Howell a changé son nom en Koresh, après un roi perse, en 1990.

Dans les années 1990, Koresh a prétendu être la voix de Dieu et avoir brisé les sept sceaux du livre de l’Apocalypse. Il a déplacé ses disciples dans leur complexe de Waco et a prêché la nécessité d’une «Armée de Dieu» avec une cache d’armes pour faire face à l’apocalypse à venir. Koresh a également instruit ses disciples dans la pratique des mariages spirituels, par lesquels Dieu a choisi des épouses de tous âges pour lui. Après des enquêtes sur les abus sexuels, le FBI et le Bureau fédéral de l’alcool, du tabac et des armes à feu ont fait une descente dans l’enceinte le 28 février 1993, entraînant une fusillade de 4 heures et une impasse de 51 jours se terminant par 76 morts et Koresh s’étant tiré une balle.

Shoko Asahara – Aum Shinrikyo

Les sept chefs de culte les plus infâmes et les plus dangereux de l'histoire moderne
Crédit d’image: Wikipedia .

Shoko Asahara était le 7 e enfant d’une famille de tatamis à Yashuhiro, au Japon, et souffrait de cécité partielle due au glaucome infantile. Après s’être vu refuser l’entrée à l’université, Asahara a étudié la médecine traditionnelle chinoise mais a été reconnu coupable de pratiquer la pharmacie sans permis en 1981. Après sa sortie de prison, il s’est lancé dans un voyage spirituel qui a conduit à la fondation d’Aum Shrinrikyo ou «La vérité suprême» Dans les années 1980. Cette secte mêle l’hindouisme, le bouddhisme, le christianisme et les enseignements de Nostradamus dans le yoga et la méditation.

Dans les années 1990, Asahara avait recruté 10 000 adeptes qui pensaient qu’il était un sauveur et un futur empereur. Ils ont utilisé des organisations politiques pour influencer le gouvernement après avoir échoué à faire élire leurs membres, mais ont finalement libéré du gaz sarin dans le métro de Tokyo en 1995. Avec 13 morts et des milliers de blessés, le crime a conduit à des dizaines d’arrestations de membres, dont Asahara et sa femme. La police a rapidement découvert des captifs vivants, de la drogue, des explosifs, des armes et des armes chimiques, notamment de l’anthrax et de grandes réserves de gaz sarin. Le procès d’Asahara a duré de 1996 à 2004 en raison d’un scandale impliquant un avocat de la défense, mais il a finalement été condamné. Les membres restants de la secte se sont distanciés de lui et ont dénoncé le terrorisme – devenant Aleph en 2002.

Joseph Di Mambro – Ordre du Temple Solaire

Les sept chefs de culte les plus infâmes et les plus dangereux de l'histoire moderne
Crédit d’image: Bizarrepedia .

Di Mambro était un Français qui s’est plongé dans la connaissance mystique à travers l’Ordre Rosicrucien. Finalement, en 1978, il a établi la Voie d’Or en Suisse sur la base des Templiers. Bien qu’il ait attiré des membres aisés, Di Mambro s’est joint à un médecin homéopathe belge et un autre chef de culte, Luc Jouret, pour former l’Ordre du Temple Solaire en 1984. La nouvelle secte a fusionné l’astrologie et la légendaire avec une croyance en la seconde venue du Christ en tant que Dieu-roi solaire. Alors que Jouret utilisait son charisme pour recruter de nouveaux membres, Di Mambro gérait les finances, les rituels et les méditations du groupe.

Dans les années 1980, l’OST a déménagé de la Suisse au Québec, où le nombre de membres a culminé autour de 400. Cependant, la main lourde de Di Mambro dans la nomination des enfants et le choix de ceux qui pourraient même avoir des enfants a conduit à une baisse des membres. Même après le retour de la secte en Suisse en 1991, ses affirmations selon lesquelles ses enfants avaient été conçus par Dieu ont conduit à des tensions. En septembre 1994, deux membres se sont suicidés dans un chalet au Québec après avoir assassiné d’anciens membres, les Dutoit, et leur fils en bas âge, que Di Mambro considérait comme l’antéchrist. Pendant ce temps, en Suisse, l’entourage de Di Mambro et Jouret ont organisé un dernier souper avant de mettre le feu à leurs immeubles de Cheiry et Granges-Sur-Salvan. Environ 100 sont morts dans les flammes, la plupart périssant par des tranquillisants, des coups de feu et par asphyxie. Jouret et Di Mambo pensaient que les flammes les enverraient sur une nouvelle planète,

Marshall Applewhite & Bonnie Lu Nettles – Porte du paradis

Les sept chefs de culte les plus infâmes et les plus dangereux de l'histoire moderne
Crédit d’image: Wikipedia .

Bonnie Lu Nettles et Marshall Applewhite se sont rencontrés à Dallas en 1972 et se sont liés par un intérêt mutuel pour le spiritisme. Ensemble, ils ont fondé une librairie ratée et ont voyagé pour répandre leurs croyances, Nettles quittant sa famille de quatre personnes et Applewhite oubliant sa carrière d’acteur ratée. Ils pensaient qu’ils étaient une version extraterrestre de «The Two» de Revelations et niaient les préoccupations humaines comme le paiement des factures. Bientôt, Applewhite a été emprisonné pour ne pas avoir rendu de voiture de location, mais le duo a profité de ce temps pour solidifier son manifeste. À sa libération, Applewhite et Nettles ont de nouveau répandu leurs croyances – maintenant dans la nécessité d’échapper au «grand recyclage» en utilisant le suicide pour entrer dans le royaume extraterrestre du paradis.

En tant que membres de «A Level Above Human», le duo a fait l’actualité nationale et réduit son groupe aux plus dévoués. Lorsque Nettles est mort d’un cancer en 1983, Heaven’s Gate a survécu à des régimes inhabituels, à la castration et à des vêtements non sexistes. Ils ont rapidement déménagé dans un manoir, «The Monastery», à San Diego, en Californie, et ont créé une entreprise informatique prospère pour soutenir leurs publicités et les vidéos Beyond Human: The Last Call . En mars 1997, 38 adeptes se sont suicidés en utilisant le phénobarbital et l’asphyxie pour atteindre le vaisseau spatial caché dans la queue de la comète Hale-Bopp. À ce jour, les représentants maintiennent leur site Web.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : OCCULTMUSEUM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *